AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 l'enfant de l'amour qui possède la lumière ▽ aiko ariake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Arrière
Messages : 154
Date d'inscription : 31/01/2015
MessageSujet: l'enfant de l'amour qui possède la lumière ▽ aiko ariake   Sam 31 Jan - 18:17

Aiko Ariake
© Roxas - Kingdom Heart.



Id card
PRÉNOM • Ariake (有明) qui signifie "possède la lumière".
NOM • Aiko (愛子) qui signifie "enfant de l'amour".
SEXE • C'est un homme.
ÂGE • Dix-sept ans.
GROUPE • Rakuzan.
ORIENTATION SEXUELLE • Homosexuel.

RANG • Arrière.
PROFESSION • Lycéen de deuxième année.


Capacités & faiblesses
Ariake n’est pas un bon basketteur, mais il n’est pourtant pas mauvais. A vrai dire, il est pile dans la moyenne, il sait tirer – surtout de loin – même si ça ne rentre pas tout le temps, mais il ne sait pas dunker – de plus qu’il est petit de taille, il ne saute pas très haut. Cependant, il est assez rapide et réactif, même si la technique n’est pas parfaite – voire même pas du tout – mais il assimile plutôt bien ce que l’on lui donne comme conseils.

Physique


Ariake, tu es un adolescent charismatique. Tu es petit, du moins, par rapport aux autres, ta croissance s’est arrêtée, par conséquent, tu fais un petit mètre soixante-deux. Ta peau est d’une belle couleur opaline, ce blanc si pur que les japonais affectionnent tant. Tu es aussi assez fin, les gens pensent directement que tu es une personne frêle en te voyant, ça t’agace, mais tu sais que cela ne changera rien à la réalité. Mon petit Ariake, tes mains sont plutôt grandes, est-ce peut-être à cause du basket ? Ou bien de la guitare – instrument que tu joues lorsque tu t’ennuies chez toi ? Sinon, tu as des cheveux blonds – que tu as décoloré, tu n’aimais pas le noir de tes cheveux – qui partent dans tous les sens, ce qui leur donne un style bien à toi. Tu essaies toujours de les dompter, mais tu n’y arrive jamais. La loi de la gravité de s’applique donc pas sur tes magnifiques cheveux. Alors, mon petit blondinet, tu as des beaux yeux bleu tel l’azur. Tu les as hérités de ta mère qui est allemande. Ton nez est fin et retroussé, tes oreilles sont moyennes, il y a juste ton oreille droite quoi a un souci ; tu n’entends plus de cette oreille, ce qui est parfois dérangeant, tu n’entends pas totalement lorsque l’on te parle de loin.

Sinon, Ariake, tu as un style bien à toi. Ta manière te t’habiller fait retourner certaines personnes sur leurs chemins. Tu portes un t-shirt lambda qui est toujours caché par une veste sans manches noire. Cette veste est toujours fermée. Et sur cette veste que tu affectionnes tant, il y a une espèce de croix se terminant par des pics. Il y aussi une autre veste que tu portes par-dessus cette veste noire. Seulement que celle-ci est à manches courtes, d’une jolie couleur crème à l’extérieur et d’une couleur bordeaux à l’intérieur, avec des motifs comme des dalles qui vont de tes épaules jusqu’à tes pectoraux. Cette veste-ci est toujours ouverte. Sur ton bras gauche, tu as un bracelet éponge qui est également avec des motifs de dalles, ainsi, si nous descendons sur ta main, nous pouvons voir que tu portes deux bagues assez grandes – qui s’arrêtent à ta première phalange – celle de l’index est noire et celle de ton majeur est blanche. Tu portes aussi un jean assez particulier, de base, il était kaki, presque noir. Et tu as demandé à ta mère d’envelopper ce jean par un autre qui est d’une couleur gris pâle qui commence du haut de tes cuisses – tout en allant en arc de cercle entre tes cuisses. Avec ces vêtements, tu ne portes que de simples baskets noires à bandes rouges.

Mais en plus, lorsqu’il fait trop froid, tu revis ton long manteau noir qui comporte une si grande capuche que lorsque tu la met, personne ne peut voir tes beaux yeux. Tu enfiles aussi des gants de la même couleur que ton manteau, mais seulement lorsqu’il fait froid.


Caractère


Ariake, tu es particulièrement gentil avec quiconque qui t’entoure. Ton sourire si sincère pourrait presque réchauffer le cœur du pire des renfermés. Cependant, cette facette, tu ne la montre pas aussi facilement qu’on ne le voudrait, malheureusement. Tu es une personne affreusement timide qui n’a absolument aucune confiance en soi. Et ça, ça t’énerve. Tu te sens faible d’être aussi angoissé face aux gens. Beaucoup de gens pensent que tu es juste posé – ce qui est le cas – et calme, alors que ce n’est que ton trac qui refait surface. Ariake, tu as vraiment du mal à faire face aux gens, cependant, lorsque tu t’énerves réellement, c’est comme si tu devenais quelqu’un d’autre ; ta timidité a l’air de s’envoler, qui que ce soit qui te connaissent ne te reconnaissent pas. Cela dit, tu t’énerves très rarement, tu restes souvent seul. Asocial que tu es. D’accord, d’accord, tu n’es pas un asocial, ne me regardes pas comme ça Ariake ! Mais avoue que tu n’as pas beaucoup d’amis. Nous sommes d’accord, alors. Enfin, mon petit blondinet adoré, tu sais, même si tu as cette tendance à être embarrassé ou autre, tu appelles les gens – mis à part les adultes – par leurs prénoms. Mais principalement, tu rajoutes le suffixe « -san » derrière, parce que tu es une personne très respectueuse vis-à-vis des gens. Avant que tu déménages avec ta mère chez ton beau-père, tes amis te disaient que tu es quelqu’un de très affectueux, bien que tu aies du mal à le montrer à cause de ta gêne.

Ariake, tu es intelligent, beaucoup pensent que tu es un génie. Tu n’aimes pas ce mot, tu retiens juste ce que tu apprends et écoute pour ensuite les appliquer, mais cela ne fait pas de toi un génie, loin de là. Ce fait que tu es fort en cours montre que tu es quelqu’un de très attentionné, tu l’es même plus avec les personnes que tu apprécies qu’au lycée. Ce qui veut aussi dire que tu es facilement préoccupé ; si l’un de tes amis à des soucis, qu’ils soient gros ou pas, tu risques d’être assez perturbé – bien que ce ne soit pas ton problème. Ma lumière, tu es t’inquiètes de trop pour les élus de ton cœur, tout ce que tu veux, c’est leur bien-être, mais parfois, tu as tendance à négliger le tien pour le leur et, très souvent, ils t’en font la réflexion.

Sinon, tu aimes beaucoup de choses, notamment les choses sucrées. Si tu as l’occasion de pouvoir manger une douceur en douce pendant un cours, tu le fais. Après tout, personne ne peut réellement t’empêcher d’adorer plus que tout ce goût si sucré qui fait frissonner tes papilles. Une autre chose que tu adores également – hormis le basket ; la musique. Tu joues de la guitare depuis que tu es au collège, c’est ton beau-père qui t’as offert cet instrument et tu en es plus qu’heureux. Mais en jouer n’est pas la seule chose que tu aimes dans la musique ! Tu en écoutes beaucoup, surtout de la KPOP que tu affectionnes particulièrement. Cependant, tu écoutes aussi de la musique américaine et française, ces deux langues te fascinent – surtout le français. Ariake, tu écoutes aussi de la JPOP – ou bien des musiques d’animes – mais moins que ceux cités précédemment, il faut le dire, tu as des goûts assez particuliers ! Les jeux vidéo, les séries et internet sont tes petits plaisir aussi, d’ailleurs, tu as rencontré Takara dessus, elle est, d’ailleurs, devenue au fil du temps ta meilleure amie. Tu aimes aussi énormément ton beau-père, contrairement à la majorité des personnes qui ont leurs parents divorcé ou défunt, tu as accepté le nouveau mari de ta mère, tu ne l’appelles cependant pas « papa » - que tu aimerais énormément revoir, mais celui-ci est parti en Allemagne, le pays natal de ta mère, pour les affaires – mais tu l’adores et lui aussi.

Mon petit blondinet, tu n’aimes pas beaucoup de choses, mais comme toute personne censée, tu as le droit de ne pas aimer, comme les mélanges sucré-salé, par exemple, tu en as horreur. Lorsque ta mère t’as fait goûter ce mélange, tu as failli vomir, non, vraiment, tu ne supportes pas ce mélange stupide. Tu détestes la discrimination ou les autres conneries dans ce genre, tu trouves cela débile de juger une personne pour ce qu’elle fait, pour ses origines, sa couleur de peau et d’autres, plutôt que ce pour qu’elle est. Ce qui fait qu’au niveau de ton homosexualité – que tu assumes totalement – tu es un peu « je m’en foutiste » de ce que disent ceux qui t’entourent, qu’ils trouvent ça bien ou mal, tu t’en fiche, après tout, l’orientation sexuelle ne se décide pas, du moins, c’est ce que tu penses, après tout, qui va se lever un jour et dire « oh bah tiens, je suis homosexuel ! », absolument personne, nous sommes d’accord. Tu ne supportes pas la fumée de cigarette – lorsqu’un fumeur est près de toi, tu te sens nauséeux et ta tête tourne, comme si tu allais t’évanouir, néanmoins, tu n’es pas haineux envers ces personnes ; au contraire, tu as tendance à t’en préoccuper.

Au final, tu es une personne assez simple de loin, mais complexe de près, mon petit Ariake.


Histoire


Il était une fois, dans un hôpital situé à Sendai, un couple voyait leur petit garçon naître. Le sourire aux lèvres et l’amour pour ce petit bout de chou qui venait de naître était présent. Et oui Ariake, ton bonheur a commencé dès que tu es sorti du ventre de ta très chère mère. Tes cheveux noirs, tes yeux bleus – que tu as hérité de Blanche, ta génitrice –, ta peau opaline, ton petit corps, tout chez toi découvrait ce monde hostile, tu n’étais plus dans cet endroit si chaleureux où tu te trouvais pendant neuf mois. Tu avais commencé à crier et pleurer lorsqu’une infirmière t’avait pris pas ses bras. Tu voulais ta mère et ton père, c’était tout. Enfant capricieux que tu étais. Mais un sourire affectueux était encré sur le visage de tes parents ; ils étaient comblés.

C’est comme cela que tu as commencé à grandir, tes premiers mots, la première fois où tu as marché tout seul, lorsque tu arrivais à manger sans l’aide d’Ayato – ton père – ou de Blanche. Tu devenais indépendant petit à petit. Tes géniteurs t’apprenaient à être poli, gentil, propre, tout pour ce que tu es une vie des plus heureuse. Oui, tu as été bien élevé, Ariake. Cependant, tu te serais bien passé ta première réception ; et oui, tes parents sont – pour ton plus grand malheur – riches et doivent assister à des fêtes pour les adultes. Et tu y étais emmené, ta mère n’avait pas le cœur à te laisser seul chez toi avec une baby-sitter, pas qu’elle ne leur fasse pas confiance, loin de là, mais elle voulait juste te savoir en sécurité et près d’elle. Aah, l’amour maternel, c’est tellement beau. Mais ces soirées-ci, tu ne t’en souviens pas, ta mémoire n’était pas assez développée pour qu’elles soient retenues. Ton sourire heureux était toujours présent, sauf quand tu as commencé à aller à l’école. Tu n’aimais pas cet endroit qui te laissait loin de tes parents que tu affectionnes tant, toi, l’enfant de l’amour, tu as commencé à développer une timidité sans égale.

Soit, tu as ta timidité qui commençait à venir, mais tes premières années de cours ne s’étaient pas si mal passées. Après tout, tu écoutais juste ce que le professeur disait et tu apprenais tes leçons comme un enfant normal. Souvent, tu restais seul à regarder les autres enfants jouer ensemble. Tu voulais te joindre à eux, n’est-ce pas ? Mais tu n’y arrivais pas. Ta gêne était trop grande, dès qu’ils venaient t’aborder pour que tu joues avec eux, ta tête se baissait, tes joues se coloraient d’une teinte rosée et tu bégayais. Evidemment, lorsque l’on est timide, on a tendance à être moins comprit, tu voulais y aller et ils ont compris que tu ne voulais pas. Enfin, tu t’y habituais lentement, parfois, tu en parlais à ta mère. Elle ne savait pas vraiment quoi faire pour ton embarras vis-à-vis des autres. Peut-être que cela allait partir quand tu allais entrer au collège et que tu prendrais de l’assurance ? Oui, ça ne pouvait être que ça.

Déception, tu étais tombé encore plus bas dans les limbes de la timidité. Ah, mon petit ange, tu n’adressais la parole à personne – sauf quand c’était utile, tes exposés étaient catastrophique, non, tu ne pouvais plus vivre avec cette crainte. Aha, douce illusion, elle restait accrochée à toi comme une sangsue. Impossible de t’en défaire. Puis, tu as abandonné. Après tout, si c’était ta nature, pourquoi vouloir la changer ? Certes, elle est handicapante, mais autant vivre avec et essayer de trouver un moyen pour la diminuer lorsque tu en as besoin. Et cette solution, tu ne l’as trouvée qu’en troisième année de collège ; entrer dans un club. Pendant tes deux premières années, tu n’avais été dans aucun d’entre eux, cette fois-ci, les professeurs te poussèrent à en choisir un.  Tu n’arrivais pas à te décider. Puis ton attention s’arrêtait sur le club de basket, c’est l’un des sports où il faut s’affirmer pour pouvoir être remarqué dans son équipe. Tu pensais que ce serait parfait. Et là, l’illusion n’était pas partie en fumée. Au début, ils avaient été intimidants et timide comme tu es, tu n’avais fait que baisser la tête et la hocher. Néanmoins, ils t’avaient appris beaucoup de chose pour jouer. Même si tu ne faisais pas parti des titulaires de ton collège, toi, Ariake, tu étais heureux de pouvoir jouer et essayer de t’affirmer sous les encouragements de tes camarades.

Puis un jour, ta famille s’est déchirée. Tu le sentais, tes parents se disputaient de plus en plus souvent. C’était le divorce assuré, tu n’étais pas dupe, tu le voyais très bien qu’ils restaient ensemble pour ne pas te perturber, après tout, ton bonheur passait avant le tien. Cependant, ce jour-ci, ton père avait quitté la maison pour partir en Allemagne, pour les affaires, disait-il, mais toi, tu savais qu’il allait y rester, dans ce pays qui est celui de ta mère. C’est aussi à cette période que tu t’étais décoloré les cheveux pour devenir blond et que tu avais commencé à trainer sur internet. Ta mère ne pouvait rien y faire, après tout, tu t’y sentais bien, tu as même rencontré ta meilleure amie – Takara – dessus. Tu lui racontais tout et elle te racontait tout. Puis un jour, tu lui as avoué ne pas être attiré par le corps féminin. Parfois, dans les vestiaires, tes camarades de basket étaient tout excités en voyant que un tel avait ramené un magasine un peu coquin. Tu savais que ça devait te faire de l’effet, mais tu n’avais rien eu. Cependant, lorsque tu avais vu un magasine du même style, mais avec des hommes dedans, tu avais senti ton corps chauffer. Tu n’avais pas choisi d’avoir une attirance pour les mâles, mon petit blond. Bien évidemment, tu le cache, après tout, c’est contre nature.

Et tu as fini par entrer au lycée. Ta première année. Ta mère s’est remariée lors de ta dernière année de collège avec un homme que tu apprécies beaucoup – il t’avait même offert une guitare acoustique pour que tu puisses y jouer ! – et toi, Ariake, tu es heureux que ta mère soit avec une personne qu’elle aime réellement. Le seul détail est que tu as du quitter les personnes auxquelles tu t’étais rapproché. Tu es passé de Sendai à Kyoto. Tu rentres par conséquent à Rakuzan – c’est le lycée le plus proche de chez toi et en plus, Yato, ton beau-père, te l’as conseillé. Le début de ta première année se passait comme au collège, tu es entré au club de basket, tu es toujours aussi timide, et tout le reste. Mais, ton oreille droite commençait à te faire souffrir. Tu pensais que cela allait passer, mais lorsqu’au bout de deux semaines la douleur avait été multipliée par trois, tu commençais à t’inquiéter, surtout que tu commençais à entendre de moins en moins de cette oreille. Blanche t’as emmené aux urgences, mais c’était trop tard. Une infection. Et celle-ci avait pu se répandre trop rapidement. Tu avais trop souvent tes écouteurs enfoncés dans tes oreilles, Ariake. Maintenant, ça te fait bizarre de n’entendre que d’une oreille. Bien évidemment, tes professeurs et tes camarades de basket avaient été mis au courant de ce qui t’es arrivé.

Aujourd’hui, tu es en deuxième année et rien n’a changé dans ta routine.


Derrière l'écran
PSEUDO • Renako.
SEXE • Cinq fois par jour-
ÂGE • 18 ans.

DOUBLE COMPTE ? • Wé, c'est pas compliqué de savoir qui c'est ?
PRÉSENCE SUR LE FORUM • Tout le temps.
COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM ? • c:
AUTRE • OLALA C 1 TRÉ BEL FISH !!!!! /roule/

© renako_dream


Dernière édition par Aiko Ariake le Dim 3 Avr - 1:21, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: l'enfant de l'amour qui possède la lumière ▽ aiko ariake   Sam 31 Jan - 19:45

HAAAAAAAN TROP MIGNON ♥
Rebienvenue ma belle, hâte de lire !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: l'enfant de l'amour qui possède la lumière ▽ aiko ariake   Lun 2 Fév - 2:48

Tu as trouvé un magnifique nom à ton personnage ♥
Je ne te ferai pas un pavé parce que je pense t'avoir dit tout ce que je pensais sur Aiko. Il va nous falloir un magnifique lien de la mort qui rendra justice à notre puissant amour et nos kokoros qui font doki doki en même temps ♥

Je t'aime ma princesse et amuse-toi bien avec ce nouveau compte !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arrière
Messages : 154
Date d'inscription : 31/01/2015
MessageSujet: Re: l'enfant de l'amour qui possède la lumière ▽ aiko ariake   Mar 3 Fév - 6:17

Terminé.
(ouais j'me suis amusée à mélanger passé & présent mdre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Personne Mystère
Messages : 589
Date d'inscription : 14/04/2014
Age : 18
MessageSujet: Re: l'enfant de l'amour qui possède la lumière ▽ aiko ariake   Mar 3 Fév - 15:48

(re)BIENVENUE !  
:09:

Oui j'ai fait un bond de 3 mètres... Moi j'ai cliqué directement sur la prez depuis la page d'accueil du forum, j'avais pas vu l'avertissement en description :c Te fous pas de moi ! :c













Copyright : Roxas - Kingdom Heart.
Nom et Prénom : Aiko Ariake. J'aime le nom 8D
Groupe : Rakuzan. Yeaaaaah pleupe l'école bleu clair !
Âge : 17 ans.
Orientation sexuelle : Homosexuel. Je ne dirais rien sur le fait que je n'aime pas le Yaoi :c Oups je l'ai dit :c
Rang :  Arrière. (lien avec l'homosexualité ? TOUT EST LIE. Pardon...)
Profession : Lycéen de deuxième année.
Capacités & faiblesses : Nickel.
Physique : Rien à redire.
Caractère : Ahah, tu as modifié ce que je t'avais dit ! :D C'est beaucoup mieux comme ça, je trouve ! :D Donc rien à redire !
Histoire : J'ai remarqué un petit truc incohérent, c'est futile mais je sais pas, ça m'a perturbée : tu dis qu'il se serait bien passé de sa première réception, et, juste après, qu'il ne s'en souvient de toute façon pas. S'il ne s'en souvient pas, il s'en fout au moins autant que de sa première compote, non ? (quoique pour la compote, on peut en douter vu qu'il aime le sucré). Sinon, le reste me paraît nickel. :D
Le Nombre de mots : Rien à dire wsh.
Avatar : A recenser par ici !
Orthographe : T'as du mal, parfois, hein ? Mais bon, ça gêne pas tant la lecture, donc pour moi ça va. Puis je peux pas te demander de TOUT corriger pour être validé, on est d'accord ? 8D (quoique, juste pour faire chier... /PAN/)


Tu l'auras compris, tu es validée ! J'ai hâte de voir ce que tu vas donner en RP ! Je te met donc ta couleur et ton rang ! :3 Amuse toi bien ! Tu connais la route je suppose ! :3
:09:



I just hoped to break the loneliness which consumed me
and you took my hand, like if it was normal



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: l'enfant de l'amour qui possède la lumière ▽ aiko ariake   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'enfant de l'amour qui possède la lumière ▽ aiko ariake
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» leçon de courage, a voir l'amour d'un père pour son fils
» Fourches= DEMONTER une FOURCHE? Jeux d' enfant ou Enfer?
» Hidalgo, un amour de Fjord
» TROTTINETTE ENFANT ???????
» affiches film "un amour de coccinelle"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille :: Administratif-
Sauter vers: