AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Lun 30 Juin - 10:18


∞ jusqu'à la haine

takara & ryouko




Pause déjeuner au lycée Kaijou. La cloche libératrice venait de sonner, annonçant aux élèves qu'ils avaient désormais une heure et demie pour se reposer et manger tranquillement avant d'attaquer les cours de l'après-midi. Les chaises raclèrent le sol dans un boucan de tous les diables alors que les lycéens se précipitaient au self ou aux distributeurs automatiques pour s'acheter un pain de viande et des boissons tandis que d'autres, plus prévoyants, déballaient leurs bentōs préparés la veille au soir ou ce matin et attaquaient leur déjeuner avec appétit tout en discutant entre eux joyeusement.

Takara n'échappait pas à la règle universelle de l'estomac et donc la jeune fille ne se fit pas prier pour sortir son propre bentō de son sac de cours, soigneusement emballé par ses soins. Elle – avec l'aide de sa mère quand celle-ci avait le temps ou bien de sa petite-soeur qui adorait aider comme elle le pouvait chaque fois qu'elle en avait l'occasion – avait préparé les paniers-repas de toute la famille hier soir avant d'aller se coucher, comme à chaque fois, se servant des restes du dîner.

Mordant dans son onigiri avec appétit, Takara chercha Mitsuhiro du regard, surprise de ne pas le voir. D'ailleurs il avait été absent toute la matinée... il lui sembla se souvenir que les garçons avaient parlé d'un match d'entraînement avec une école de Tokyo. Comme les examens trimestriels étaient passés, ils avaient réussi à convaincre la direction de louper une partie des cours du jour pour leur entraînement.

La jeune fille mâchonna sa pitance d'un air bougon. Mine de rien elle aimait bien avoir la présence du singe de l'équipe masculine près d'elle durant les cours, c'était distrayant. Et puis elle avait sciences tout à l'heure... horreur, sans Mitsu pour la guider elle allait encore foirer complètement !

Assoiffée et dépitée à l'idée de devoir faire ce TP sans son professeur de physique particulier et partenaire tout désigné – merci les profs, même si en réalité cette collaboration forcée se révélait très intéressante – Takara quitta la salle pour aller se chercher une boisson. Elle prit une canette de café froid au distributeur et s'en retourna paresser dans la salle de classe en se lamentant sur les cours à venir, sirotant sa boisson caféine.

« Kurokawa-san ! » l'appela soudain une voix.

La jeune fille s'arrêta et jeta un regard par-dessus son épaule, pour voir une lycéenne de deuxième année courir vers elle, les joues rendues un peu rouges à cause de l'effort. Takara reconnu une de ses camarades de classe, assise derrière elle et avec qui elle discutait parfois entre deux cours. L'adolescente se stoppa à sa hauteur, essoufflée d'avoir traversée la cour et reprenant son souffle en s'appuyant sur ses genoux.

« Je suis contente de te voir. Il y a une fille devant les grilles qui demande à voir Kasamatsu-senpai, mais impossible de le trouver. » expliqua la lycéenne, sous-entendant que, grâce à toutes ces foutues rumeurs à la con qui laissaient croire que les deux capitaines des équipes de basket étaient ensemble – avec Kise au milieu pour rajouter du quiproquo et faire d'eux trois le triangle amoureux le plus sensationnel de tout Kaijo – dès que quelque chose touchait Kasamatsu, il fallait absolument en référer à la petite-amie imaginaire de ce dernier, à savoir Takara, qui n'avait rien demandé à personne elle et surtout pas de passer pour la couguar de service.

« Une fille ? Qui veut voir Yukio ? » répéta la Kurokawa, incrédule.

Elle fronça les sourcils, mâchonnant les bords de sa canette à moitié vidée. C'était louche. Elle commençait à plutôt bien connaître le jeune homme, après tout ils étaient amis – une amitié un peu surprenante certes, mais tout de même, elle estimait qu'elle pouvait considérer le capitaine de l'équipe masculine comme tel. Et Yukio ne fréquentait pas de fille à sa connaissance, il les fuyait comme la peste et elle était justement l'exception qui confirme la règle – en même temps avec toutes les conneries qu'ils avaient vécut, le jeune homme était plutôt bien vacciné de sa présence dans son périmètre de sécurité.

Du coup, un mauvais pressentiment envahit Takara. Un genre de truc inexplicable qui lui serrait le ventre et la laissait penser que les emmerdes étaient pas loin. Ce sixième sens s'était déjà avéré efficace à plusieurs reprises, aussi la meneuse décida-t-elle de s'y fier. D'un signe de tête pour remercier la jeune fille, elle lui dit de la laisser s'en occuper et se dirigea d'un pas vif vers les grilles d'entrée du lycée.

Arrivée sur place, le froncement de sourcils de Takara s'accentua et elle sentit son instinct animal lui hurler que quelque chose de mauvais aller arriver. De très mauvais même. Son regard froid comme l'acier se posa sur la silhouette féminine qui se tenait là. Sans même la connaître, Takara pouvait déjà dire qu'elle n'aimait pas cette fille. Pas du tout.

« Eh. C'est toi qui veut parler à Yukio ? » l'apostropha-t-elle sans ménagement ni sympathie. « Je ne sais pas ce que tu lui veux, mais normalement, quand on est polie, on décline son identité avant d'adresser une requête aux gens. »

Bizarrement, elle sentait que la réponse de la jeune fille en face d'elle n'allait pas être pour lui plaire…

Ce n'était, en réalité, probablement pas une bonne idée qu'elle se mêle de ces histoires. Après tout cette fille voulait parler à Kasamatsu, qui était-elle donc pour s'interposer dans cette affaire qui ne la concernait pas le moins du monde ? Sauf que non, Takara n'était pas comme ça et rien à foutre que ce soit mal placé, indiscret, impoli ou dieu sait quoi encore. Elle n'aimait pas cette fille et se doutait qu'il y avait quelque chose dans sa présence ici qui n'allait pas lui plaire.

D'autant que Yukio était absent de toutes manières aujourd'hui, donc tant pis, l'autre allait devoir traiter avec elle, que cela lui plaise ou non.

code by PANIC!ATTACK


Dernière édition par Kurokawa Takara le Jeu 9 Oct - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Mer 2 Juil - 21:22





Never touch a member of Kaijou's family





Cela va faire un mois, que la rose est revenue d'Angleterre. Un mois quelle évite de se balader dans les rues de son quartier ne voulant surtout pas rencontrer des personnes qu'elle connait, enfin connaissait. Elle y arrivait assez bien. Passant le plus clair de son temps ou à son lycée ou bien au temple qui faut le dire n'attirait pas grand monde. Enfin il était devenu rare de voir des jeunes passer par le temple pour prier. Certains viennent simplement pour manger, car le coin est assez « cool ». Elle en leur foutrait des cool. Cela l'a fait plus rager qu'autre chose. Un temple n'est pas là pour faire décoration, mais bien pour s'en servir et non pas s'en servir comme un lieu de pause déjeuner.

Aujourd'hui jour de cours elle n'a pas l'envie ni la force d'aller à Kirisaki, dans un sens ça tombait bien elle n'avait pas cours de la journée. Ne cherchais pas à savoir pourquoi. Elle non plus elle n'en connaît pas la raison, mais qui allait s'en plaindre elle n'avait rien à faire aujourd'hui.

C'est donc qu'en fin de matinée qu'elle décide de se lever de son lit pour bouger. N'ayant vraiment rien à faire elle prend la lourde décision de sortir prendre l'air. Oui elle va arpenter les rues de Kanagawa. Seule. Sans escorte pour faire genre je suis occupé si elle rencontre un de ses anciens compagnons de fortune pendant ses années d'école.

Elle troque ses vêtements spécialement pour chez elle contre des vêtements de ville, ses grands-parents aiment les traditions. Elle part enfin en escapade dans la ville. Avec tout ceci elle a de quoi devenir nostalgique. La dernière fois qu'elle à arpenter ces rues le brun était avec elle. L'envie de se cogner contre un mur la reprend comme à chaque fois que ses pensées se tournent vers lui.

Elle avait oublié combien ce quartier était joli. Elle avait oublié pas mal de choses. Dont pour certaines elle y reprenait goût comme par exemple la cuisine japonaise. A trop penser, elle ne fait même plus attention à où elle va. C'est donc avec surprise qu'elle découvre son terminus. Le lycée privé de Kaijo.

C'est peut-être le signe que Ryouko devrait parler au brun, enfin c'est ainsi qu'elle voit la chose, c'est pour cette raison qu'elle rentre dans la cour à la recherche du brun qu'elle pense pouvoir reconnaître entre mille.

Cependant, au bout de plusieurs minutes de recherche impossible pour elle de le trouver, il a peut-être tout simplement changé ou alors il n'est pas là. La seule façon de le savoir est de demander. Remarquant un groupe de filles non loin elle prend son courage à deux mains et va voir une des filles présentent non loin en train de manger, elle ne sait trop quoi.

« Dit moi est-ce que tu sais où se trouve Kasamatsu Yukio ? J'aimerais lui parler »  la rose se force à faire un petit sourire, du style je ne lui veux rien de mal je suis gentille, ce qui à l'air de prendre puisque la plus jeune se lève en lui disant qu'elle va voir si elle arrive à le trouver. Sakine la gratifie d'un sourire pour la remercier avant de pousser un long soupire quand l'idiote n'est plus dans les parages. Qu'est-ce que les gens peuvent être détestables ! Enfin maintenant ce qui est important c'est qu'elle va voir son meilleur ami d'enfance qu'elle n'a pas vu depuis plus de trois ans maintenant. C'est tout ce qui lui importait.

Les minutes défilent et la femme ne revient toujours pas. La rose se demande si la plus jeune ne lui a pas fait une mauvaise, très mauvaise blague. Elle se promet que si elle la revoit elle lui fera comprendre sa colère. Ce n'est pas quelques choses qu'on fait aux autres, mais ça lui a donné une très bonne idée pour énerver son peuple la prochaine fois qu'on lui demandera quelques choses.

Ryouko va pour partir quand elle entend finalement une voix dans son dos qui lui demande si c'est bien elle qui veut parler à Yukio. Elle se retourne et tombe sur une brune à part si en trois ans il a changé de sexe ce n'est pas Yukio. Elle lui fait face, fronçant à son tour les sourcils donnant un air mauvais à son visage.

Pourquoi des personnes qui n'ont rien à voir avec lui, doit fourrer leur nez dans ses affaires. Il n'est pas capable de se débrouiller tout seul qu'il a besoin d'un secrétaire ? La jeune femme pousse un long soupire pour se détendre, pour ne pas être méchante et vulgaire tout de suite. Il faut toujours donner une bonne image de soi la première fois qu'on rencontre quelqu'un. C'est ce qu'elle essaie de faire aujourd'hui avec la brune. C'est donc une fois assez calmée qu'elle finit par lui répondre en essayant de lentement respirer.

« Oui c'est moi qui cherche Yukio. Tu ne l'aurais pas vu par hasard ? »On retente la question, mais malgré elle, elle commence à perdre son sang-froid « Je suis tout à fait d'accord qu'il faut se présenter avant de demander quelques choses. Alors, pourquoi tu n'appliques pas cette règle à toi-même avant de faire la leçon aux autres ! Tu es du genre faite ce que je dis ,mais ne fait pas ce que je fais ! » Ce n'était qu'une question de minutes avant qu'elle ne perde totalement son sang-froid et maintenant c'est le cas. Mais malgré tout elle va répondre à sa question.« Je m'appelle Ryouko Sakine, je suis amie de Yukio » Oui seulement une amie ce n'est pas le moment, ni la personne à dire que c'est ton, ancien ?, petit ami. « Et toi c'est quoi ton petit nom ? Secrétaire personnel de Yukio Kasamatsu ? Ou alors quelques choses de beaucoup plus intime ? » Pour une personne qui ne parle beaucoup, elle fait l'honneur à cette femme de faire tout le contraire, certainement à cause du fait qu'elle l'ait énervé dès le début.
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Jeu 3 Juil - 14:59


∞ jusqu'à la haine

takara & ryouko




Elle ne l'aimait pas. Direct.

C'était plutôt rare que Takara juge un être humain aussi rapidement, voir même cela ne lui arrivait jamais, de même qu'elle n'avait pas forcément l'habitude de détester une personne, sans motif apparent. Bon certes, bon nombre de personnes avaient le don prodigieux de l'agacer et de la faire sortir de ses gonds régulièrement – Ryouta et Kahei pour n'en citer que quelques uns –, mais cela n'empêchait pas la capitaine de l'équipe féminine d'avoir une affection sincère et même profonde dans le cas des deux idiots cités plus haut pour ces mêmes personnes. Au fond, elle gueulait beaucoup, mais la lycéenne n'était pas méchante.

Sauf avec les très rares personnes qu'elle ne portait pas dans son cœur et avec qui elle se comportait comme l'enfant et la préadolescente sauvage et parfois agressive qu'elle était. Et malheureusement pour cette fille face à qui elle se retrouvait, celle-ci semblait être bien partie pour faire partie de cette dernière catégorie.  

Dès que la jeune fille l'ouvrit, les sentiments de l'adolescente se confirmèrent et Takara grinça des dents. Non décidément, elle ne l'aimait pas. Même sa manière de parler l'agaçait, tout comme son physique, trop sage pour être réel. Et c'est quoi cette teinture de cheveux sérieusement ? Dans l'esprit de Takara, il n'y avait que son amie Satsuki qui avait le droit d'avoir une chevelure rose comme une pétale de cerisier, pas cette foutue fille débarquée de nul part et exigeant déjà une entrevue avec un de ses camarades – et pas des moindres puisqu'il s'agissait de Yukio, son ami qui a une trouille bleue des filles ; cherchez l'erreur.

« Dis donc, je ne te permets pas ! C'est toi qui débarque comme ça dans notre lycée, c'est donc à toi de te présenter en premier ! » s'exclama Takara, commençant à s'énerver sérieusement.

Cependant, avant qu'elle n'ait le temps de continuer de lui dire sa façon de penser de ses agissements, l'autre révéla finalement son nom. La Kurokawa se figea sur place, ses yeux s'écarquillant légèrement de surprise.

« Sakine Ryouko... » souffla-t-elle du bout des lèvres, s'assurant que ce n'était pas une hallucination auditive.

Ce nom laissa un goût amer sur sa langue alors qu'elle le crachait presque. Elle connaissait cette fille. Elle savait maintenant pourquoi elle ne l'aimait pas, pourquoi elle avait un mauvais pressentiment qui lui tordait les boyaux depuis tout à l'heure.

Ce nom, celui que Yukio avait révélé ce fameux soir ou il l'avait retrouvé, salement amochée. Ce soir où Takara avait finalement décidé d'elle-même que, oui, Yukio était son ami et elle était heureuse d'avoir une personne comme lui dans son entourage, même si c'était parfois un peu compliqué – surtout à cause de ces foutues rumeurs débiles qui circulaient dans toute l'enceinte du lycée !

Etait-ce le destin ? Pourquoi, après toutes ces années, cette fille qui avait brisé le cœur de son camarade revenait-elle, se présentant aux portes de Kaijou ce jour bien précis ? Takara était soulagée soudain que Yukio ne soit pas présent. Elle avait promit à Madame Kasamatsu qu'elle prendrait soin de lui et nul doute que de revoir son premier amour risquait de perturber grandement le jeune homme et de remuer inutilement des vieux souvenirs, alors que la plaie était finalement cicatrisée.

Heureusement, ou malheureusement, les dieux en avaient décidé autrement et avaient décidés de placer Takara au beau milieu de cette histoire, un peu malgré elle certes, mais désormais qu'elle était là la capitaine de l'équipe féminine ne pouvait plus reculer. La jeune fille serra les poings, si fort que ses jointures en blanchirent, à l'entente de la petite pique de la Sakine, qui ne lui inspirait plus que colère et dégoût désormais.

« Amie ? » cracha la jeune fille, se retenant à grande peine de hurler pour ne pas ameuter trop de monde autour d'elles – quelques curieux s'étaient déjà rassemblés en retrait, observant la scène à distance pour éviter de devenir la cible de la fureur de la Kurokawa. Un rire sans joie la secoua brièvement. « Non je ne crois pas. Plus maintenant en tout cas, il me semble que tu as perdu ce titre il y a longtemps. Maintenant dégage d'ici avant que je ne m'énerve. »

Son ordre avait été sec, glacial même. La dragonne de Kaijou n'attendait aucun refus, aucune résistance, sinon elle n'hésiterai plus à sortir griffes et crocs pour de bon cette fois et ce serait aux risques et périls de son adversaire.

Cependant, ce serait certainement trop beau d'espérer que l'autre allait obéir bien sagement. La Sakine devait certainement se demander pourquoi est-ce qu'elle la connaissait sans même qu'elles ne soient rencontrées auparavant et quelque chose disait à Takara que cette petite histoire n'allait tout simplement pas se terminer aussi facilement. Ce serait trop simple voyons …

code by PANIC!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Ven 4 Juil - 21:59





Never touch a member of Kaijou's family






Il y a quelque chose chez la brune en face d'elle qui ne lui inspire pas confiance, mais elle ne saurait pas dire quoi. Peut-être que le simple fait que ce soit elle qui soit venue à la place du brun, peut-être était-il proche et ceci se qualifiait par un sentiment de jalousie de sa part ou tout simplement le fait que c'était ainsi que tout ceci devait se passer. Elles étaient tout simplement près destinées à ne pas s'aimer. Car, oui ça se voyait facilement que la brune ne l'aimait pas en retour. Sûrement à cause de ce qui s'est passé il y a trois ans. Ce qui doit forcément dire que l'ami d'enfance, de la rose, en a parlé autour de lui. Ce qui fait qu'elle ne devait plus trop espérer d'être bien accueilli quand elle verra Yukio.

Ce n'est pas vraiment le moment de penser à ça. Voilà pourquoi la rose ce reconcentre sur les dire de la brune en face d'elle. Qui commence à lui courir sur le haricot à lui donner des leçons. C'est elle qui vient l'agresser, mais ça doit être la rose qui doit se présenter en premier. Elle ne comprendra jamais la logique des choses. Enfin ne voulant pas s'énerver, tout de suite et surtout sur un sujet aussi idiot que celui-ci. La rose lui donne son nom et son prénom en essayant de finir, sa petite présentation par une petite taquinerie. Rien de bien grave. Mais la brune bloque sur son prénom. Elle le répète une fois comme si elle voulait vraiment avoir une confirmation sur le prénom qu'elle vient d'entendre. Confirmation que lui donne la jeune Sakine.

« Oui je suis bien Sakine Ryouko. Tu es sourde ou quoi ? Je n'ai pas l'impression de l'avoir dit à voix basse ! » Dit-elle sur un ton plutôt hargneux. Ce n'est pas sa faute. C'est sorti ainsi. Elle ne l'aime pas, elle ne peut pas faire autrement. Sakine ne sait pas faire la gentille avec les personnes qu'elle déteste. C'est un plus elle n'est au moins pas quelqu'un de complètement faux.

La façon dont tout ceci se déroule donne l'impression à la rose que la femme en face d'elle la connais. Donc la théorie sur le fait que Yukio ait pu tout lui raconter se confirme un peu plus. Donnant un sérieux avantage à la brune. Enfin non ça ne lui donne aucun avantage puisque la plus âgée des deux avait bien changé pendant ces trois ans. Un sourire assez hautain se peintsur ses lèvres. Elle a bien fait de se balader dans Kanagawa ce matin. Cela va lui permettre de se défouler un peu. Chose qu'elle n'a pas fait depuis un moment. Pour être exacte depuis que tu es revenu au pays. Tu vas pouvoir enfin gueuler comme tu le souhaites. C'est parti pour quelques rounds.

La jeune femme va pour lui dire ses quatre vérités, mais elle se fait devancer par la plus jeune qui lui crache son venin en pleine figure. Le bonbon rose ne pensait pas que la brunette puisse l'attaquer sur ce terrain-là. Enfin si elle aurait dû sans douter avec tout ce qui vient de se passer.

Ce que la jeune femme dit à la barbe à papa sur patte lui fait l'effet d'un coup de poignard. Ce qu'elle espérait ne jamais se passer est en train de se produire, là sous ses yeux. Et c'est une gamine, qu'elle ne connaît toujours pas son nom et mon prénom qui le lui apprend. Ce qui s'est passé il y a trois ans a fait perdre sa place d'amie d'enfance auprès de Yukio. Qu'est-ce qu'elle espérait ? Elle était partie sans prévenir, sans même laisser, sans l'avoir appelé ne serait-ce qu'une fois. C'était donc tout à fait logique qu'il l'envoie balader.

Mais l'apprendre de la bouche d'une gamine de son genre qui n'est même pas capable de se présenter. Là s'en est trop pour la jeune femme. Les jointures de ses mains commencent à blanchir sous le serrage de poing un peu trop fort. Mais c'était ou ça ou le poing de la rose dans le visage de la brune. Cette rencontre va se finir en marre de sang. Et même les petits curieux ne pourront pas si opposer.

C'est l'heure de la riposte.

« En quoi ça te regarde ? Hein ? T'es qui pour me faire la morale ? Je crois que ça ne te regarde en rien ce qui s'est passé entre Yukio et moi. Mêle-toi de ce qui te regarde. Tu ne sais rien de ce qui s'est passé alors je ne te permets en aucun cas de me critiquer» La rose fait une pause pour pouvoir calmer les tremblements de son corps qui a pris son corps lorsque la colère c'est emparé de son corps. « Et si je suis là c'est pour parler avec Yukio. Je partirais qu'une fois ce sera fait. »

Une fois ceci dit la rose dépasse la jeune femme toujours anonyme bien décidé de trouver son ex -?- dans parmi tous ces ados. Mais quelque chose là tracasse, elle se retourne donc vers la jeune femme et demande d'une voix assez calme. « Et toi qui es-tu ? Et pourquoi tu te préoccupes tant de Yukio ? » Une fois ça question posé, elle reste face à elle toujours les yeux dans les siens. Dans un pur air de défi.

HRP:
 
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Sam 5 Juil - 11:05


∞ jusqu'à la haine

takara & ryouko




« Cela ne te regarde en rien », les mots résonnent dans son esprit et pendant un bref instant, Takara sent son assurance déterminée vaciller, comme une flamme de bougie hésitante. Elle sait parfaitement que l'autre à raison. Ce n'est pas ses affaires, pas son histoire. Elle ne devrait même pas être au courant de tout cela. Elle n'osait d'ailleurs imaginer la réaction de Yukio s'il avait vent plus tard de cette actuelle altercation. Lui qui n'aimait pas vraiment, voir même pas du tout, parler de lui et de son passé …

La Kurokawa serra les poings. Oui d'accord, ce n'était pas ses affaires. Et bien tant pis. Elle s'en mêlerait tout de même, parce que Yukio était son ami et qu'elle détestait qu'on s'en prenne à ses proches, d'une manière ou d'une autre. De toutes manières, il était trop tard pour reculer désormais. Aussi Takara releva-t-elle la tête, se mordant la lèvre pour se forcer à rester calme … pour le moment du moins. Il n'était pas dit qu'elle parviendrait à se contrôler toute la durée de cette conversation malvenue.

« Détrompes-toi. Je connais l'histoire et c'est bien parce que je sais parfaitement qui tu es que je refuse de te laisser voir Yukio, juste comme ça. » souffla-t-elle, la voix aussi aussi aimable qu'une porte en acier trempé – si c'est possible d'abord !

Son regard s'assombrit tel un ciel orageux alors que l'autre insolente la dépassait, passant à côté d'elle, grinçant des dents furieusement, la mâchoire serrée. Saleté … ! Elle n'en avait pas fini avec elle et avait bien l'intention de le lui faire comprendre d'ailleurs. La brune fit volte-face brusquement, sa crinière attachée en queue de cheval brouillonne voltigeant autour de son visage à cause de la force brutale de son mouvement.

Un coup d'oeil rapide autour d'elle lui apprends que la zone commence à se remplir. Certains ont déjà dû ébruiter que le ton commençait à monter sérieusement entre la capitaine de l'équipe féminine de basket et une lycéenne lambda d'un lycée voisin. Cependant, les adolescents alentours n'osaient trop s'approcher pour autant, préférant rester dans leur coin pour profiter du spectacle sans risquer de se voir soudainement devenir la cible du courroux de la Kurokawa. Peu importe. Qu'ils regardent donc si ça leur chantait à ces imbéciles.

Du coin de l'oeil, Takara repéra quelques filles de l'équipe, qui semblaient inquiètes et prêtes à intervenir si besoin est. La présence de ses équipières la rassura quelque peu – pas qu'elle avait peur de la Sakine, du tout même. Disons plutôt qu'elle avait peur d'elle-même et de ce qu'elle pourrait être capable de faire si elle s'emportait trop. La jeune fille savait qu'elle était capable de frapper, juste et fort. Trop fort même si elle ne se contrôlait pas.

Takara savait qu'elle avait une certaine violence en elle, que le basket lui permettait d'exprimer sainement et de canaliser et qu'elle apaisait notamment en criant comme elle le faisait parfois pour se calmer les nerfs, préférant être un chien qui aboie trop fort plutôt qu'une bête féroce qui mord tout ce qui passe à porté de crocs. Mais il suffisait de la mauvaise personne en face d'elle et de certaines émotions particulières pour que les choses dérapent. Le désir de protéger ses amis, aussi fort et positif soit-il, pouvait se transformer malheureusement en actes regrettables si la sauvageonne capitaine n'y prêtait pas attention.

L’adolescente serra les poings plus fort alors qu'elle s'approchait, réduisant la distance entre elle et Ryouko pour se retrouver juste en face de cette dernière. Un bref sentiment de satisfaction l'effleura alors qu'elle constatait qu'elle était nettement plus grande que la rose, la dépassant d'une bonne dizaine de centimètres, même si cette dernière était plus âgée – d'un an seulement. Ses ongles s'enfoncèrent dans la chaire de la paume de ses mains et la douleur physique lui permit de retenir un peu sa colère montante.

« Je suis son amie, tout simplement. Je n'ai pas besoin de raisons supplémentaires pour me soucier de lui. Je ne sais pas ce que tu lui veux, je m'en fous à vrai dire. Si t'es là pour t'excuser, t'as trois ans de retard je te signale. Quoiqu'il en soit, je ne te laisserai pas faire ou dire quoique ce soit qui pourrait blesser Yukio, saches-le. »

Elle toisa la Sakine avec un air de défi, appréciant silencieusement que l'autre ne doive lever les yeux pour lui parler et la regarder en face. De même qu'actuellement, elle était consciente qu'elle avait un certain avantage contre elle, car Takara en sait plus sur Ryouko à son compte, tandis que l'autre ignore encore jusqu'à son nom.

La Kurokawa se décida à enfoncer d'avantage le clou, espérant que cela suffirait à convaincre son interlocutrice de ficher le camp. Bien qu'elle en doutait légèrement ...

« De toutes manières, il n'est pas ici. Et même si c'était le cas, je te l'ai dis, je ne te laisserai pas le voir. Tu as fais suffisamment de dégâts ainsi. »

Intérieurement, elle bouillonnait déjà et il était clair pour quiconque connaissait un minimum Takara qu'il ne faudrait pas grand chose à ce stade de la part de la jeune fille à la chevelure rosée pour la faire exploser.

code by PANIC!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Sam 5 Juil - 17:58





Never touch a member of Kaijou's family






La rose crue desceller un moment d'hésitation chez la plus jeune, mais ce ne se passe que dans son imagination. L'air qu'elle voit sur le visage de son ennemi ? Est-ce qu'on pouvait vraiment la qualifier d'ennemi ? Lui fait prendre conscience que c'est tout le contraire. La jeune femme est obligée de se mordre jusqu'au sang pour ne pas s'énerver au point de devenir violente.

Plein de questions se bousculent dans la tête de la rose. Jusqu'où connaît-elle ce qui s'est passé entre elle et Yukio ? Tant de questions qui vont rester sans réponse vue comment c'est parti entre les deux ce sera difficile pour elle de se poser pour discuter tranquillement du passé comme si elles étaient meilleures amies depuis des lustres. La barbe à papa sur patte veut tout de même mettre les choses aux claires. « Je n'ai aucunement besoin de l'autorisation de quelqu'un pour aller voir une personne. Et surtout pas celle d'une personne qui n'est même pas capable de donner son nom alors qu'elle fait la morale justement pour ça. » Elle se calme en poussant un long soupire. Ce qui ne marche malheureusement pas.« Tu n'es pas son garde du corps. Si c'est le cas j'espère qui te paie une misère, car tu n'es, mais alors vraiment pas efficace »

La rose la dépasse, mais pas pour très longtemps. Elles se retrouvent de nouveau dans un face à face qui prendra fin que lorsqu'elles se seront expliquées, enfin tout le monde l'espère, mais beaucoup pense que vu la colère de la plus jeune ce sera loin d'être fini seulement en les forçant à s'expliquer comme on le ferait avec deux gamines qui se tirent les cheveux. Ici se sont deux adultes qui se battent pour une histoire avec un homme. Est-ce que les histoires entre femme devaient toujours tourner autour d'un homme ou pratiquement toujours ?

La plus jeune a toutes les cartes en main. A ce que la rose a compris elle est au courant de tout ce qui s'est passé entre elle et le brun. Même pas compris la brune le lui avait dit. Elle connaît toute l'histoire. Pas moyen de passer outre en disant qu'elle ne sait pas de quoi elle veut bien parler, si Yukio lui accorde sa confiance il lui a tout dit et non Sakine n'est pas du genre à nier pour se sortir de ses problèmes même si ces problèmes en question vont se régler à coups de poing. Ça ne serait pas pour déplaire le public, qui c'est entassé autour d'elles. Ils donnent l'impression d'être venu voir un combat de catch. A retenir leur souffle en attendant que les deux monstres se sautent dessus comme un pauvre morceau de viande.

Et bien ils peuvent tous allé voir ailleurs. Ryouko ne va pas frapper la brune, ce n'est pas que l'envie lui manque. L'envie est bien présente elle lui hurle même de lui en mettre une dans sa gueule d'ange. Oui, car la fille qui est en face de la rose n'a rien à envier au commun des mortels. Ses yeux sont d'un bleu sublime sûrement ce qui a dû faire craquer Yukio. Il faut bien quelque chose pour se remonter le moral même si ça ne marche pas vraiment pour la rose. Qui semble se briser de l'intérieur.

De plus en plus de jeunes se rassemblait autour des deux filles qui se regardaient dans le coin des yeux. Après un rapide coup d'oeil pour voir à quoi ressemblent les spectateurs, Ryouko comprend qu'en plus de pratiquement tout connaître d'elle la brune est sur le meilleur terrain qui peut exister. Elle doit connaître beaucoup de monde donc s'il y a un problème elle pourra se faire soutenir par les autres alors qu'elle, elle est venue seule, sans alliée. Enfin elle était venue dans le principe de parler à son ami d'enfance pas de tomber sur son garde du corps personnel. Et puis elle ne voulait pas venir là au départ. Le karma quand tu nous tiens !

C'est en voyant la brune réduire la distance entre elle que la rose redescend parmi les siens étant parti, un peu loin dans ses pensées. Ce qui est une mauvaise idée surtout lorsqu'il s'agit de cette femme en face. Il ne faut pas quelle baisse sa garde. C'est en étant vraiment proche d'elle que le bonbon acidulé remarque la différence de taille d'une dizaine de centimètre entre les deux. Ce qui la fait doucement rager. Elle a tout de même un an de plus et c'est la plus petite. Y a de quoi rager.

Ce que lui dit la brune, c'est quand même chiant de ne pas connaître le nom des gens !

Ce que dit la brune la fait doucement rire. Son amie ? Est-ce qu'elle est seulement que son amie ou y a-t-il autre chose derrière quelques choses de plus charnel, de plus ... sexuelle. Oui il faut oser les mots qui choquent. Son petit rire se transforme rapidement en une colère sourde, noire. Une colère qui pourrait lui faire tout détruire sur son passage. Tout détruire seulement le seul problème c'est qu'elle ne veut pas se faire tomber dessus par sa capitaine qui va vouloir des explications si jamais elle revient avec quelques blessures. Si jamais elles entament un combat aucune des deux n'en sortira sans quelques égratignures.

Ryouko se rapproche encore un peu plus de la brune dans l'optique de la faire encore pus rager. Comment énerver ton ennemi ? Colle-toi à elle et demande lui des trucs qui fâchent. C'est exactement ce qu'elle va faire. « Son amie laisse-moi rire ? Tu ne serais pas plus par hasard ? Quelques choses que certains hommes ont besoin pour comment on dit déjà? Ah oui! Se vider les couilles . » Non, non, elle ne vient pas de la traiter de péripatéticienne.

Au fond d'elle. Ca lui fait mal de parler de Yukio comme un homme qui se sert des femmes, mais elle ne doit pas perdre face à cette fille.

Yukio pas ici ? Elle a fait tout ça pour rien. Là ça la met vraiment hors d'elle-même. C'est donc tout naturellement qu'elle donne un énorme coup d'épaule à la jeune pour pouvoir passer et filer vers la sortie, mais avant de sortir elle se retourne, en lui disant avec une touche d'ironie « Désolé je n'ai vraiment pas fait exprès. Je ne t'avais pas bien vu. » Elle fait deux trois pas, mais il y a toujours quelques choses qui l'ennuient. Elle revient donc sur ses pas pour regarder la brune dans les yeux.

Foutu dix centimètres en moins elle devait lever les yeux pour pouvoir la regarder correctement.

« Donne-moi ton nom et je te ferais l'honneur de passer l'éponge sur tout ce qui vient de se passer entre nous » La rose est vraiment trop généreuse.


© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Dim 6 Juil - 17:44


∞ jusqu'à la haine

takara & ryouko




Cela faisait quelques semaines déjà que les rumeurs concernant la relation liant la Kurokawa aux membres de l'équipe masculine de basket-ball de Kaijou circulaient, sans vouloir totalement se calmer. Heureusement la plupart des gens n'y prêtaient pas trop attention, de même que les amis de la brune qui connaissaient suffisamment cette dernière pour savoir qu'elle était à l'opposée même de la succube tentatrice décrite dans les dîtes rumeurs. Takara souffrait silencieusement de ces stupidités sans nom, ayant suffisamment de problèmes dans son existence avec le karma pourri qu'elle avait pour qu'on n'ait pas besoin de lui rajouter une réputation de fille de petite vertu en supplément.

Cependant, du moment que cela ne touchait qu'elle et pas Yukio, Ryouta ou Mitsuhiro – oui même lui ils s'y mettaient, tout ça seulement parce qu'ils révisaient leurs cours ensemble ! Si les lycéens voulaient à ce point des histoires d'amour au sein de Kaijou, qu'ils s'en occupent eux-même entre eux et laissent donc les deux clubs de basket tranquilles ! Tant que ses camarades ne souffraient pas de ces fichues rumeurs idiotes, Takara s'en fichait un peu et laissait passer, n'ayant pas le temps de s'embêter à aller démolir le visage de tout ceux qui chuchotaient à son passage dans les couloirs – majoritairement des garçons stupides et injustement méchants ou bien quelques groupies de Kise un peu dérangées.

Mais les insinuations cruelles et sans la moindre délicatesse de la Sakine déclenchèrent une tempête dans le cœur de Takara. C'était ignoble de sa part de sous-entendre de telles choses. La voix de la Kurokawa monta d'un cran supplémentaire.

« Mais ta gueule ! Comment oses-tu sous-entendre ce genre de choses, c'est si surprenant qu'on puisse être amis, tout simplement ?! Si tu crois qu'après t'avoir entendu dire de telles horreurs, je vais te laisser l'approcher ! »

Trop, c'était trop. Takara faisait de gros efforts sur elle-même pour se retenir depuis le début de cette conversation qu'elle n'avait vraiment pas envie d'avoir, mais maintenant qu'elle y était impossible de reculer. Ce serait admettre sa défaite face à l'autre et ça hors de question. Tout ça pour quoi d'ailleurs ? Elle ne se battait même pas pour un homme dont elle voulait le cœur et la main, Yukio était son ami, tout simplement. Est-ce que c'était vraiment nécessaire d'aller aussi loin, pour une vieille histoire qui plus est ? Sans doute tout cela était-il ridicule, mais les deux adolescentes n'en avaient cure pour le moment, trop aveuglées qu'elles étaient dans leur énervement.

Les mots, la bousculade … tout cela fut la goutte qui fit déborder le vase pourtant déjà plein à ras-bord. Les dents de Takara grincèrent furieusement alors qu'un grondement sourd lui échappait.

« Pétasse … »

Et la lionne passa à l'assaut, prompte chasseuse bondissant sur sa proie pour l'immobiliser et lui asséner le coup de crocs qui serait fatal. Sa main s'envola, rapide et précise comme un serpent frappant sa victime, et agrippa fermement la Sakine par le col de son haut, manquant presque de le déchirer d'ailleurs.

Elle la saisit à deux mains, un lueur férocement haineuse dans le regard, bien que l'adrénaline y était pour beaucoup dans sa colère aveugle. Profitant de son avantage de taille, Takara fit basculer l'autre d'un balayage du pied et les deux jeunes filles se retrouvèrent étalées au sol. Ou plutôt Ryouko se retrouvait à terre, avec une Takara qui la tenait toujours fermement par le col, à moitié assise sur son ventre, et la dominait de sa nouvelle position de force, le regard brûlant.

Elle entendit vaguement, en bruit de fond, une voix féminine s'exclamer et dire qu'elle allait chercher un professeur. Elle reconnu au son cristallin une des premières années du club. Bien. Qu'on l'arrête maintenant, sinon elle ne se retiendrait plus et en ferai de la charpie de cette foutue gonzesse. Ah elle était belle la Sakine ! Cachée derrière son joli petit minois et maniant sa langue de vipère.

Takara gronda, sa voix d'un calme bien plus inquiétant que tous les hurlements qu'elle avait pût pousser jusqu'alors.

« De une, je n'ai pas à t'obéir et je ne te donnerai mon nom que je si je le désire, ce qui n'est pas vraiment le cas. Et de deux, si tu crois une seule seconde que j'ai la trouille de toi, tu te trompes lourdement. »

Son cœur battait furieusement dans sa poitrine. Son sang pulsait dans ses veines avec force, comme avant un match. Sauf que non, ce n'était pas les même sensations que durant un match, c'était bien plus vicieux et elle n'aimait pas du tout cela.

« Maintenant je vais t'expliquer. Tu vas dégager d'ici. Si tu ose ne serait-ce que dire encore la moindre horreur de ce genre sur Yukio, je ne me retiendrai plus. Insulte-moi tant que tu voudras, mais je ne te laisserai pas t'en prendre à un de mes amis. Pas besoin d'être un garde-du-corps pour ça. »

Se calmer, il fallait qu'elle se calme. Ses poings la démangeaient. Takara se mordit la langue. Violemment.

Contrôle-toi … ne te laisse pas prendre à son jeu, tu vaux mieux que cela … tu n'es plus cette enfant sauvage aux pulsions impétueuses et agressives. Contrôle-toi Takara...

code by PANIC!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Ven 11 Juil - 18:06





Never touch a member of Kaijou's family






Ce que la jeune rose a dit et fait n'a pas l'air deplaire à la jeune brune. C'est normal tout le monde réagis de la même manière lorsque l'on s'en prend à des personnes qui leur sont chères. C'est donc banal de voir la plus jeune s'énerver ainsi face à la vieille. Qui ne le serait pas ?

La menace de ne pas laisser la rose s'approcher de l'homme pour qui elles sont en train de se battre. Où sont-elles tout simplement destinées à se battre et la seule excuse pour le faire est le capitaine de l'équipe de Kaijo. Seul l'avenir nous le dira. La menace plane une nouvelle fois entre les deux femmes, mais pour Sakine ce n'est que des paroles en l'air personne ne peut l'empêcher d'avoir ce qu'elle veut. Elle ne fait pas tout pour avoir quelque chose, mais elle essaie et ce n'est pas une gamine qui va lui dicter sa conduite. Elle sait qu'elle a fait des erreurs et ce qu'elle vient de dire sur Yukio lui fait affreusement mal. Mais tout ceci elle ne peut pas le dire à la brune. Bien trop jeune pour comprendre. Il faut bien donner une excuse même si elle est totalement bidon.

Mais ce qui est la goutte qui fait déborder le vase. Est la bousculade. La brune lâche une simple insulte et sans même crier garde. Elle attrape la petite jeune par le col, la faisant s'avancer encore un peu plus pour ne pas déchirer son haut. La différence de taille prend tout son sens dans un moment tel que celui-ci. Si la rose aurait été plus grande cela aurait été plus difficile à la brune de la mettre au sol. Mais là c'est tout le contraire. Ryouko est bien plus petite que la garce, ce qui veut dire que pour la résistance sur le longs termes et bien ça ne marche pas des masses. Ça marche pas tout cours.

C'est donc avec une extrême facilitée que la plus grande couche au sol la plus petite, s'asseyant sur le ventre de la rose qui ne peut plus faire aucun mouvement. Car oui la différence de taille n'était pas assez il fallait aussi qu'il y ait une différence de force. Et pourtant malgré sa maigre force elle joue au basket grâce à sa vitesse et sa facilité à sauter haut pour compenser sa taille.

Sa voix est devenue plus calme fait hausser un sourcil à la rose, se demandant ce qu'il peut bien lui arriver pour être aussi calme. Est-ce que c'est le calme avant la tempête ou qu'elle dit le contraire et elle commence à avoir peur ? Son choix est vite fait elle trouve n'avoir rien dit et fait pour que ce soit la deuxième hypothèse ça ne peut donc être que la première. Il faut maintenant qu'elle fasse attention à la tempête qui risque bientôt de s'abattre sur elle. Enfin sauf si le professeur qu'une de Kaijo est allé chercher arrive avant tout ça. Non pas qu'elle espère que ce soit le cas. Elle aimerait bien que la plus jeune la cogne juste pour pouvoir lui rendre le coup et se défouler un peu.

La rose ne prend même pas en compte les misent en gardes, toujours les mêmes, de la plus jeune. C'est même un sourire espiègle, ressemblant plus à une grimace. Tout ça pour énerver encore plus la plus jeune. Tout est un bon moyen pour l'énerver. Juste pour voir si elle a le cran de faire tout ce qu'elle dit. Et telle vraiment apte à l'empêcher de revenir ici et de l'empêcher de voir Yukio.

Le meilleur moyen d'encore plus l'énerver est de la taquiner et quoi de plus facile pour une fille qui pèse chaque mot qui sort de sa bouche. Dans le seul et unique but de faire encore plus mal que ce qu'il était prévu. C'est tout à fait ce que la Sakine est capable de faire.

« Tu n'oseras pas me frapper ! Tu n'es qu'une mauviette qui veut se faire mousser devant tout le lycée. Tu penses réellement que c'est en me frappant que Yukio va s'intéresser à toi ? S'il ne te voit que comme une amie d'une a aucune chance. » Tout ce que la jeune femme vient de dire est faux. Yukio et elle, n'étaient que des amis avant de sortir ensemble. Peut-être aurait-il fallu qu'ils ne restent que des amis cela aurait été plus simple aujourd'hui. Tout ce qui sort de sa bouche n'est fait que pour énerver encore plus la brune pour voir si elle est vraiment capable de la frapper. Et si c'est le cas, il ne lui en faut pas beaucoup pour se mettre en colère. Point drôlement important à savoir, pour leurs prochaines rencontres.

« Alors ? Qu'est-ce que tu attends frappe moi ? Quoi maintenant tu as peur de moi ? Elle est passée où la fillette qui me disait qu'elle ne retiendrait plus ces coups ? » Un rire franchit les lèvres rosées de la femme au sol. « Avoue le ce n'était que des paroles en l'air. Tu n'es qu'une dégonflée qui veut faire croire à tout le monde qu'elle est une dure à cuire. Voilà ce que tu es ! Tu dois être une honte pour ton école. »

La jeune femme a placé la barre très haute, si avec tout cela la brune ne craque pas c'est qu'elle a les nerfs très solides. Que va faire la plus jeune ?

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Sam 12 Juil - 14:50


∞ jusqu'à la haine

takara & ryouko




Elle sait bien pourtant. À quel point les mots de la Sakine sont creux à ses oreilles, elle qui ne sait rien et qui utilise simplement ses paroles comme son propre moyen de se défendre et d'attaquer. Sur cela aussi elles sont différentes. Ryouko préfère les mots aux actes, usant de ces derniers avec habilité pour manipuler les émotions de ses adversaires, tandis que Takara avait toujours été une personne bien plus « tactile », tant pour ses démonstrations d'affection que pour se battre.

Elle savait que c'était faux, que l'autre ne disait cela que pour l'énerver plus encore. Et pourtant, cela fonctionnait. La Kurokawa était déjà tellement enragé que chaque parole supplémentaire que l'autre lui crachait au visage était du poison qui se déversait dans ses veines et accentuait sa fureur. Les mots en eux-mêmes n'avaient même plus d'importance à vrai dire, le simple fait de l'entendre parler la mettait hors d'elle.

Des envies sourdes de colère l'envahir et Takara se délecta des images mentales du visage lacéré et de la peur dans les yeux de sa victime que lui envoyait son subconscient, tandis que la bête en cage ricanait dans ses entrailles, impatiente de mettre ses fantasmes à exécution. La Kurokawa doit se faire violence et lutter contre elle-même pour ne pas céder à ses pulsions.

« Ne me. Pousse pas. À bout. » gronda-t-elle entre ses crocs serrés fermement. « Tu n'as aucune idée de ce dont je suis capable. »

Inconsciemment, elle essayait de la prévenir. Elle allait craquer, elle le savait. Mais Ryouko n'entendait nullement ses avertissements cachés sous des menaces, ou bien la jeune fille s'en moquait-elle, tout simplement. Son rire résonna douloureusement aux oreilles de la capitaine.

Une ombre passa dans le regard de Takara. Une lueur mauvaise, vicieuse, qui lui faisait un regard de bête fauve, d'animal sauvage. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas eu ces yeux … et il avait suffit d'une unique rencontre, d'un simple enchaînement malencontreux de circonstances et des mots acérés employés comme une arme des plus efficace par une jeune fille à la chevelure de cerisier pour que Takara reparte des années en arrière et se retrouve confrontée de nouveau à cette enfant sauvage, agressive et violente, cette fillette qui ne connaissait pas encore le basket et qui mordait et griffait tous ceux qui avaient le malheur de l'embêter comme un félin enragé, cette foutue gamine qu'elle avait mit tant de temps à discipliner et qu'elle pensait bien enfermée dans sa cage.

Fissure. La porte de la cage s'entrouvre. Les chaînes cassent. La bête est libre.

Le poing fermé de Takara vint s'écraser avec violence sur le nez de la Sakine, la marque de ses phalanges s'imprimant sur le visage si joli et aux traits si délicats de cette dernière. Le coup est précis, fulgurant et empli d'une rage incontrôlable. La jeune fille croit entendre un craquement même, mais elle n'est pas certaine.

Dans un premier temps, la satisfaction envahit la Kurokawa et le fauve en elle ronronne, appréciateur, alors qu'elle contemple son œuvre. La jeune fille arme déjà son bras dans la menace d'un deuxième coup, prête à la frapper autant de fois qu'il le faudra. Elle réalise soudain ce qu'elle vient de faire et suspend son geste avant d'y donner vie. Elle l'a frappé … elle a finalement cédé face aux paroles acides de Ryouko. L'adolescente à la chevelure brune contemple le visage de la jeune fille allongée sous elle, une émotion indescriptible sur le visage, ne sachant que faire.

Une partie d'elle lui hurlait de frapper de nouveau, de se laisser aller à ce petit accès de violence, tellement délicieux et jouissif. Juste un peu plus, juste pour te soulager, tu te sentiras tellement mieux après, chuchota une petite voix vicieuse dans un coin de sa tête.

Reprends-toi ! Tu vaux mieux que ça, ne cède pas à ses provocations ! S'exclama une autre voix, faisant écho à la première. Takara se mordit la lèvre jusqu'au sang. Elle ne  savait plus quoi faire, plus quoi dire. Elle avait juste envie de courir, loin, très loin. Au diable Yukio, Ryouko, le lycée et tout le reste. Qu'on la laisse en paix.

« Kurokawa Takara-san ! »

L'exclamation de surprise et de colère eut au moins le mérite de la faire revenir à elle. La jeune fille cligna vaguement des yeux et ne résista pas quand elle sentit des mains l'agripper par les épaules pour la relever et la faire s'éloigner de la Sakine, qu'on prend aussi par les bras.

Takara leva les yeux et distingua à travers les mèches tombant sur son visage le visage furieux du directeur de l'établissement et celui, blême, de sa professeur référente, celle qui enseigne les sciences mais qu'elle aime bien quand même. Après tout c'est une femme gentille et compréhensive, impliquée envers ses élèves. C'est d'ailleurs elle qui mit la Kurokawa en duo avec Mitsuhiro pour les cours, ce dont aujourd'hui la jeune fille la remerciait – elle aurait bien besoin de Mitsu d'ailleurs, là tout de suite. Juste pour avoir une présence amie à ses côtés et se changer les idées grâce au jeune homme qui arrivait toujours à lui arracher un sourire avec ses taquineries... sauf que Mitsu n'est pas là, elle est toute seule avec ses problèmes et une fille qu'elle vient de frapper en plein visage.

Elle comprit rapidement, malgré son espèce d'état second, à leurs expressions que toute cette foutue histoire allait se finir dans le bureau du directeur pour elle et certainement pour l'autre jeune fille aussi. Si Takara n'était pas renvoyé de l'établissement pour accès de violence, elle pourrait s'estimer chanceuse. Décidément, quelle journée …

code by PANIC!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Jeu 17 Juil - 15:10





Never touch a member of Kaijou's family






La brune a beau la mettre en garde encore et encore la rose ne l'écoute pas. Elle continue même à l'énerver encore un peu. Juste un peu. Elle voit bien que la brune n'est pas loin de craquer. Il lui suffit encore de deux trois piques et la brune va craquer.

Comme la rose le doutait depuis plusieurs minutes maintenant. Il est très facile de briser la carapace de la brune. Même si la brune a tout fait pour qu'elle ne se brise pas. Elle a réussi avec seulement quelques mots. Pas grand-chose en somme. Le coup que la jeune femme attend depuis un moment lui est donné. Rien de maso dans ce qui est dit. Ce geste ne prouve qu'une chose. La Sakine a gagné. Elle a gagné leur bataille. Avec de simples mots elle a fait craquer la brune si maître d'elle il y a à peine quelques minutes. Maintenant elle ne ressemble plus qu'à une bête sanguinaire voulant porter un autre coup. Mais la rose ne va pas lui en laisser l'occasion, prête à se défendre. Elle s'est laissé frapper une fois, mais pas deux.

Il faut bien qu'elle se venge du coup qu'elle vient de lui porter. Son nez lui fait d'ailleurs affreusement mal. La satisfaction d'avoir gagné lui a fait oublier quelques instants son nez. Mais maintenant la douleur lui revient en pleine face.

Une douleur dévastatrice qui se propage dans tout son visage partant du nez pour finir sa course derrière son crâne. Quand la brune l'a frappé sa tête a légèrement cognée contre le sol. Mais le pire reste tout de même son nez. Il est plein de sang et vu le bruit qu'il a émis quand elle l'a frappé. Elle peut mettre sa main à couper qu'il doit être casé. Malgré tout elles sont toutes les deux prêtes pour un second round. La brune n'a toujours pas relâché sa prise sur la rose. Elle est toujours postée sur son ventre.

Ce qui empêche toujours la rose de faire n'importe quel mouvement. Elle ne peut pas se relever et il lui est très difficile de se défendre dans cette position. Au final même si elle veut se défendre si jamais la brune la frappe de nouveau elle sera dans l'impossibilité de faire un geste. Elle est finalement coincée. C'était peut-être une mauvaise idée de la pousser à bout. Mais cela a été tellement drôle que si c'était à refaire elle le ferait une nouvelle fois.

Lorsqu'elle pense que la brune va lui donner un nouveau coup. Des voix se font entendre derrière elles. La rose relève légèrement la tête pour voir une élève avec une deux adultes. Sûrement des professeurs. L'un d'eux sépare les deux jeunes femmes en relevant la brune alors que l'autre vient voir la rose aux sols qui tout de suite après que le directeur relève la brune elle prend son nez malmené entre ses doigts essayant de stopper l'hémorragie. La prof qui s'est rapprochée d'elle lui demande si tout va bien, elle lui répond d'un hochement de tête. Non elle ne va pas dire, qu'elle a affreusement mal et qu'elle a même l'impression que son nez est cassé. Si elle fait ça, elle avoue que la brune à gagner. Et ce n'est pas le cas. Enfin à moitié.

« Allons dans mon bureau ! » La voix forte et dur du directeur résonne au milieu de la cour. Sa voix est sans appel. Même si Sakine ne veux pas prolonger cette rencontre. Elle ne peut pas refuser, elle est donc bien obligée de se lever, plutôt difficilement et de suivre tout ce petit monde dans le bureau du directeur.

Pendant toute la durée du chemin. La rose insulte tous les dieux qu'elle connaît. Il a fallu que sa petite histoire avec la brune. Dont maintenant elle connaît son prénom, Takara Kurokawa. Pfff, la jeune femme aux cheveux roses, trouve que c'est un piètre prénom que celui de la jeune femme brune. Enfin c'est ce qu'elle essaie de se convaincre, car au fond d'elle elle trouve que ce prénom est plutôt joli. Elle peut remercier le directeur de le lui avoir donné, même si ce n'était pas vraiment son but principal. Enfin il a fallu que son histoire se finisse ainsi. Elle va se faire remonter les bretelles par le directeur de cet établissement, car elle n'a rien à faire ici. Et elle va aussi se faire remonter les bretelles par le directeur de son école car elle n'a pas à se battre avec une autre élève.

Après plusieurs minutes et plusieurs escaliers montés, descendus. Elles se retrouvent dans le fameux bureau. On les fait s'asseoir l'un à côté de l'autre. MAUVAISE IDEE. Qu'est-ce qu'ils ont dans la tête de mettre deux lionnes folles furieuses l'une à côtés de l'autre ? De plus il décide de les laisser seules pour aller chercher quelques choses.

On peut se demander si tout ceci allait bien se finir... Prêt pour le deuxième round ? Ou vont-elles enfin agir comme deux jeunes femmes civilisées. Ce ne sont pas des bêtes sauvages tout de même... Quoique.

HRP:
 
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Dim 20 Juil - 11:15


∞ jusqu'à la haine

takara & ryouko





Sentant qu'on la trainait et la tirait plus qu'elle n'avançait d'elle-même vers le bâtiment principal du lycée et plus particulièrement le bureau du directeur, Takara ne réagissait pas, laissant ses pieds la porter avec une sorte d'automatisme et gardant les yeux baissés vers le sol avec une obstination bornée.

Elle n'osait lever les yeux vers son professeur référente, se doutant qu'elle pourrait y lire de la déception et de la compassion, chose dont elle ne voulait pas. Elle savait déjà parfaitement toute seule qu'elle avait fait une connerie et qu'elle allait sûrement avoir des ennuis à cause de tout cela.

En soi-même, le fait d'être puni ne la dérangeait guère plus que cela. La Kurokawa en avait même rien à faire de se retrouver avec des heures de colle, un avertissement sur son bulletin, ou même une exclusion temporaire. Quoiqu'elle espérait tout de même que ça n’entacherai pas trop son dossier scolaire et ne lui porterait pas préjudice quand, dans l'année prochaine, elle commencerait à postuler pour l'université. Si jamais elle ne pouvait entrer dans une fac qu'elle aura choisi, juste à cause de ce malheureux « dérapage » …

Après avoir grimpé les escaliers menant au deuxième étage, Takara pénétra dans le bureau à la suite du directeur et se retrouve assise dans un des fauteuils. Durant tout le chemin, elle avait fait en sorte de ne pas regarder la Sakine, n'ayant pas spécialement envie de sentir la colère qu'elle commençait seulement à ravaler revenir au grand galop et ses poings la démanger de nouveau.

Seulement, évidement, malheureusement … il fallait que l'autre se retrouve assises à côté d'elle. La capitaine de l'équipe féminine se raidit sur son siège.

Cela empira d'ailleurs quand le directeur les informa qu'il était occupé et qu'il reviendrait s'occuper de leur cas après – donc dans une durée de temps indéterminée. Bordel … ils avaient pas encore comprit que cette fille la faisait sortir de ses gonds ? Non, ils ne trouvaient rien de plus intelligent à faire que de les laisser seules, enfermées – parce que oui il avait fermé la porte à clé en plus ce maudit dirlo – dans la même pièce ?

Takara laissa filer un discret soupir. Elle était calme désormais. Enfin, pas complètement non plus, mais au moins les pensées noires qui la parasitaient s'étaient-elles finalement évaporées. La Kurokawa ne ressentait plus le besoin presque maladif de frapper la rose jusqu'à ce qu'elle ne bouge plus. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas craqué ainsi. Dire qu'elle pensait être capable de se contrôler …

La jeune fille sentit sa gorge se serrer. Elle avait une furieuse envie de courir se réfugier chez Ai. Sa meilleure amie était la seule à connaître ce côté de sa personnalité, à savoir combien Takara avait travaillé sur elle-même pour se maîtriser au mieux.

En attendant … elle avait peut-être « perdue » d'une certaine manière, mais Ryouko aussi. Elles étaient donc à égalité, et comme la Kurokawa savait qu'elle ne gagnerait rien à la frapper de nouveau, autant faire un effort de sociabilité, c'était d'ailleurs certainement ce qu'espérait les professeurs en les laissant ainsi seules.

Et cela marchait dans les deux sens, donc, jetant un coup d’œil à la jeune fille assise à côté d'elle et remarquant qu'elle saignait toujours – joli n'empêche, elle avait bien cogné, à croire qu'elle avait pas du tout perdu la main de l'époque ou elle maravait les visages de ses camarades de primaire qui s'en prenait à sa meilleure amie – sortit un mouchoir de sa poche.

Takara donna un bref coup sur l'épaule de la Sakine pour attirer son attention. Puis, sans la regarder en face, elle lui tendit le morceau de tissu.

« Tiens. Essuie-toi. T'as la gueule pleine de sang, c'est dégueulasse. » grommela-t-elle entre ses dents serrées.

Elle avait dit qu'elle faisait un effort pour se conduire en personne civilisée certes, mais cela n'impliquait pas forcément qu'elle se mette à lui parler gentiment et poliment non plus, oh. Takara fronça les sourcils et se mâchonna la lèvre inférieure.

« Je t'avais prévenue en plus … pour le coup. » ajouta-t-elle. « Et ne t'attends pas à ce que je m'excuse et te fasse des courbettes. Tu le méritais, du moins c'est ce que je pense. »

La demoiselle baissa les yeux sur ses mains, qu'elle avait gardé serrées en poings crispés sur ses genoux. Elles avaient les phalanges tâchées de sang. Le sang de Ryouko, celui qu'elle avait fait coulé elle-même. Un étrange sentiment l'envahit en regardant le liquide carmin qui commençait déjà à sécher sur ses doigts, mélange entre satisfaction et dégoût d'elle-même.

code by PANIC!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Dim 20 Juil - 12:12





Never touch a member of Kaijou's family







La porte fermée à double tours. Elles sont maintenant seules toutes les deux sans aucun moyen d'échappatoire.

Ryouko a le nez en compote. C'est peut-être un peu trop dur comme mot. Il n'est pas vraiment en compote, ni même cassé malgré le bruit qu'il a fait. Il saigne seulement beaucoup, vraiment beaucoup. Tellement que les manches de son t-shirt sont tachées de sang. Mais ce n'est pas la première fois qu'elle saigne ainsi, la dernière fois c'était un jour où ses parents avaient eu la bonne idée de l'emmener faire du patin à glace. Elle n'avait pas fait deux mètres qu'elle tombait déjà la tête la première sur la glace. Tout ça pour dire que ça ne la gêne pas plus que ça même si elle aurait aimé que le directeur lui face faire une halte à l'infirmerie. Ils sont vraiment tous idiots dans ce bahut même l'administration qui devrait faire monter la moyenne, la font encore plus baisser.

La rose sent un coup sur son épaule, elle tourne sa tête vers la brune qui ne la regarde même pas. Quoi elle a peur de la rose maintenant ? Alors que c'est elle qui a porté le coup ou elle a simplement peur de recommencer. Enfin ce n'est pas vraiment ça qui intéresse, mais plutôt ce qu'elle lui dit et le mouchoir qu'elle lui tend. C'est seulement après quelques secondes, se rapprochant de la minute, que la barbe papa décide d'enfin prendre le mouchoir gentiment offert.

Elle le presse doucement sur son nez sans remercier la jeune femme. Quoi maintenant il faut remercier les gens qui font la charité alors que c'est entièrement la faute de cette personne si elle est dans cette situation. Enfin pas totalement, mais chut c'est toujours plus marrant de porter la faute sur l'autre.

« Je n'attends rien de ta part. Tu peux t'excuser ou non ça ne changera rien. Tu m'as peut-être averti, mais je voulais voir jusqu'où tu pouvais aller pour protèger ceux qui te sont chers, comme tu aimes si bien le dire. Et dans un sens tu as craqué face à moi, j'en suis plutôt satisfaite. » Dit-elle d'une voix cristalline. C'est la première fois qu'elle parle autant avec une personne qu'elle ne supporte pas. Cependant, il y a tout de même quelque chose qui perturbe la rose. La raison pour laquelle la brune s'est mise dans cet état à la simple évocation de son nom. Et ce qu'elle entend par « tu le méritais ». Ryouko se sent un peu perdu dans tout ça, le seul point de repère qu'elle a c'est en partie à cause de l'histoire qu'elle a eue avec Yukio.

De toute façon elles sont enfermées, elle ne perd rien à savoir les raisons de l'autre. De plus cela fera passer le temps. Et si elle pose ses questions elle peut peut-être avoir des informations sur son, ancien ?, brun.

La demoiselle ayant le nez en sang regarde une nouvelle fois la brune qui elle a le regard rivé sur ses doigts tachés de sang, pas grand-chose quelques résidus. Elle reste silencieuse pendant un moment, c'est assez compliqué d'engager la conversation alors qu'il y a pas si longtemps de ça elle lui crachait le pire venin à son visage. Elle soupire une nouvelle fois et se décide à se laisser dans une discussion, qui elle l'espère ne va pas virer au drame et qui pourront les faire avancer. Elle n'espère pas non plus de sortir de cette pièce en étant devenu la meilleure amie de la brune, mais qu'elle n'est plus l'envie de la frapper à chaque fois qu'elle se voit.

La rose toussote un peu avant d'enfin prendre la parole. « Dis-moi, il y a quelques choses que j'aimerais savoir et si tu ne veux pas y répondre tu n'y réponds pas et on restera dans un silence de plomb jusqu'à ce que l'idiot de dirlo daigne enfin de pointer son nez pour nous laisser sortir. » Elle soupire encore une fois à la simple pensée d'être enfermé ici pendant une durée indéterminée. « Donc je voulais savoir, ce que tu voulais dire par, je te cite, « tu le méritais » ? Qu'est-ce que Yukio a bien pu te dire sur moi ? Bon ok il y a deux questions, mais maintenant tu as toutes les cartes en main... Ta-ka-ra. » Maintenant qu'elle connait son prénom, elle va se faire un plaisir de l'utiliser.

Elles sont peut-être enfermées, mais il n'y a pas de mal et ça ne l'empêche pas de taquiner un peu la brune. Rien de méchant là dedans, seuelment une taquinerie de gosse.


HRP:
 
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Jeu 24 Juil - 18:16


∞ jusqu'à la haine

takara & ryouko





Elle a quand même frappée fort. Peut-être. Pas comme si elle le regrettait après tout, mais Takara ne pouvait s'empêcher de s'en faire la remarque à elle-même tandis qu'elle regardait du coin de l'oeil le visage de la Sakine, barbouillé de sang. C'était plus pour éviter que la rose ne repeigne la salle en rouge carmin que par réel soucis pour cette dernière que la Kurokawa lui tendit d'ailleurs le mouchoir. Bien évidemment, l'autre ne la remercia pas ; ça aurait été trop beau bien sûr.

Takara retint un grognement en entendant la Sakine lui adresser la parole. Bon sang, elle pouvait pas se taire ? Un peu de silence pour réfléchir et se calmer, c'était vraiment trop demander ? Apparemment en tout cas. La voix de Ryouko lui était insupportable. Peu importe ce que disait l'autre à vrai dire, c'était secondaire même, mais le simple fait de l'entendre parler suffisait à raviver les démangeaisons dans ses poings encore serrés.

Depuis combien de temps n'avait-elle pas été énervé à ce point par une personne ? Le seul autre être vivant qui parvenait à la faire sortir de ses gonds à ce point et la rendre aussi mauvaise, c'était cette foutue Kim. Le simple fait de penser à la capitaine de Kirisaki suffisait d'ailleurs pour mettre la brune de mauvaise humeur.

« Et bien maintenant tu as vu. Et encore, on n'aurait pas été interrompus, je t'en refoutais une. » grogna simplement Takara.

Un petit silence s'installa, guère longtemps cependant. La jeune fille serra les dents, grinçante, en entendant l'autre l'appeler par son prénom. Merde, c'est vrai qu'à cause du directeur de l'école qui l'avait hélé précédemment dans la cour en la voyant maraver le visage de la rose, cette dernière connait maintenant son nom.

Oh joie, songea ironiquement la Kurokawa. Moins cette fille en savait sur elle, mieux c'était d'après elle. Ce n'était pas comme si elle avait l'intention première de la revoir dans le futur ; à moins bien évidemment que Ryouko fasse l'erreur de revenir traîner dans les environs de Kaijou et ce, malgré les avertissements et les menaces de la capitaine de l'équipe féminine de basket.

Et en plus, elle se foutait clairement de sa tronche. Takara fronça les sourcils et répliqua, d'un ton aussi aimable que la porte d'une cage à ours.

« C'est Kurokawa pour toi, j'te signale. »

Elle se détourne, laissant un silence de quelques instants s'installer entre elles. Cependant, les questions de la Sakine flottent toujours entre elles. Et elles sont bien parties pour rester un sacré moment dans cette pièce, apparemment. Autant Takara n'aurait pas eu de véritable problème à passer l'heure suivante dans le silence, autant elle se dit qu'elle peut toujours profiter de ce petit interlude pour mettre les choses au clair avec la fille aux cheveux roses.

Soupirant donc, la lycéenne de Kaijou finit par rompre le silence qui s'était établit, sans vraiment prévenir.  

« Tu le méritais, c'est tout. Ça veut bien dire ce que ça veut dire. J'ai pas besoin de me justifier d'avantage. » elle se tourna vers la Sakine, plantant son regard couleur typhon dans le sien. « Est-ce que t'as seulement une idée de ce que ton départ à eu comme impact ? Je connais Yukio depuis un moment maintenant, mais à mon avis tu le reconnaitrais pas même si tu le revoyais. »

Non probablement pas. Le simple fait d'imaginer que Kasamatsu ait pu avoir une relation amoureuse par le passé provoquait un bug monumental dans l'esprit de la capitaine, qui n'arrivait décemment pas à imaginer son camarade proche à ce point avec une fille.

Devenir son amie n'avait pas été simple d'ailleurs et elle était parfaitement consciente que même si Yukio l'appréciait, il ne le montrait pas facilement et avait encore parfois quelques dératés, même avec elle. Et encore ; Takara était probablement la personne de sexe féminin dont il était le plus proche.

La jeune fille pinça les lèvres. Elle aimait vraiment Yukio. C'était son ami. Et elle ne laisserait pas Ryouko détruire tout en revenant et en bouleversant l'équilibre que le Kasamatsu avait finalement réussi à trouver à Kaijou, avec l'équipe de basket et ses amis. Certainement pas.

« C'est pour ça. » souffla Takara, d'un ton ferme. « Je ne peux pas te laisser le revoir. Va refaire ta vie et laisse-le tranquille, définitivement. Ton égoïsme et ta lâcheté ont fait suffisamment de dégâts comme cela. »

Elle n'avait pas l'intention d'en dire trop pour autant. Simplement avertir Ryouko qu'elle avait tout intérêt à laisser le Kasamatsu en paix, si elle ne voulait pas se ramasser un deuxième coup en plein visage. D'autant que maintenant, la rose était prévenue ; Kurokawa Takara, ce n'était pas seulement de la gueule, contrairement à ce que certains s'imaginaient. La capitaine de Kaijou mordait aussi. Une vraie fauve.

code by PANIC!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Dim 10 Aoû - 18:12





Never touch a member of Kaijou's family







Comme elle l'a prévu la brune n'aime, mais alors pas du tout, que la rose l'appelle par son prénom. C'est vraiment dommage, car la barbe à papa ne va pas se déranger pour le faire. Elle s'en fiche pas mal de l'avis de la brune elle n'avait qu'à pas la faire chier dès le départ. Et puis c'est assez marrant pour elle de l'embêter elle connait maintenant sa limite c'est encore plus simple.

La réaction de la brune fait rire sous carpe la rose, mais elle n'ajoute rien préférant poser une question qui lui tient un peu à coeur. Pourquoi en sont-elles arrivées là ? C'est une question plutôt simple que seule la brune connaît la réponse. Malgré le fait que « ça ne la regarde pas » La brune répond à sa question. Réponse qui fait planter le cerveau de la rose. Redémarrage des systèmes en cours. Veuillez patienter.

Stop ! Le camp de la rose demande un temps mort ! Qu'est-ce que vient de dire la brune ? Yukio a été complètement détruit par sa faute. Ça ne peut pas être vrai. Non. Son masque se brise laissant la place à un visage de peur.

Elle prend en main sa tête. Pour pouvoir se calmer sinon des larmes ne vont pas tarder à couler sur ses joues ce qu'elle ne veut pas. Elle n'a jamais pleuré devant quelqu'un et la brune ne sera pas la première personne à voir ses larmes. Cela il en est hors de question. Mais malgré tous ses efforts des larmes se postent au coin de ses yeux prêts à dévaler ses joues et les simples mots « Ma lâcheté et mon égoïsme ? » qui sort de la bouche de la rose sont prononcés d'une voix tremblante et pas sûr.

Détruit. Tout ce qu'elle a cru depuis le début vient de partir en fumée en seulement quelques minutes. De simplement seconde qui peuvent détruire tout. Elle l'a blessée. Elle a blessé Yukio par sa faute. Maintenant mainte chose se bouscule dans sa tête. Maintenant que va-t-elle bien pouvoir faire ? Doit-elle vraiment revoir Yukio ? Ça pourrait l'achever et ce n'est pas ce qu'elle veut. Elle ne voulait jamais lui faire autant de mal.

« Qu'est-ce que je dois faire ? » Elle est à un point ou même l'avis de la Takara l'aiderait à comprendre ce qu'elle doit faire. Elle se tourne vers la brune la regardant. « Dis-moi qu'est-ce que je dois faire ? Je ne voulais pas le blesser. J'ai tout fait pour qu'il ne le soit pas et je n'ai réussi qu'à le blesser encore plus ! Je suis horrible. » Toutes ses pensées se bouscule dans sa tête, mais malgré tout il faut qu'elle prenne une décision, même si elle ne sait pas, mais alors pas du tout comment elle va pouvoir se sortir de cette situation.

Elle s'arrête sur un choix. Il faut qu'elle lui parle. Il faut qu'elle s'explique, qu'elle lui dis qu'elle s'en veut, qu'elle n'a fait ça que pour son bien et il faut surtout que le brun lui dis qu'il ne lui en veut pas ou juste qu'il comprend. Tout ceci lui fait prendre conscience qu'elle a agi comme la pire des garces. Yukio ne va jamais lui pardonner. Qui pardonnerait ce genre de comportement ? Le pire des idiots. Ce que Yukio est loin d'être. C'est tout simplement fichu.

C'est sur cette décision qu'intervient son cerveau. Elle doit dire n'importe quoi. La brune doit lui mentir c'est ça. Elle ne doit pas croire ce que dit la femme qui l'a frappé. La seule chose qu'elle veut c'est que la rose ne doit pas revoir le brun. Elle relève finalement la tête son air impassible y a repris sa place.

« Tu sais que ce n'est pas bien de mentir Takara-chan. » Elle décide même de l'énerver encore plus. « J'ai compris que tu ne voulais pas que je revois Yukio, mais ce n'est pas pour ça que tu es obligée de me sortir des mensonges de ton chapeau. » dit-elle en essayant de paraître aussi impassible que possible, car au fond d'elle ce n'est pas le même discours. Elle espère de tout coeur que ce qu'elle pense est vrai. Que tout ceci n'est qu'un mensonge et rien d'autre. Takara va vraiment réussir à la verser quelques larmes.

HRP:
 
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Dim 17 Aoû - 20:25


∞ jusqu'à la haine

takara & ryouko





Who … Who who who ! Deux secondes là, elle allait quand même pas se mettre à chialer l'autre ? Takara cligna des yeux, pas certaine de comment réagir alors qu'elle distinguait clairement des larmes qui perlaient au coin des yeux de la Sakine et embuait son regard. L'assurance de la rose semble s'être brutalement envolée suite aux paroles crachées avec froideur de la capitaine de Kaijou et sa voix tremble alors qu'elle répète ces mots qui font mal employés sciemment par son interlocutrice.

A dire vrai, la brune ne s'attendait pas du tout à ce genre de réaction. Depuis tout à l'heure, la Sakine semblait faire montre d'une assurance certainement feinte, mais elle savait plutôt bien entretenir son rôle et garder son masque pour user de sa langue de vipère et provoque sa vis-à-vis, même quand Takara avait finalement craqué et frapper le visage de la rose sans ménagement. La Kurokawa fronça les sourcils. Se pourrait-il qu'elle soit encore attachée à Yukio malgré le temps qui s'est écoulé ? Cela ne paraissait pas logique, vu qu'elle était partie comme une lâche sans laisser ni mot ni numéro pour la contacter et qu'elle avait laissé le Kasamatsu seul avec un silence radio qui avait brisé le cœur du jeune homme à l'époque.

Le comportement de la Sakine l'irrite. Takara serre les dents en la voyant aller jusqu'à se tourner vers elle pour lui demander son avis, croisant son regard. La Kurokawa ne se sent pas à l'aise, elle n'a aucune envie d'avoir cette discutions qui plus est. Et l'autre qui pleurniche sur son propre sort … lamentable. Apparemment, la confiance en elle qu'affichait un peu plus tôt Ryouko n'était bel et bien qu'un genre qu'elle se donnait, la rose n'avait nullement un mental résistant, il avait suffit de quelques mots bien placé pour ébranler son assurance comme un château de cartes. L'estime qu'avait d'elle la Kurokawa n'aurait pas pût être plus bas.

Takara pinça les lèvres, posant son menton dans la paume de sa main alors qu'elle détourne le regard, agacée par la vue des larmes dans les yeux de la Sakine et par son minois de petite princesse parfaite qui lui donne envie de lui refaire le portrait, encore une fois.

« Qu'est-ce que j'en sais moi ? J'en ai rien à foutre de tes problèmes moi. Et oui je confirme, tu es horrible alors si tu veux arrêter là les dégâts, fous la paix à Yukio une bonne fois pour toutes. »

Directe et froide, la Kurokawa est loin de l'image de la jeune fille réactive qu'elle montre à ses amis. Mais la rose n'est pas son amie et elle ne le sera certainement jamais, impossible en tout cas de les imaginer proches vu comment leur rencontre vient de se dérouler. On pouvait déjà s'estimer heureux de les voir capable de « converser » à peu près normalement, bien que leurs paroles n'étaient pas forcément pour être polies, surtout dans le cas de la capitaine de l'équipe féminine de Kaijou.

Soudain, quelque chose semble s’être actionné dans le cerveau jugé défaillant – de l'avis de Takara du moins – de la Sakine. Celle-ci vient de retrouver son fameux « masque » d'impassibilité. La brune fronce les sourcils. Allons bon, qu'est-ce qu'elle a encore trouvé pour l'emmerder celle-là ? Quelle chieuse n'empêche, elle pouvait pas se taire deux minutes sérieusement …

L'adolescente manqua de s'étouffer en entendant comme l'autre l'appelait et se redressa vivement, la mâchoire serrée.

« Cesse de m'appeler par mon prénom, foutue Sakine ! Je me souviens pas t'y avoir autorisé ! » s'exclama-t-elle, la colère remontant à la surface.

La suite n'est pas pour arranger son mental et la Kurokawa doit se faire violence pour ne pas refoutre son poings dans le visage déjà suffisamment amoché de Ryouko. A la place, elle se lève de sa chaise, ne supportant plus d'être assise à côté de cette fille et se place debout face à elle.

Takara empoigna la rose par le col de sa chemise fermement et se pencha vers elle pour la fusiller du regard, leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre pour qu'elle puisse lui dire ce qu'elle pense, entre quatre yeux.

« Ok alors écoute-moi bien. Je ne t'aime pas, tu peux peut-être tromper les autres avec ton masque de gentille petite fille, mais pour moi tu n'es qu'une sale gamine pourrie, immature, capricieuse et égoïste. Je n'aurais aucun intérêt à te mentir là-dessus. Et franchement, tu croyais quoi ? Qu'après trois ans sans nouvelles, vous alliez vous retrouver comme avant ? Réveilles-toi princesse, » souffla-t-elle, ironique à souhait « t'es pas dans un conte de fée là, mais la réalité. Et le monde ne s'est pas arrêté de tourner parce que sa majesté Sakine Ryouko à quitter le Japon. Tu n'es pas le centre de l'Univers. »  

La Kurokawa reprend son souffle. Ce n'est pas souvent qu'elle parle autant, mais cela fait du bien d'avoir dit ce qu'elle pensait sans avoir été interrompue. Elle relâche sa prise sur le col de Ryouko et s'écarte pour se redresse, la toisant toujours de son regard sombre et sévère, debout devant elle.

« Et, contrairement à toi visiblement, Yukio a tourné la page en ce qui le concerne. Tu as peut-être réussi à lui faire du mal, mais maintenant il s'en est remit. Il arrive à avancer, alors que toi tu stagnes en te raccrochant à des souvenirs. »

Le coup de grâce. Mais elle espérait ainsi faire suffisamment comprendre à la Sakine à quel point sa présence entre ces murs était indésirée et surtout inutile …

HRP:
 

code by PANIC!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Ven 26 Sep - 22:17





Never touch a member of Kaijou's family






La brune n'en a rien à foutre de ses problèmes et elle a raison, ce n'est pas à la brune de dire quoi faire à la rose. Elle ne le sait que trop bien. C'est elle. Cela doit être elle qui doit trouver ce qu'elle doit faire avec le sujet, bien trop sensible, Yukio. Au fond d'elle, la rose ne voulait pas laisser Yukio sans lui avoir expliqué ce qui l'a poussé à faire ce qu'elle a fait même si au final Yukio l'envoi chié. La seule chose qu'elle veut c'est s'expliquée. Ce qu'apparemment la brune ne veut pas que la Sakine fasse.

Elle avait les larmes aux yeux et deux secondes plus tard elle se voulait sûre d'elle. Elle voulait vraiment ce qu'elle pensait soit la stricte vérité. Que rien de ce que venait de dire la brune était véritablement vraie. Qu'elle joue seulement avec ses nerfs. Mais la rose n'arrivait pas vraiment à se croire, elle avait vraiment blessé Yukio par son mauvais jugement. Pourquoi elle ne l'avait pas prévu déjà ?

Tout se bousculait dans sa tête, mais son visage reste de marbre, elle en remercie toutes ses années de pratique. Un regard froid avait pour toujours remplacer son regard chaleureux, personne ne pouvait la reconnaître. Le saignement de son nez cesse enfin de couler comme une cascade. Elle peut enfin enlever ce mouchoir plus vraiment blanc de sur son nez. Pas besoin de demander à la brune si la rose doit le lui rendre il est foutu. La rose le garde tout de même fermement serré dans sa main.

L'utilisation une nouvelle fois du nom de la brune la fait craquer une nouvelle fois. Une fois que la lionne est lâchée il lui est difficile de la faire retourner dans sa cache. La Takara est vraiment sur les nerfs. Cela redonne même un semblant de sourire à la rose. Sans même vraiment le vouloir elle fait sortir la brune de ses gongs.

« Aux dernières nouvelles je peux t'appeler comme je le souhaite. Je n'ai pas besoin de ta foutue autorisation pour t'appeler par ton si précieux petit prénom. »

Enfin si la rose devait attendre son autorisation. Mais la brune croyait vraiment qu'elle allait s'abaisser à lui demander si elle pouvait se servir de son prénom. Faut pas trop rêver tout de même.

La rose remet en question les paroles de la brune. C'est le coup de grâce, une nouvelle fois. La rose voit la brune se lever et se placer juste en face d'elle, puis la Takara tend son bras pour attraper le col de la rose. Ryouko ne bouge pas d'un pouce, elle laisse la brune la prendre tranquillement par le col. Elle la laisse même parler sans l'interrompre. On pourrait croire qu'elle fait un grand progrès, d'un côté comme de l'autre. Par contre, son regard plongé dans celui de la brune la défie presque de passer à l'acte une nouvelle fois, mais cette fois-ci elle ne serait pas en cause.

La rose écoute attentivement ce que l'autre a à lui dire. Elle finit par baisser son regard. Oui c'est un peut ce qu'elle pensait quand elle est partie, il y a trois ans, mais justement elle ne pensait pas partir pour trois longues années.

La brune la lâche enfin. La rose se laisse tomber sur le fauteuil comme une pauvre merde, on peut le dire. La suite des dires de la brune l'achève pour une bonne fois. Cependant, rien ne transparaît sur son visage de glace. C'était prévisible que Yukio est refait sa vie. Sans elle.

Tout ce que lui dit la Takara est vraie. Elle ne fait que stagner dans le passé, là où tout était parfait.

La barbe à papa se reprend une nouvelle fois, elle a le don de se perdre dans les tréfonds de ses pensées ces temps-ci. Elle reprend un peu plus contenance. Elle se lève du fauteuil et se retrouve debout en face de la brune. Seulement quelques centimètres les séparent. C'est bien trop peu connaissant leur côté sanguins.

« Écoute-moi bien la brune. Je n'ai aucunement besoin de tes leçons de morale. Garde-les pour toi. Si j'ai envie de voir Yukio ou qui que ce soit d'autre, tu n'es pas en mesure de m'y empêcher. Ce n'est pas parce que tu es proche de lui que tu peux choisir à sa place s'il met possible ou non de le voir. Tu m'as bien comprise ? A l'avenir je me passerai de ton avis. »

Elle a perdu son sang-froid. Son masque impassible. Pour laisser entrevoir ses faiblesses. Comment la brune peut-elle fracturé si facilement la carapace qu'elle s'est forgé pendant toutes ces longues années. Elles sont toutes les deux faibles face aux paroles de l'autre. Cela risque d'être une rue combat mental pour les deux jeunes filles.

« Et puis tu es qui pour m'interdire des choses ? Tu n'es pas une petite amie qui fait une crise de jalousie parce qu'une autre femme veut voir son homme ?! »

HRP:
 
© Jawilsia sur Never-Utopia[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   Jeu 9 Oct - 21:49


∞ jusqu'à la haine

takara & ryouko



Il semblerait que le discours eut l'effet escompté. Alors que Takara relâche finalement sa poigne sur le col de la Sakine, elle peut enfin savourer le silence de la pièce. Seul le son du sang pulsant contre ses tempes et sa respiration un peu hachée résonnaient aux oreilles de la jeune fille tandis qu'elle contemple son adversaire, guettant sa réaction. Mais pour le moment, Ryouko ne dit rien, regard tourné vers le sol tandis qu'elle semble réfléchir aux paroles de la brune. Cependant, Takara se doute que sa vis-à-vis va finir par se reprendre et trouver une nouvelle pirouette pour lui renvoyer ses propres dires au visage.

Depuis qu'elles ont engagés le dialogue, elles ne font que se tourner autour, s'envoyant des piques et se crachant à la gueule comme deux lionnes occupées à se jauger mutuellement sans parvenir à prendre l'avantage. Cette conversation ne donnera rien, se rend compte Takara, peu à peu. Qu'importe ce qu'elle lui dira, la Sakine ne l'écoutera pas et inversement. Elles n'étaient pas faites pour s'entendre après tout, le contraire aurait été étonnant dans ces conditions.

La Kurokawa releva le menton en voyant l'autre se lever de sa place, prête à repasser à l'action visiblement. Elle ne fit cependant aucun mouvement de recul tandis que le visage de Ryouko se rapproche du sien, sa tête s'égarant à quelques centimètres de celle de la brune. Elles sont proches... trop. Les poings de Takara la démangent méchamment, mais elle se contient. Elle ne perdra pas le contrôle une deuxième fois et ne fera pas l'erreur d'ajouter un nouveau dérapage à son actif en moins d'une heure, alors que cela faisait des années qu'elle n'avait pas craqué ainsi. Mais la Sakine, armée de sa langue aiguisée comme une lame, était parvenue à rouvrir en elle une porte que Takara s'était pourtant appliquée à maintenir verrouillée des années durant...

Les mots de Ryouko claquent dans l'air, retentissant comme des coups de tonnerre. Takara reste stoïque et encaisse sans mot dire, les laissant couler sur elle sans qu'ils ne l’atteignent. Elle fatigue, cette conversation qui ne fait que tourner en rond l'ennuie. Et la Sakine fait la sourde à ses explications.

« Ce n'était pas un avis. Simplement un avertissement. Ta présence ici n'est pas désirée et compte sur moi pour m'assurer que tu ne viendras pas foutre le bordel plus que tu ne l'as déjà fais. »

Ses sourcils se froncent tandis qu'elle plonge son regard outremer dans celui de son adversaire, cherchant à la forcer à baisser les yeux devant elle pour mettre fin à ce duel ridicule qui n'amène à rien. Elle a dit ce qu'elle avait à dire à Ryouko pour sa part. Désormais, la Kurokawa ne recherche plus que l'isolement pour mettre de l'ordre dans ses pensées. Un éclat de rire sans joie lui échappa en entendant les dernières paroles de sa vis-à-vis.

« Décidément, tu n'entends que ce qu'il t'arrange. Combien de fois faudra-t-il que je te le répète ? Yukio et moi sommes amis, je n'ai pas besoin de raison supplémentaire pour vouloir le protéger de personnes qui pourraient éventuellement le blesser, de quelque manière que ce soit. Et toi Sakine, tu es plus que susceptible de lui faire du mal. »

La porte du bureau s'ouvrit à ce moment, laissant de nouveau passer le directeur de l'établissement. Takara fit un pas en arrière en voyant ce dernier, s'éloignant de Ryouko et se replongeant dans son mutisme. Sur ordre du superviseur, elle se rassit à sa place près de la rose et garda le regard fixé droit devant elle durant le sermon de l'homme qui leur expliquait pour la énième fois à quel point tout cela était inacceptable et que « ton comportement en particulier Kurokawa-kun n'est pas tolérable et j'ose espérer que cela ne se reproduira jamais ».

La capitaine de Kaijou dû promettre qu'elle ne récidiverait pas et se vit sanctionner de deux jours d'exclusion. Le directeur prit ensuite congé des deux filles, indiquant à la Sakine que ses grands-parents étaient en route pour venir la chercher et qu'ils ne tarderont pas, qu'elle devait donc juste attendre dans le couloir. Quant à Takara, il lui signala de retourner chercher ses affaires et de se rendre ensuite en salle des professeurs pour attendre à son tour qu'un de ses parents prévenus ne viennent la chercher. La jeune fille s'inclina respectueusement — mais totalement à contrecœur — et sortie, suivi de la Sakine.

Avant de s'éloigner vers les salles de classes pour aller récupérer son sac de cours, Takara prit toutefois le temps de se tourner une dernière fois vers la jeune fille aux cheveux roses. Elle prit le temps de la dévisager un instant, avant de planter son regard encore coléreux dans le sien.

« N'oublie pas Sakine, je t'ai prévenu. Si tu refous les pieds ici, tu le regretteras crois-moi. Reste loin de Yukio et tourne la page comme il l'a fait. Ça vaudra mieux pour tout le monde. En espérant ne jamais te revoir. » conclut-elle avant de faire volte-face, tournant les talons et s'éloignant de sa démarche rapide.

C'était vraiment une mauvaise journée, décida Takara. Cependant, elle avait la désagréable impression que malgré ses menaces, ce n'était pas la dernière fois qu'elle entendait parler de Sakine Ryouko...

code by PANIC!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko   

Revenir en haut Aller en bas
 
Never touch a member of Kaijou's family ϟ feat. Ryouko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» family enduro à Villebret
» Pas facile depuis la suisse HELP!!! Enduro family la Saulce
» Enduro Family pont de salars 5 septembre 2010
» IDR56's family in Gironde
» un touch down de malins!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille :: RP-
Sauter vers: