AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Shimizu family, un jour ordinaire. | PV Eirin ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Shimizu family, un jour ordinaire. | PV Eirin ♥   Ven 3 Avr - 17:15

Le brother/sister complex.
Nous retrouvions le rouge comme à son habitude en train de stalker une personne proche. En l’occurrence, il s’agissait de sa jeune sœur, Eirin. Une chance pour lui qu’elle avait décidé de le suivre dans son choix de lycée et qu’elle était donc à portée de vue chaque jour. Il pouvait ainsi la protéger de tout et surtout voir qui osait s’approcher trop près d’elle. C’était surtout le cas pour les garçons. Ses yeux ne la lâchaient pas d’une semelle lorsqu’il n’était pas en cours et en sachant le genre d’homme que c’était, il séchait même pour s’assurer qu’en cours, il ne lui arrivait rien non plus. Après tout, il s’agissait là, de la personne qui l’avait le plus soutenue dans sa vie. Lorsqu’il touchait le fond, qu’il ne pouvait plus se relever sans en être encore plus blessé, elle était là pour le soigner, pour le soutenir en silence. Pourtant, c’était lui le plus vieux, jamais il n’aurait dû se montrer ainsi devant elle. Et pourtant, quelque part cela les avait encore plus rapprochés tous les deux. Ils se soutenaient mutuellement dans cette dure épreuve de la vie et il s’était promis que plus jamais, il ne laisserait sa jeune sœur le voir dans cet état. Son amour pour les siens était toujours aussi grand, mais pourtant, il avait très clairement une nette préférence pour Eirin. C’était sa princesse, sa chouchoute, la personne qui avait le plus d’importance dans sa vie. Au moment même où elle était née, elle était devenue ce qu’il avait de plus précieux dans ce monde. Ses yeux se posaient sur elle et il savait que c’était là, le plus joyau de cette terre. Bien entendu, il avait un autre joyau : Kim. Les deux jeunes femmes étaient ce qu’il y avait de plus beau. Il ne pourrait jamais choisir entre l’une et l’autre. Sa vie gravitait très clairement entre les deux et elles étaient tout aussi bien un pilier pour lui que sa force. En connaissant le rouge, il avait évidemment d’autre personne très importante dans sa vie, mais si nous devions classer, le top serait évidemment Eirin et Kim.

Tout cela pour dire, qu’il prenait grand soin de toujours savoir ce qu’elle faisait, avec qui elle était, qui s’approchait trop près d’elle, qui essayait de lui faire du mal et qui voulait s’amuser d’elle ou bien l’aimer plus que lui. Son brother complex n’aidait pourtant pas du tout la jeune femme à devenir une personne indépendante, il s’en rendait bien compte, mais il ne pouvait pas faire autrement. Il l’aimait trop pour s’en détacher. C’était sa petite sœur. Ils se connaissaient depuis toujours ou tout du moins depuis qu’il avait deux ans et qu’elle était née. Rien ne pourrait jamais remplacer cette longue relation. C’était son devoir de la protéger, d’être là pour elle.

Alors oui, en ce jour, comme toujours, il avait passé sa journée à la suivre discrètement ou tout du moins autant qu’il le pouvait. Vous savez, un Ryo discret ce n’était pas toujours facile en sachant que c’était un mannequin après tout. Les filles criaient sur son passage, mais à force de le voir à Seiho, cela s’était quelque peu calmé pour son plus grand bonheur. Elles avaient maintenant l’habitude de le voir déambuler dans les couloirs et s’abstenaient de crier ou bien lui sauter dessus, surtout quand elles avaient compris quel genre d’homme il était. Délinquant, des rumeurs circulaient sur lui en disant que c’était un véritable monstre quand il se battait dans la rue, qu’il avait envoyé des gens à l’hôpital sans raison ou bien qu’il en avait même tué. Bien entendu, tout cela était faux, mit à part peut-être le fait que c’était un monstre. Il était vrai que le rouge avait bien envoyé des gens à l’hôpital, mais jamais sans raison. La dernière fois qu’il l’avait fait, c’était parce que Takara avait été frappé par l’un d’entre eux et qu’il avait pété une durite à cause de cela. Takara était aussi dans son top trois si l’on devait classer. Son amie d’enfance, comme sa petite soeur, il tenait beaucoup à elle pour le plus grand malheur de Kim. Enfin, tout cela pour dire qu’il avait pu suivre Eirin sans trop se faire remarquer et briser sa couverture. Durant ses cours, à l’heure du repas, les cours de l’après-midi, etc.. Il l’avait suivi partout pour voir ce qu’il en était, avec qui elle discutait ou non, qui essayait de lui parler ou qui se moquait d’elle dans son dos, si des garçons s’approchaient trop. Mais maintenant, nous le retrouvions au club de volley.

Normalement, il devait se trouver à son club de basket bien entendu, mais pour changer, il séchait son entraînement afin de savoir comment se passait celui de sa sœur. En plus de quoi, cela faisait longtemps qu’il ne l’avait pas vu jouer à l’école et cela lui avait manqué. Se logeant donc dans les gradins du gymnase ou se trouvait leur entraînement, il fixait toujours et seulement la chevelure rouge d’Eirin. Ses yeux se posaient sur elle et il savait que c’était son devoir d’être là pour elle. Il pouvait être un vrai monstre quand il s’agissait d’elle. Il serait même capable de lui coller une caméra cachée sur son sac pour tout voir. Pour vous dire !

Alors que ses yeux la suivaient et qu’un sourire s’affichait sur son visage en la voyant faire. L’entraînement de l’équipe de volley féminin se passait en même temps que celui des garçons, sur des demi-terrain pour que tout le monde puisse s’exercer. C’était la même chose pour le basket à vrai dire. Mais l’idée que les garçons pouvaient voir sa sœur jouait tous les jours le faisait rager. Si ça se trouve, des yeux lubriques se posaient sur elle alors qu’elle s’entraînait… RRRRRR !! Rien que d’y penser, il grognait instinctivement sans s’en rendre compte. D’ailleurs, alors qu’il pensait à cela, les garçons prenaient une pause, s’essuyant leur sueur. Tch, ils n’étaient vraiment pas faits pour Eirin ! Et leurs yeux se posaient naturellement sur les filles qui s’entraînaient toujours. Dans un sens, si on y pensait bien, c’était normal pour eux de regarder à côté en sachant qu’ils avaient une pause. Après tout, ils avaient tous la même passion de ce sport et voir comment évoluer les autres semblait naturel, mais dans la tête du rouge, ce n’était pas pareil. Il était borné sur le fait qu’ils fixaient les jambes de sa sœur, non mais oh, ça ne se passerait pas comme ça !

Se levant directement, brusquement même, il descendait les gradins, passait dans le couloir qui rejoignait l’entrée de la salle qu’ils occupaient du gymnase et se postait devant l’embrasure de la porte. Il prenait également sa grosse voix pour interpeller tous le monde et donc déranger, accessoirement hein, l’entraînement.

« HOY !! VOUS LÀ-BAS !! ON PEUT SAVOIR CE QUE VOUS REGARDEZ COMME ÇA ????!!! »

Oui… Il était con en plus d’avoir un brother complex. Ou alors avoir un brother complex le rendait con, allez savoir.

codage par Libella sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Shimizu family, un jour ordinaire. | PV Eirin ♥   Lun 6 Avr - 13:42







When I look behind me, you are always with me




C'est un jour ordinaire dans l'ordinaire famille Shimizu. Enfin aussi ordinaire que ça peut l'être bien évidemment. Eirin s'était levée particulièrement joyeuse ce matin, aucune idée du pourquoi du comment de la chose, le fait était là... Elle était joyeuse et contente aussi. Ah si. Ça lui revenait maintenant. Elle était dans le même lycée que son grand frère adoré, divinisé, déifié et préféré. Et rien que ça la mettait de bonne humeur. A comprendre par là que sa bonne humeur se traduisait surtout par un visage un peu moins neutre que d'ordinaire. Mais elle fais des efforts hein je vous assure. Bref. Revenons en a nos Shimizu.

Eirin était donc allé au lycée en compagnie de son adorable grand frère tellement mignon. Et elle avait bien du fusiller du regard au moins une dizaine de greluche se croyant le droit de reluquer SON frangin à ELLE. Non mais oh, j'vous jure, y'a des baffes qui se perdent croyez moi. Quand la cloche sonna elle se dirigea vers sa salle de cours, tranquillement, discutant avec sa meilleure amie et une autre fille de la classe, ignorant que dans l'ombre on la surveillait.

Aussi quand Meilin lui apprit que quelqu'un la suivait elle haussa simplement les épaules. Certes ça pouvait être un stalkeur. Mais cela ne lui faisait absolument pas peur. Elle avait de la force dans les jambes et elle avait appris comment se défendre grâce a son si génialissime grand frère. Il avait les meilleurs idées du monde lui. Toujours. Et puis elle savait repérer son frère a cinq kilomètres a la ronde alors autant vous dire qu'elle fit comme si de rien n'était. Après tout Ryo faisait tellement d'effort pour essayer de la suivre discrètement qu'elle n'allait pas tout ruiner au cas où il ne le fasse plus hein ?

Et puis si les étudiants pouvaient arrêter de la stopper pour lui demander si elle était bien la petite sœur de Ryo Shimizu et qu'elle n'avait pas de chance, patati patata. Elle allait finir par commettre un meurtre ou pire se retrouver dans le bureau du directeur. C'est qu'il faisait flipper celui là ! Et puis elle s'était déjà récolter un pseudo avertissement, qui n'apparaitrait même pas dans son dossier scolaire -l'avantage d'être petite et mignonne- pour avoir quasi-émasculer un mec qui l'avait un peu trop chercher. Elle voulait bien être gentille mais y'avait quand même des limites a respecter mince ! Et insulter son frère et sa famille dans l'ensemble... Mais surtout insulter son frère, ça ne passait pas, ça ne passe toujours pas, et ça ne passerait mais alors jamais !

La journée se passa très bien. Et arriva le moment de l'entrainement. Quand elle avait appris qu'elles allaient devoir partager leur terrain avec les garçons elle avait un peu grincé des dents mais bon, c'était comme ça hein ? Et puis tout avait disparu avec la plus grande passion de la jeune fille -autre que de suivre stalker son grand frère toute la sainte journée pour essayer de le protéger des groupies voulant le kidnapper pour ensuite le cloner-. Le volleyball. Elle adorait ce sport autant que Ryo adorait le basket. Et puis c'était son truc a elle, son petit jardin secret. Et qu'importe en cet instant que des garçons lui reluquent les jambes, tant qu'elle pouvait sauter et voir au delà du mur. Et puis si dans le même temps elle pouvait en foutre plein les dents aux garçons qui osaient dire que les filles ne savaient pas taper dans un ballon, elle allais pas se gêner n'est-ce pas ?

Elle ne s'attendait pas a voir son grand frère chéri a son entrainement mais elle sursauta quand elle l'entendit user de sa grosse voix, la « voix pas marrante et qui gronde » dixit leurs petits frères jumeaux qui avaient appris que quand Ryo commençait a user de cette voix là, valait mieux filer droit et obéir. Mais apparemment les garçons du club de volley-ball masculin n'avait pas branchés leurs cerveaux car ils commencèrent a protester contre l'interruption de leur entrainement. Soupirant après les abrutis qui pratiquait le même sport qu'elle, Eirin se dirigea vers son grand frère et dut lui tirer la main pour attirer son attention vers elle.

- Ryo-nii, tu es en train de perturber tout l'entrainement de volley là. S'il te plait, va t'asseoir dans les gradins mais ne le fais plus demanda-t-elle en usant de sa voix la plus douce et mignonne possible tout en le fixant de son plus beau regard de chaton suppliant.



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Shimizu family, un jour ordinaire. | PV Eirin ♥   Lun 13 Avr - 17:37

Le brother/sister complex.
L’un protégeait l’autre et vice versa. C’était ainsi que se passait la vie, le quotidien dans la famille Shimizu, mais surtout entre le plus grand des quatre enfants et la seule fille du groupe. Si l’un voulait empêcher les autres d’approcher trop près de la jeune fille, l’autre voulait empêcher que son frère se voie le droit d’être cloné par ses fans. La stalkage faisait partie intégrante de la vie du lion rouge parce qu’il ne pouvait pas s’en empêcher. C’était bien plus fort que lui et il ne pourrait jamais se taire en voyant qu’un garçon s’approchait trop près de Eirin ou pire encore, s’il la reluquait sans vergogne. C’est que le fiston il pouvait avoir des masques, mais quand la colère prenait le dessus, fallait pas chercher plus loin au risque de mourir. Surtout si cela la concernait en plus.

Quand il avait interrompu l’entraînement pour gueuler -comme il sait si bien faire- le fait que les mioches osent protester et râler, l’avait fait grincer des dents et pire encore, il avait grogné. Alors, quand le rouge grognait = tous aux abris parce qu’il mord après. Ryo n’était pas du genre petit chien qui aboie, mais qui ne fait rien ensuite. Non, il était plus comme le doberman qui grognait pour prévenir, laisser une chance, mais qui bouffait ensuite si l’ennemi ne disparaissait pas. En l’occurrence, les ennemis ne semblaient pas vouloir disparaître et pire encore -oui encore une fois le pire encore- ils osaient dire quelque chose ? Non mais eux, ils voulaient vraiment mourir en fait. Ils voulaient se suicider ou bien mettre fin à leur vie rapidement, ce n’était pas possible autrement en vrai ! Bien entendu qu’il allait rétorquer quelque chose, qu’il allait s’énerver un peu plus pour leur faire comprendre pourquoi les rumeurs sur lui n’étaient pas toutes fausses et surtout, il allait les faire trembler. Seulement, une main venait le stopper pour qu’il pose son regard sur la personne en question. Heureusement que c’était Eirin, sinon il aurait lâché un : « Qu’est-ce que tu veux toi ? » en mode pas content. Là non, il devenait tout mignon si on veut, mais soupirait un peu à ses mots. C’était impossible qu’il puisse passer outre sa voix trop mignonne et sa bouille, mais ça l’ennuyait de ne pas pouvoir dire ce qu’il pensait à ces cons. Enfin.

« D’accord, mais si tu as besoin, tu me le dis directement ! » Dit-il avant de tout de même se retourner vers les autres une seconde. « Le premier qui regarde dans sa direction, je lui explose les genoux avec une batte de baseball, c’est clair ? »

Le début de la phrase semblait tout mignon, mais la seconde partie sonnait comme un arrêt de mort pour tout dire. Le rouge n’était pas forcément dès plus commode comme certains l’auront compris après l’avoir vu en action au moins une fois. Les gens qui avaient eu le malheur de voir son combat avec Takara à ses côtés et surtout l’instant où elle avait été frappée, comprendront qu’il ne faut pas trop le chercher. Les cinq mecs qui avaient osé être là, à cet instant, étaient probablement encore à l’hosto pour tout dire. Il n’en savait rien et s’en foutait royalement même si cela avait presque fini au poste. Mais passons.

Il était donc gentiment retourné s’asseoir dans les gradins comme l’avait demandé sa sœur. Il ne voulait pas lui causer des ennuis et être un boulet pour elle, mais comment dire ? Non, il ne pourrait pas ne rien dire si ça se reproduisait. Il tremblait d’ailleurs sur place, ses yeux à l’affût du moindre geste de ces petits cons. Il avait tout le monde à l’œil, limite les filles aussi d’ailleurs. Bah quoi ? Ryo était bisexuel de base, y’en avait peut-être dans le lot des filles aussi hein ? De prime qui s’intéressait peut-être à sa sœur, alors c’était naturel ! L’entraînement semblait donc reprendre son cours comme si de rien n’était, même si les joueurs masculins pouvaient sentir dans leur dos, les éclairs furax du rouge qui attendait qu’une seule chose : qu’ils fassent un faux pas pour les embrocher ensuite ! Prêt à tout pour sa famille et pour Eirin, c’était le mot d’ordre de notre ami.

Alors que ses yeux ne lâchaient personne ou autant que possible hein ? Son téléphone se mettait à vibrer nerveusement dans sa poche. Ah, sûrement pour lui dire de ramener son cul vite fait à l’entraînement de basket ? Bingo, mais sa seule réponse fut :

« Désolé, les connards du club de volley reluquent ma sœur, je m’entraîne qu’après qu’ils sont dégagés à cent kilomètres à la ronde ! »

Et oui, cent kilomètres à la ronde, mais bien entendu, Ryo. Notre ami ne doutait de rien et surtout, il ne lâcherait pas le morceau peu importe qui dirait quoi. Enfin si Kim avait été là, peut-être qu’il aurait décroché si elle avait insisté, mais vraiment très longtemps, limite jusqu’à la fin de l’entraînement en fait. Autrement dit, il n’était pas prêt de bougé d’un poil quoi. Sauf si l’un d’entre eux faisait un truc bien évidemment. Là, il sauterait des gradins pour aller lui exploser la tête contre un mur et au sens propre mes amis, au sens propre. Fallait pas rigoler avec le rouge et encore moins le défier ou lui taper sur le système trop longtemps.

En attendant, il était calme autant qu’il le pouvait et patientait gentiment en ne disant rien du tout. Pour le moment.

codage par Libella sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Shimizu family, un jour ordinaire. | PV Eirin ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu family, un jour ordinaire. | PV Eirin ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» family enduro à Villebret
» [Sujet officiel] Les voitures qui n'ont jamais vu le jour
» La bonne nouvelle du jour !
» anniv du jour
» Combien de kilos de POMMES peut on donner par jour a son cheval?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille :: RP-
Sauter vers: