AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]   Dim 19 Avr - 23:00

Les derniers beaux jours d'été...
Yumi x Lullaby

« Oui, on se retrouve là-bas. »

Tu raccroches, avec cette étrange sensation de t'être faite royalement embobinée. Comment diable cette gamine a-t-elle obtenu ton numéro de téléphone ? Tu n'en sais trop rien. Le fait est qu'elle a quand même réussi à te faire céder, cette sale gosse, et tu dois maintenant l'accompagner à la piscine. Elle a du talent. Sûrement plus que toi lorsque tu essaies de rallier ton petit ami à ta cause. Tiens, d'ailleurs... Tu pianotes rapidement sur ton téléphone, et, en attendant une réponse, tu daignes te lever de ton canapé sur lequel tu es affalée depuis plusieurs heures, en train de lire ton livre. Tu aurais volontiers passé le reste de ta journée comme ça, mais la manager de Rakuzan en avait décidé autrement. Si encore ça avait été Seijuro ou bien Alaska qui t'avait contactée pour des entraînements supplémentaires, ou même Yumi, mais pour quelque chose de plus sérieux... Tu n'y aurais pas été presque à contre-cœur. La piscine n'est pas plus important que la lecture. Le basket, par contre, l'est. Alors, ça ne t'aurait pas dérangée de t'interrompre pour ce sport que tu chéris tant. Mais là... Là, c'est juste un soupir blasé qui s'échappe d'entre tes lèvres.

Ton téléphone vibre, tu esquisses un sourire, réponds. Une nouvelle réponse arrive, plus rapide que jamais. Tu ne sais pas si tu dois en rire ou en pleurer. Tu verrouilles la touche des majuscules, écris, envoie. Tu es en train de remettre tes vêtements par dessus le maillot deux pièces que tu viens d'enfiler pour ne pas avoir à passer par la case vestiaires, à l'entrée du moins, lorsque ton cellulaire te fait à nouveau signe. Tu tiques légèrement, ne peux malgré tout te retenir de pouffer de rire en répondant, avec ton mordant habituel. Le dernier message arrive, et tu relis votre conversation (clique, tu verras, c'est magique) sans pouvoir t'ôter l'idée de lui faire regretter, ce soir. Comme il est bon de frustrer un homme en ne répondant pas à ses avances... Un sourire cruel s'affiche sur ton visage. Pauvre Hirofumi.

C'est en bicyclette que tu décides de te rendre à la piscine, ton sac contenant quelques affaires sur le dos, profitant ainsi des rayons du soleil sur la peau dénudée de tes bras. Les rues sont agitées, tout le monde profitant de la chaleur de l'après-midi pour sortir. Des enfants jouent à taper du pied dans un ballon, dans un jardin sur ta gauche, et les effluves d'un gâteau dans le four te parviennent lorsque tu passes devant la fenêtre ouverte. On dirait l'odeur qui flotte dans la cuisine chez tes parents, lorsque Arthur passe aux fourneaux sous ton regard attentif. Rien que pour lui parler, tu serais prête à retrouver la grande maison aux innombrables pièces -il y en a sûrement la moitié dont tu ne connais même pas l'existence- où tu as tendance à t'ennuyer malgré tout ce que tu peux y faire. Mais, soit, tu préfères tout de même ta petite location bien plus modeste, mais aussi bien plus chaleureuse.

Tu descends de ta bicyclette, une fois parvenue à destination, et l'attaches à l'endroit prévu à cet effet. Lorsque tu te tournes vers le bâtiment, tu ne tardes pas à repérer la tête blonde qui ne t'a, apparemment, pas encore remarquée. Tu peux encore fuir, mais ce n'est pas ton genre. Ton canapé te manque, et ton livre abandonné là aussi. Dire que tu en étais pile à un revirement de situation comme tu les aimes... Tu ne peux t'empêcher de soupirer. Ce n'est pas que tu n'aimes pas Yumi, ce n'est pas non plus que tu n'aimes pas la piscine, mais aujourd'hui, tu avais d'autres envies. Tu t'avances pourtant vers elle, te préparant au cas où à réceptionner une furie blonde dans tes bras pour ne pas risquer la chute. « Me voilà. Je te préviens, on ne reste pas tard. Je bosse, demain. »

Ah, ton emploi à l'animalerie. Tu y tiens énormément, et, de toute façon, ton patron a l'air plutôt satisfait de toi. Et puis, il aime les animaux, au moins autant que toi, tu peux les aimer. Alors, le courant passe bien, et c'est aussi l'une de ces petites choses qui te mettent le sourire aux lèvres dés que tu y penses. Tiens, il faudrait peut-être qu'un de ces quatre, tu amènes Hiro dans la boutique... Tu pourras peut-être lui refourguer un chiot ou un petit chaton tout mignon, qui sait ? Tu secoues la tête, avant de sourire à Yumi, soudainement de meilleure humeur. « On y va ? » Et puis, tu entres à l'intérieur, t'avançant au comptoir pour réserver deux cabines aux vestiaires. Tu tends sa clé de cabine à la blonde, et t'avances vers la tienne pour y déposer tes affaires et retirer tes vêtements, ne restant qu'en maillot (cliiique cey gratuit) avant de sortir, à la recherche de ta camarade. Si ça se trouve, elle ne sait même pas comment enfiler un maillot... Ça ne t'étonnerait même pas, venant d'elle.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]   Jeu 7 Mai - 19:56





















 ❝ Plouf ! ❞
Ft. Lullabyn~





« Il fait chauuuuuuuuddddd »

Sur mon lit il y a en général : des peluches, ma couette défaite, des magazines. Mais aujourd’hui j’ai décidé de rajouter le ventilateur. Même si cela ne sers à rien vue que quand je le mets au maximum, je m’envole.

J’ai chaud. Les pages de mon magazine collent et mes vêtements aussi. Chaud…. Transpirer….. Ventilo….

Il faudrait quelque chose de rafraichissant… Une glace ? Non ça va faire la cinquième que je mange…. De l’eau froide… me baigner dans l’eau froide…. Déjà 3 bains de prient… Je me roulais sur mon lit de tout les côter pour trouver un dernier coin froid. C’était peine perdue. J’était vraiment dans la tenue la plus petite et non indécente possible : un T shirt à bretelles et un short. J’ai même reussis à attacher mes cheveux malgrès mes cheveux courts. J’ai penser a mettre mes rajouts pour que ce soit plus simple mais… cela ferait de la chaleur en plus…

Je pris mon téléphone et regardais tout les contacts que j’avais. Satsun, Akashin, Alaskan, Hirofumin, Ryotan, Seishun…. Hep hep hep… Je remontai plus haut dans les « L » et je cherchai plus attentivement. Je n’avais pas le numéro de Lullabyn. Et il me le fallait évidement ! Et je connaissais une personne parfaite pour me le donner. (Tu le disputeras plus tard~)

Yes ! Je l’ai eu ! Faire ses devoirs  pendant deux semaines n’allait pas être facile mais bon. Pour un numéro je ferais tout ! Le contact enregistrer j’eu le reflexe de l’appeler. Le bipeur sonnait… Il était trop tard pour raccrocher. Un « Allo » retentissait derrière mon téléphone. Sans réfléchir je répondis.

« Allô Lullabyn ? C’est Yumi ! Tu veux aller à la piscine aujourd’hui ? »

Ces mots traversèrent ma bouche naturellement. Evidement il a falut du temps pour la convaincre pour qu’elle finisse par lâcher un pauvre :

Oui, on se retrouve là bas.


J’étais contente ! J’avais (encore) réussis à embobiner Lullabyn pour qu’elle m’accompagne me rafraîchir à la piscine. Je sentais que ça allait être drôle ! Sans tarder, j’éteignais mon ventilateur et sautai de mon lit pour préparer mon sac. Je mis mon maillot de bain préférer, de l’eau, du goûter, un ballon gonflable et une bouée gonflable. Etant fin prête je changeai de tenue pour éviter de sentir la transpiration. Une chance que la piscine soit proche de chez moi. Je n’avais pas envie de m’épuiser à pédaler.

En sautillant j’approchai de plus en plus du lieu où mon après-midi allait se déroulé. Arriver à la piscine, je ne vis pas Lullabyn. A mon avis je devais être la première arrivé ! (good déduction Yumi o/). Je mis mon MP4 dans les oreilles en attendant en chantonnant.

Puis j’entends un bruit de vélo et vois Lullabyn arriver au loin. Je suis tout de même patiente et j’attends qu’elle range son vélo. Mais dès qu’elle s’avancera je n’hésiterai pas à me jeter sur elle !
Loupé. Elle c’était préparait au choque et se mit en position de défense. Comme toujours, Lullabyn était très belle et bien habillée. Aaah ce que je l’enviais !

Me voilà. Je te préviens, on ne reste pas tard. Je bosse, demain.

Je souriais en hochant la tête toute contente. Je rangeai mes écouteurs et repris mon sac en main. Et on entra toutes les deux à l’intérieur du bâtiment. Avant ça Lullabyn fit un grand sourire qui illumina son visage. Je la préférais comme ça !

« Je prends cette cabine ! » Dis-je en allant vers les cabines.

Je pris mon maillot de bain et me changeai. Oh … j’avais oublié… Prise dans mon entrain j’avais pris un maillot de bain plutôt enfantin….

Cela n’a pas d’importance ! Je mis donc mon maillot de bain et sortit de la cabine en voyant Lullabyn et ses formes à travers son maillot de bain. Je lui pris la main et l’emporta vers le bassin en ne passant qu’un instant mes pieds dans le pédiluve. Accompagné de ma bouée et du ballon évidement. Mes yeux brillaient devant l’eau ! On avait choisie la meilleure piscine !  Une piscine à toit ouvert ! Puis j’entendis une vois de jeune homme parler discrètement à son ami.

« Hé mate ça ! La fille avec le maillot vert à emmener sa petite sœur à la piscine ! »

Je fronçais mes sourcils en gonflant les joues et finalement je passai devant eux avec un air de dédain. Puis je me retournai vers Lullabyn le sourire aux lèvres.

« Alors on commence par quoi ! Le toboggan ? Le ballon ? »








© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]   Sam 22 Aoû - 21:12

[HRP : Gomen, je change de narration, je n’y arrive plus à la deuxième personne avec Lullaby. J’espère que le changement ne sera pas trop dérangeant, mais c’est ça ou pas de réponse, je suppose que nous sommes d’accord pour dire qu’il vaut mieux ça dans ce cas *sbaff*]

Les derniers beaux jours d'été...
Yumi x Lullaby

Lullaby observait le carrelage omniprésent -sur le sol, sur les murs, il y en avait partout, on se serait cru dans une salle de bain géante. La comparaison, pourtant évidente et quand même stupide sur les bords, fit légèrement sourire l’adolescente. Et puis, la porte de la cabine sur sa gauche s’ouvrit, et elle tourna la tête, faisant face à la petite blonde. D’un coup d’oeil, elle avisa le maillot de son amie, haussant un sourcil en constatant à quel point il était… enfantin ? Un maillot de petite fille ; on en faisait vraiment de tels à sa taille ? C’est que l’on en apprenait tous les jours… Lullaby dû se faire violence pour ne pas rire, détournant le regard sans vraiment pouvoir réprimer son sourire amusé, le sourire crispé de quelqu’un qui essaie de ne pas montrer à quel point la situation est hilarante. Un maillot jaune poussin à jupette. On n’avait pas idée, franchement ! Elle se passa pourtant de commentaire, quand bien même celui-ci lui brûlait les lèvres, à un point inimaginable. Le bébé de Rakuzan, hein ? Seijuro serait surpris de voir à quel point ce surnom est mérité et justifié.

Lorsque Yumi lui prit la main, Lullaby n’eut pas d’autre choix que de se laisser entraîner à sa suite, tirée par la gamine en jupette. En mettant un pied dans le pédiluve d’eau glaciale malgré le temps chaud, elle retint à grand peine un couinement de surprise, et se pressa d’en sortir pour retrouver avec bonheur le sol tiède sous ses pieds. En relevant la tête vers la demoiselle à ses côtés, Lullaby se surprit à remarquer enfin la bouée qu’elle portait à la taille. Alors, surprise et peut-être un peu soucieuse, elle s’autorisa à faire part de ses interrogations : « Tu ne sais pas nager ? Tu- » Elle fut interrompue, par la voix d’un garçon garçon un peu plus loin, accompagné d’un de ses amis.  « Hé, mate ça ! La fille avec le maillot vert a emmené sa petite soeur à la piscine ! » Un beau duo de bras cassés, qui se pensaient intéressants, c’était risible. Le commentaire s’était voulu audible mais pas trop, suffisamment pour qu’on l’entende, mais assez bas pour qu’on pense que c’était une erreur qu’il n’ai pas été discret.

Lorsqu’elles passèrent devant eux, Lullaby inclina la tête dans leur direction et leur adressa un grand sourire, avant de tirer la langue, l’index sous l’oeil, comme l’aurait fait une enfant. Ils voulaient agir en gamins puérils ? Elle n’hésitait donc pas à se mettre à leur hauteur ; le ridicule ne tuait pas et, ridicules, ils l’étaient bien plus qu’elle-même ne l’était en entrant dans leur jeu. Évidemment, ils furent pris au dépourvu, et un silence gêné s’installa entre eux, alors qu’elle leur adressa un clin d’oeil avant de se détourner. Elle songea alors à quel point certains hommes pouvaient être idiots, à commencer par son petit ami, d’ailleurs. Mais, soit, le concernant c’était un niveau d’idiotie qui ressemblait au sien, et il était bon de partager les mêmes délires que lui ; c’est ce qui les rendait si complices finalement.

Elle réalisa alors qu’elle n’avait toujours pas été au bout de ce qu’elle disait précédemment à Yumi, avant que des imbéciles heureux ne viennent la couper dans sa phrase. Alors, elle reporta son attention sur elle, curieuse. « Je disais donc, tu ne sais pas nager ? A cause de la bouée. Et, hm, va pour le ballon, histoire que je puisse t’en mettre un ou deux dans la tête, si tu vois ce que je veux dire. » Elle tira à nouveau la langue, mais cette fois-ci avec un amusement non camouflé, et surtout sincère ; rire avec Yumi n’était pas comme rire de trois pauvres types complexés de n’intéresser aucune fille. Alors, d’un geste vif, elle se saisit du ballon, sans laisser à la petite blonde l’occasion de faire quoique ce soit, et entra dans le petit bassin. C’était bien connu, l’eau y était toujours plus chaude que dans le grand, et pour s’amuser sans risquer la noyade, c’était toujours celui à préférer. Evidemment, Lullaby n’avait pas mis de crème solaire ; elle finirait avec mille coups de soleil, mais elle n’en avait finalement pas grand chose à faire. De toute façon, la sensation collante de la crème sur sa peau l’horripilait, et ce n’était pas aujourd’hui qu’elle allait changer ses si bonnes habitudes.

Sans prévenir et une fois que l’eau lui arriva juste en dessous des épaules, elle se tourna pour envoyer le ballon en direction de Yumi, espérant la prendre par surprise.  « A toi ! » Sur le bord, elle entendit des sifflements, qui lui firent tourner la tête. Les deux types d’un peu plus tôt s’amusaient à la siffler, comme s’il s’agissait là d’un comportement tout à fait normal. Même ici, au Japon, pays réputé pour sa politesse et sa retenue, il existait des cas. Surtout chez les adolescents. Si Hiro était là, il les aurait noyés dans le pédiluve… Elle ne pu s’empêcher de rire en imaginant la scène qui, avouons-le, gringalet comme était son petit ami, serait plutôt comique. Je donnerais cher pour voir ça. Oubliant l’existence des mecs sur le côté, elle s’adressa à nouveau à sa camarade qui l’accompagnait.  « Si tu veux, à la sortie on ira acheter une glace. » Autant profiter dignement des derniers beaux jours d’été qui se paraient peu à peu des teintes sanguines de l’automne.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]   Mar 6 Oct - 18:06





















 ❝ Plouf ! ❞
Ft. Lullabyn~





Si il y a un endroit que j’adore, c’est bien la piscine ! Dans certaine, on peut plonger autant qu’on veut, s’éclabousser tout ça, tout ça ! Celle où Lullabyn et moi étions était apte à faire toutes ces sortes d’amusement. Je pourrai aussi détester ces endroit faute à complexer sur mes… non-formes ? Bah oui hein ! Tous le monde n’est pas bien golée comme Lullabyn ou Alaskan ! Y’en a qui sont en  retard ! Mais vous verrez hein ! Vous verrez quand je ferai une super méga poussé de croissance et que je vous bâterez tous ! BWAHAHAHAHAHA ! … Hum hum… Donc reprenons~

Après avoir trempez nos pieds dans le nid à microbe, appelez plus scientifiquement le pédiluve, et après  avoir ignoré ces garçon qui ressembles aux microbes du pédiluve, Lullabyn me posa la question qu’il ne fallait pas poser, on me l’avait posé plusieurs fois ahah… Les gens ont toujours eu la même réponse. Je croisai mes bras en fronçant les sourcils légèrement.

« Je sais nager ! Mais….. Juste la nage du chien tu sais… Où on agite les bras et les jambes dans l’eau ahah…. »


Je rougissais un peu en faisant une moue. Après que Lullabyn se soit jeté à l’eau, je remarquai que, même si on était en pleine air, elle n’avait pas mis de crème solaire. Infâme elle allait devenir rouge. Ce serait drôle mais bon. Déterminé j’attrapai mon sac contenant de la crème solaire et attrapai le tube de crème solaire en la cachant derrière mon dos.

« Lu-lla-byn~ »

Je m’approchai d’elle en ouvrant le tube toujours derrière moi. ET d’un coup j’aspergeai son visage de crème.

« KARAMBOUNGAAA ! ÇA T’APPRENDRA A PAS METTRE DE CREME ! »


Avec un grand éclat de rire je me moquai de Lullabyn qui avait une substance non identifié sur le visage de couleur blanche…. Très douteux d’ailleurs…. Avant qu’elle ait le temps de me gueuler dessus, je jetai la bouée dans l’eau et sautai dedans tout en riant. Et en toute évidence, je ne fis pas attention à ce qu’il y avait autour de moi et recevais un ballon en pleine tête ce qui me fit tomber de ma bouée…. Oui…. On était dans le petit bassin j’avais tout de même pied ! Je ressortais juste de l’eau en crachant un petit jet. Je pris le ballon et avant de le jeter Lullabyn me posa une question attirant mon attention.

« Des glaces ?... OUIIII j’veux trop en manger !!! »

Prise de joie je levais les bras en l’air et le ballon avec… Le ballon atterrit sur la tête d’un adolescent. Je restai figé pendant quelques instants avant de me retourner et de voir la tête énervé du jeune homme qui était en fait un des garçons qui s’était moqué de moi…. Lullabyn tu vas nous sortir de la n’est ce pas ?








© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]   Jeu 31 Déc - 10:59

Les derniers beaux jours d'été...
Yumi x Lullaby

La nage du chien ? Lullaby pouffa légèrement, détournant le regard pour tenter de ne pas avoir l'air trop moqueuse à l'attention de sa jeune amie. Même elle avait su nager la brasse avant tout le reste. Et puis, elle ne l'avouerait pas, mais la nage du chien lui forçait à boire la tasse. Au contraire des antibiotiques, ça, par contre, c'était automatique. L'eau lui en voulait —ou bien peut-être étaient-ce les chiens qui avaient une dent contre elle— et c'était une chose qui ne changerait sans doute pas. Mais, au moins, elle savait nager, en quelques sortes, et c'était le principal. Elle pourrait toujours apprendre à Yumi ; les amis servaient à aider et soutenir, qu'importe le domaine impliqué. Et, si Lullaby n'était pas une championne, au moins, peut-être, pouvait-elle lui enseigner quelques rudiments, toujours utiles si sa famille décidait de se rendre à la mer un jour. Observer les vagues s'échouer sur le rivage, secouer le sable fin, c'est bien, mais pouvoir s'y baigner toute entière et s'y amuser en toute quiétude, c'est mieux.

Au moins, désormais, était-elle dans l'eau, en savourant la douce chaleur, des plus plaisantes quand on savait que, bientôt, le froid ferait fermer boutique à toute piscine extérieure, qu'écharpes et moufles seraient de sorties, qu'on boirait des chocolats chauds au coin du feu, enroulés dans un plaid réchauffé au préalable. L'hiver... L'hiver, qui avait vu naître un amour comme elle n'avait pas eu la chance d'en connaître depuis bien longtemps —pour ne pas dire jamais. C'étaient les flocons de neige et une boîte de cookies qui avaient été seuls témoins de leur amour enfin avoué après avoir été longtemps tu. Le manteau blanc s'en était allé, l'amour était resté, la neige reviendrait et l'amour serait toujours là. C'était cette certitude qui donnait à Lullaby la force de se lever, chaque matin, depuis qu'elle le connaissait, lui, Hirofumi.

Elle rêvassait, quand elle entendit la petite voix malicieuse de sa camarade s'élever, dans son dos. Alors, insouciante, elle se retourna, tout sourire, vers l'adolescente. « Oui, Yu- » Elle n'eut pas le temps de terminer qu'une substance collante gicla à son visage, dégoulinant dans l'eau au passage. Lullaby lâcha un cri sous la surprise et, de ses doigts, chassa autant de crème qu'elle pouvait de son visage, l'étalant rapidement sur ses bras, ses épaules et dans son cou avant de lancer un regard assassin à la jeune fille qui venait de se jeter dans sa bouée qui, fièrement, flottait et tanguait sur l'eau. Le ballon ? Il ne fut qu'une petite vengeance, une attaque méritée qu'avait littéralement réclamé Yumi. La voir glisser de sa bouée et tomber dans l'eau provoqua aussitôt l'hilarité de la plus âgée, qui manqua trébucher et se retrouver la tête sous la surface elle aussi. Fort heureusement, elle parvint à se redresser juste à temps pour voir le ballon décrire un bel arc de cercle jusqu'au crâne d'un des garçons installés sur le bord. Lullaby pâlit et se rapprocha légèrement de la jeunette, pour la protéger si jamais l'autre tentait de s'en prendre à elle.

Lorsqu'elle vit le type qui s'approchait, elle se glissa devant Yumi, esquissant une petite bouille désolée, le regard suppliant. A la voir comme ça, elle avait l'air... fragile ? « Excuse mon amie, elle est un peu... maladroite ? » Et puis, elle s’essaya à un sourire en coin, tout à la fois craquant et mal à l’aise, du genre de celle qui essaie d’effacer une petite erreur avec un brin de charme. Derrière, il y avait l’autre garçon qui s’était avancé, lui aussi, comme pour soutenir son camarade. Lullaby déglutit, avisa le rebord et la distance à parcourir dans l’eau pour l’atteindre et fuir en courant. Mais elle n’avait pas le temps d’y songer plus longtemps ; le premier garçon s’était approché d’elle et l’avait saisie par la taille, la portant pendant une seconde sur son épaule, avant de la laisser tomber dans l’eau. Elle entendit son éclat de rire, avant qu’il ne soit étouffé quand elle fut sous la surface. Par delà la couche d'eau, elle devinait aux couleurs et à l’agitation que sa camarade était en train de subir le même sort. Alors, elle se redressa, toussa pour recracher l’eau qu’elle a pu avaler, et se tourna vers Yumi. « Défends-toiiiiii ! » lui cria-t-elle, jetant de l’eau à la figure de son assaillant. Ainsi donc, l’ambiance était redevenue bonne enfant. Les mecs ne sont peut-être pas si stupides, finalement.

© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]   Jeu 14 Jan - 19:27





















 ❝ Plouf ! ❞
Ft. Lullabyn~



[justify]

Il y a souvent des machos à la piscine. Genre des mecs qui viennent que pour draguer ou embêter les plus jeunes  que soit. J’ai toujours rêvé d’arriver en mode Yumigirl vers eux pendant qu’il serait en train de soulever une pauvre grand-mère et de les arrêter ! Ce serait tellement cool ! Après les gens me respecteraient pour une fois ! Mais bon, je me dis toujours que je peux rêver, surtout en voyant les deux garçons baraqués que je venais de heurter ACCIDENTELLEMENT avec ce ballon couleur arc en ciel. Et puis ce n’est pas forcement ma faute, y’a la faute à Lullabyn qui m’a proposé quelque chose de très excitant. La faute à l’au qui a fait glisser le ballon d’entre ms doigts et… Voila !

Le premier garçon, Cheveux relevé noir, un peu d’embonpoint qui luidonné un air musclé, maillot moulant noir avec une cicatrice sur le sourcil et le deuxième cheveu décoloré blond avec une coupe stylé comme un chanteur de Kpop et un maillot de plage rouge même si c’est interdit à la piscine. Dans ma tête je me dis que c’est des rebelles mais sous chaque garçon de ce genre, il y a un cœur rempli de douceur et d’amour. Mais ça ne m’empêche pas de rester là, à les regarder avec un air inquiet sur le visage. Le premier garçon (nous l’appellerons Bob.) s’était avancé vers moi pendant que le deuxième (nous l’appellerons Willy) le regarder un ou deux mètre derrière lui avec un sourire sur le visage. Lullaby passa devant moi d’un air protecteur mais hésitant. Elle s’adressa à Bob.

« Excuse mon amie, elle est un peu... maladroite ? »


Maladroite ? Pas du tout ! Je suis juste…. Pas adroite ? Willy s’avança également pour qu’il y est égalité. 2 VS 2. Mais bon sachant que Bob doit faire 10 fois mon poids, c’est pas très équivalent. D’ailleurs ils étaient beaucoup plus grand que nous aussi, ce qui faisait une masse d’ombre sur nous. Comme dans les dessins animés. Et là, le drame ! Bob attrapa Lullaby avant de la jeter dans l’eau.  Je ne cache pas que je mis mes mains sur ma bouche pour pouffer de rire. T oui, se moquer l’une de l’autre et un des premiers commandements de la relation Lullaby Yumi ! Mais Willy ayant remarqué mon petit acte moqueur, il s’adressa à moi.

« T’es jalouse ? »


Il  me prit par en dessous les aisselles et me jeta dans l’eau. Je ressorti ma tête d’un coup en l’observant rigoler.

« Défends-toiiiiii ! »

Ce cri de cœur de Lullaby me fit plonger dans l’eau et battre des pieds le plus possible pour attraper les pieds de Willy que je fis tomber dans l’eau. J’éclatai de rire à mon tour. Donc voila, ce qui semblait être une bataille se transforma en petit jeu. Et ça ne me déplaisais pas du tout ! On finit par faire une sorte de bataille, j’étais sur les épaules de Willy et Lullaby sur celle de Bob et nous nous attaquons en nous jetant de l’eau dessus. Les gens autour de nous nous dévisageaient avec un air de dédain. Heureusement que es maitres nageur avait l’air de sortir du lycée et compatissait.

Le temps passait et cela faisait déjà une heure et demie que nous jouons avec Bob et Willy. Alors que j’étais en l’air pour me faire jeter dans l’eau par Bob, je m’adressai à Lullaby.

« Lullabyn ! Ca craint le marchand de glace va bientôt fermer ! »


Je me fis jeter à l’eau et remontait ma tête comme depuis une heure. Mais il me manquer quelque chose…. Je me sentais plus… légère… Le fait que Bob et Willy m’avait tourné le dos en riant un peu me fit paniquer et je regardai l’emplacement où je devrais avoir des seins et…. C’était le plongeon de trop. Je me mis un faire un cri ultra aigu et j me collai à un bord du bassin mon dos tourner vers mes amis.

« LULLABYN RETROUVE MON HAUT DE MAILLOT !!! »




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]   Mer 6 Avr - 18:17

Les derniers beaux jours d'été...
Yumi x Lullaby

Le temps avait passé, plus vite que Lullaby ne l’aurait cru. Elle se surprenait à apprécier cette sortie improvisée, alors même qu’avant d’arriver elle bougonnait et tentait de trouver une bonne excuse pour ne pas venir. Restée cloîtrée chez elle, blottie sur son fauteuil avec son bouquin lui avait paru plus attirant sur le coup qu’une virée entre amies, et elle songea tout à coup, entre deux chutes dans l’eau, qu’elle aurait loupé un bon moment, qui ne se reproduirait sans doute plus de sitôt, comme l’hiver arrivait et, avec elle, la fermeture de tous les bassins d’extérieur. C’était presque dommage qu’elle n’en ait pas plus profité avant mais, au moins, elle clôturait la saison comme il se devait, en beauté et dans les rires.

Elle avait bu la tasse plusieurs fois, parce qu’elle oubliait de bloquer sa respiration tant elle riait, de son amie, d’elle-même, de la situation tout entière. C’était ridicule au possible, et ça attirait les regards en biais sur eux quatre, mais elle s’en fichait. Ça lui plaisait d’une certaine façon, afficher son bonheur d’adolescente juste sous les yeux de tous ces types trop bien pensants, ces mères de famille aigries et ces hommes lassés de tout. Ils étaient ennuyés et ennuyeux, enfermés dans leur petit monde trop bien rangé. Même dans un endroit comme celui-ci, où l’on attendait que de la joie et de bons moments, ils trouvaient encore à redire contre les quelques jeunes qui chahutaient, qui savouraient les années qui leur restaient avant qu’ils ne passent de l’autre côté, là où les rires se taisent et où l’on regarde de travers ceux qui s’adonnent à cette chose étrange qu’est l’insouciance. Face aux coups d’oeil agacés de ceux qui les entouraient, Lullaby ne pu s’empêcher de renifler avec mépris. Et puis, elle retourna à son jeu, à son bonheur mérité, à ces heures heureuses qu’elle croquait à pleines dents de peur de devenir un jour comme eux, comme tous ceux qui ne savent plus ce que c’est que de ne plus penser à rien d’autre qu’à s’amuser.

Mais les heures passèrent et, évidemment, Yumi ne perdit jamais le nord. Elle sembla se souvenir tout à coup d’un détail important, alors que l’aînée remontait à la surface, après une énième chute dans l’eau. Le marchand de glaces… Il était vrai qu’elle l’avait presque totalement oublié, avec tout ça. Elle ne savait pas précisément quelle heure il était, mais il était facile de se remarquer que le soleil commençait déjà à descendre dans le ciel, tout là-bas à l’horizon. « Oh mer...credi. Viens, Yumin ! Désolée les mecs, on- » Mais elle était tombée, une fois de plus. La petite tête blonde venait de disparaître sous l’eau, pour remonter un instant plus tard.

Et là, Lullaby écarquilla les yeux. Il y avait, face à elle, sa camarade au buste dénudé. Il y avait des rires qui s’élevaient tout autour d’eux, des regards qui se détournaient et les yeux des plus jeunes que les parents cachaient de leurs mains. La jeune Hitomi ne pu s’empêche de pouffer, tentant de réprimer son sourire qui ne voulait pas déguerpir. Le hurlement de Yumi ne fit que lui rendre la tâche plus ardue encore, et sa presque supplication acheva de faire voler en éclats la guerre qu’elle menait contre son fou rire : elle craqua, purement et simplement, s’effondrant dans l’eau et buvant la tasse au passage. Même ça ne parvint pas à la calmer, elle en avait mal aux côtes et de la peine à respirer comme il se devait. Elle toussait, aussi, à cause de l’eau chlorée qu’elle avait avalé de travers. Chercher le maillot de son amie ? Elle n’était pas en état, toute entière occupée à essayer de se calmer, sans forcément y parvenir.

Il lui fallut de bien longues minutes pour retrouver un semblant de contenance, quelques fois marqué par un soubresaut, traître de son envie de rire encore qui revenait à la charge régulièrement. Elle avait tant ri que ses yeux étaient embuées de larmes, et ses zygomatiques étaient douloureuses. « Bon sang… Yumi, tu les feras toutes ! » Elle dû faire un effort monstre pour ne point se laisser à nouveau emporter par la vague terriblement que représentait cette irrépressible envie de rire, encore et encore, jusqu’à ne plus en être capable.

Elle savait cependant qu’elles ne sortiraient pas de la piscine tant que la plus jeune n’aurait pas retrouvé son maillot. La chose, effectivement, risquer de s’avérer problématique d’ici peu. Aussi Lullaby décida-t-elle de conserver son sérieux, ne serait-ce qu’un peu et rien qu’un temps limité, afin d’essayer d’y voir sous les remous de l’eau si elle n’apercevait pas un coin de tissu couleur soleil. Cependant, rien depuis la surface, il lui fallut couler sous l’eau et tourner sur elle-même, sans plus de succès toutefois. En remontant, elle retenait encore son fou rire qui menaçait de se saisir d’elle d’un instant à l’autre. « Je crois qu’il est porté disparu... »

Tout à coup, un rire, et une voix qui s’élèvèrent. « Hey, hey, c’est ça que vous cherchez ? » Un jeune garçon, tout juste dix ans sans doute, à peine un peu plus. Roux foncé, les joues pleines de tâches de rousseur et l’air espiègle. Du bout des doigts et droit devant lui, il agitait le haut du maillot tant recherché. Lullaby lui lança un regard suspicieux, se doutant qu’il ne la laisserait pas récupérer le bien de sa camarade aussi aisément qu’elle le voudrait. « Hey… Mon amie en a besoin… Tu voudrais bien le lui rendre, s’il-te-plaît ? » Il la regarda quelques instants, silencieux et prêt à fuir, et puis secoua la tête dans un signe de négation. L’air suppliant, l’adolescente adresse un regard aux gradins, comme si les parents du chenapan pouvaient intervenir et lui faciliter les choses. Mais rien. Pas une seule réaction. Aussi, elle grinça des dents, et puis lança un regard en direction de sa comparse. « Yumi, viens ici ! M’dis pas non, fous ton bras pour cacher et ramène-toi, c’ton maillot pas le mien, j’vais pas me battre à ta place ! Puis t'façon t'as rien à cacher... » Elle grommelait en direction du garnement qui, lui, se riait bien de savoir à quel point elle pouvait être agacée. Voilà pourquoi elle ne les aimait pas véritablement, les gosses. Des plaies, lorsqu’ils se prenaient pour les rois du monde.

© ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les derniers beaux jours d'été... [PV Yumin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les derniers beaux jours
» la chanson des beaux jours d ete en terrasse
» Le retour des beaux jours et...
» Rando des beaux jours
» 2011-04-10 Retrouvailles des beaux jours ! (40 photos)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille :: RP-
Sauter vers: