AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: #ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.   Ven 20 Juin - 0:29

▬ ICH BIN
"Puis que la vie n'est qu'une vaste blague, autant en rire"
PRÉNOMS • Stain, April
NOM • Wolffhart; la force du loup, parfaitement.
SEXE • Femme, ça ne se voit pas?
ÂGE • 26 ans
GROUPE • Rakuzan Civils
RANG • Infirmière scolaire, probablement {Ceci changera IRP} Tient un salon de beauté en centre-ville.
PROFESSION • Tout et rien.
 
DETAILS PHYSIQUES



Je suis belle et je le sais. Si mon miroir pouvait m’embrasser, il le ferait. Il me complimenterait et me couvrirait d’éloges, aussi, j’en suis sure. Enfin, il le fait déjà, mais sans mot aucun. Mais moi je le sais et c’est l’essentiel, très certainement.

Plus sérieusement, que dire à mon sujet ? Que j’ai une silhouette souvent enviée ? Oui. Mais encore ? Vos questions ne sont pas pertinentes. Je veux dire, regardez-moi, cela ne vous suffit-il point pour vous faire un avis sur ma personne ? Non ? Ah, bande d’assistés ! Mais soit, pour avoir ma belle couleur bleue ciel, il faut que je passe par ici, je vais donc vous prémâcher le boulot.

Déjà, il faut savoir que je culmine à une hauteur d’un mètre soixante-quinze, sans talons. Grande, je le suis. Et encore, vous n’avez pas vu mes frères, vous. Des géants, je vous dis. Enfin, c’est le mot qui me viendrait à l’esprit en premier pour les comparer aux « petits » japonais que je vois d’ordinaire, dans la rue, en me baladant. Non parce que les sportifs, ça ne compte pas dans la balance, certains sont même plus grands que mon père, du coup je ne dirais rien à leur propos. Fine, je le suis aussi. Enfin, si on prend une image de mon auguste personne avant que je ne sois tombée enceinte, bien entendu. Oui, j’ai pris des kilos depuis, moi qui stagnait autour du soixante sur la balance, auparavant.

Vivement que je ne sois plus dans cette situation sinon je sens que ça ne va pas le faire du tout !
Pour continuer sur notre lancée, j’ai de longues et d’interminables jambes, joliment fuselées. J’adore les montrer, c’est mon petit vice à peine caché. Mais c’est bien la seule chose que je fais pour me distinguer. Aucun tatouage pour souiller ma peau légèrement halée – des suites d’un séjour prolongé en Californie – ni piercing d’aucune sorte. A vrai dire, je préfère le toc et les accessoires à clip. Plus simple pour s’en débarrasser, autant jouer franc jeu.

Mais n’allez surtout pas croire que sous cette tignasse longue blonde et ses yeux bleus verts se cache une femme au corps parfait. Loin de là. Je suis certes un peu musclée et svelte – du moins je l’étais jusqu’à il y a peu – mais mon corps a aussi pas mal de défauts basiques de la gente féminine. Non, je n’en dirais pas plus, il ne faut pas déconner non plus, oh.





CONTRASTE PSYCHOLOGIQUE




Cette miss ne saurait être parfaitement dépeinte en quelques mots posés négligemment sur une feuille de papier, numérique ou non. Tâchons de mettre en avant ses principaux traits de caractère, nous vous laisserons par la suite le délice subtil d’aller la découvrir bien plus en profondeur par le biais d’une rencontre, voulue ou non. A vous d’aviser par la suite.

Donc ;

Stain n’est pas farouche, déjà. Se laisser approcher, ça ne lui pose pas de problèmes, outre mesure. Du moins tant que l’on est respectueux avec elle – car le premier essayant de faire glisser une paluche fouineuse sur ses reins se verra rapidement marié au béton du sol, m’voyez ? Pourtant, malgré sa conversation facile et son attirance  toute particulière pour les alcools forts –parce que la demoiselle est loin d’être une petite starlette fragile, qu’on se le dise – elle n’est pas non plus ce que l’on pourrait appeler une « fille facile ». Allumer les hommes, oui, elle adore ça. Concrétiser, un peu moins. Peu on eut cette chance, à vrai dire. Gouter à ses talents en la matière ne se fait pas en deux temps-trois mouvements. Au contraire. Elle traine souvent pour se décider dans ce type de discipline mais au fond ce n’est pas un mal. Une perle rare ne saurait se donner facilement aux griffes du premier artificier venu, non ? Eh bien Stain est pareille.

Effectivement, elle possède un égo assez présent pour que l’on en parle. Elle a confiance en elle et ne le cache pas. Draguer dans la rue sans vergogne ? Aucun problème. Siffler sans retenue des jeunes adolescents pour les faire rougir et s’amuser de leurs réactions ? Pareil. Elle cultive une apparence licencieuse et adore ça. C’est un rôle qu’elle se donne, pour vivre la vie sans aucune retenue et profiter de chaque instant en riant et s’épanouissant. Jouer de ses charmes ne l’arrête pas, c’est même l’un de ses passe-temps préféré. Repousser les autres dans leurs limites est presque devenu une religion pour cette panthère des temps modernes.

On aura beau l’insulter que ça ne lui fera rien. Au contraire, elle sourira d’autant plus, pour emmerder le monde de son sourire lumineux. Lui cracher dessus signifie qu’on lui porte de l’attention et Stain, c’est ce qu’elle aime. Être au centre de l’attention, sous la lumière des projecteurs. Qu’ils soient élogieux ou non, tous les commentaires lui vont, glissant sur sa peau comme l’eau sur les plumes d’un cygne blanc. Elle prend du recul par rapport à tout ça.

En revanche, ce que, là encore, très peu savent, c’est son côté assez retranché derrière sa carapace de luxure et son langage fleuri. Au fond, l’allemande reste une personne qui peut parfois s’énerver pour trois fois rien et rester stoïque pour des situations plus graves. Certains sujets sont sensibles chez elle, comme sa famille ou… sa condition. Ne l’attaquer jamais sur ce terrain-là ou elle pourrait en venir aux mains et croyez-moi, des ongles manucurés, ça peut faire très mal. Stain est restée une grande enfant qui ne s’assume pas totalement ; un rien peut la gêner, même si elle ne le reconnaitra pas et préférera jouer la carte de l’agacement, plutôt. Il faut la connaitre et l’apprivoiser pour voir à travers les grandes lignes. Si elle tient à vous, c’est pour la vie, même si vous la trainez dans la boue. Et pourtant, elle ne le dira pas toujours.

Parce que l’amour, l’attachement et toutes ces balivernes, bah ça fait mal. Et Stain, elle n’aime pas avoir mal. C’est tout.


 
A STORY OF COLD



Mon histoire n’a rien d’exceptionnel. Non, rien. Enfin, si, peut-être un peu. Mais ça, c’est à vous de le déterminer, après tout.

Je viens au monde après sept garçons, tous bien bâtis et en parfaite santé. Petite dernière d’une fratrie de huit, donc, je n’avais de cesse de repousser toujours les limites que l’on m’imposait. Je suis ainsi depuis ma venue au monde, je n’y peux rien. L’autorité, j’ai du mal à la supporter. Même aujourd’hui. J’ai un tempérament d’électron libre, est-ce de ma faute ? Est-ce une tare ? Je ne le pense pas. Mais ne pouvant être objective sur mon propre cas, je vous laisse vous faire un avis par vous-même.

Je viens au monde dans la famille des Wolffhart, après neuf mois de vie au creux des entrailles de ma mère. Comme mes frères avant moi, la naissance se passa pour le mieux et je pus être rapidement rapatrié au cœur du foyer qui serait le mien pour les dix-huit années à venir. Ma mère décida de ne nommer Stain pour une raison…que j’ignore encore aujourd’hui. Celle qui ma mise au monde a toujours aimé l’originalité, je suppose.

Quoi qu’il en soit, je ne manquais d’absolument rien, mes parents ayant largement les moyens de subvenir aux besoins de leur marmaille –je rappelle que nous étions huit. J’avais à disposition l’amour de mes parents et de mes frères, qui me considérèrent à tort, comme une petite princesse fragile, sur le départ. Rapidement je leur ai fait prendre conscience de leur erreur. J’étais une guerrière, non mais oh ! Le nombre de fois ou j’ai battu mes frangins à l’épée de bois est mémorable.

Nous étions une vraie famille.

Qu’est-ce qui a changé, alors ? Oh, trois fois rien, je suis à mon tour rentré dans ce que j’appelle « l’âge con », ou le délice de l’adolescence, si vous préférez. J’étais irascible avec tout le monde et surtout, je ne reconnaissais jamais mes torts, quand bien même j’aurai du le faire un nombre incalculable de fois, là aussi. Mais que voulez-vous, j’étais déjà seule et passablement entêtée. Au lycée, je pète des câbles et ne cesse de ne foutre sur la gueule avec d’autres, pour des raisons parfois dérisoires. J’avais besoin de me défouler, de m’affirmer. Mine de rien, je me débrouillais plutôt bien. Je finissais rarement à terre. Mais bon, les plaintes dans le bureau du dirlo de l’école, ça oui j’ai connu.

Beaucoup.

Et à chaque fois c’était le même scénario. Ma mère venait me chercher, me faisait une remontrance tout du long du trajet jusqu’à la maison et enfin ça finissait en engueulade et une paire de gifles pour ma tronche, le plus souvent. Mais ça ne suffisait pas à me rendre plus docile. Au contraire, ça ne faisait qu’encourager mon côté anti-autorité.

Au final, mon père vint un jour me proposer la chose suivante ; puisque l’enfermement à la maison m’étais insupportable, il acceptait, avec ma mère, de me payer un billet pour les États-Unis, ou je pourrais vivre ma vie comme je l’entendais pendant quelques temps. A moi, en revanche, une fois sur place, de me débrouiller pour trouver un job et subvenir à mes propres besoins. J’ai tout de suite aimé le projet. Mais. Parce que oui il y avait un putain de mais à la con. Je devais faire mes preuves aux yeux de mon paternel. Ce qui voulait dire, littéralement, avoir mon diplôme de fin d’année, ne plus me battre pendant les six mois restants et maitriser parfaitement la langue anglaise.

Aucun problème, je me suis relevé les manches et leur ait prouvé que je pouvais le faire. Presque un jeu d’enfant. Certes j’avais eu jusque-là de mauvais résultats mais pas parce que je ne comprenais rien, mais parce que je ne voulais pas comprendre. Je n'avais aucune motivation, avant. Désormais ce n’était plus au cas et à la surprise générale, je me suis hissée à la première place de la classe. La binoclarde était verte et moi je riais. J’obtins mon diplôme sans problème, mention d'excellence. J'avais remplis ma part du contrat. Mes parents n’eurent d’autre choix que de faire pareil de leur côté.

Deux mois plus tard je partais à l’aventure en Amérique, seule. J’avais dix-huit ans. J’ai largué mon copain de l’époque et me suis envolée sans regrets après avoir promis à ma mère de respecter les conditions de départ –l’une d’elles était, notamment, de lui donner régulièrement de mes nouvelles.

Débarquée sur le sol américain, j’ai commencé ma folle épopée. J’ai commencé en tant que serveuse dans un bar de Washington, puis je suis devenue peintre d’intérieur dans l’Iowa. Ça fait plusieurs années, maintenant, que je foule ce territoire. Mon plus récent boulot, en plus de celui de bibliothécaire a mi-temps, c’est strip-teaseuse. Je n’en ai rien dit à ma famille pensez-vous, mais c’était un job que je n’avais encore jamais tenté. Et je dois bien sûr que jusque-là, ça me plaît vraiment. Enfin c'est de l'histoire ancienne bien sur mais bon, c'était fun.

Maintenant… Vous voulez savoir comment je suis tombée enceinte ? Ahah, petit curieux. En fait je me suis laissée charmée par un p'tit mec venu du Japon et entrée dans u nclub de danse pour faire le fier, sans doute. L'erreur de ma vie. Enfin presque. Le fait est que j'ai fais la con et je ne me suis pas protégée. Conséquence? J'ai su que j'étais enceinte quand c'était trop tard, voila. Problème? Je voulais pas du gosse, moi. Je m'estimais trop jeune. Alors j'ai fais des pieds et des mains pour contacter le mec et on s'est mis d'accord. Je vivais chez lui le temps d'arriver à terme et je lui refourguais le gosse. Parfait.

Parfait.

Sauf que non, ça ne s'est pas passé comme ça. Du jour au lendemain, il m'a laissé en plan, enceinte de neuf mois, presque. J'étais toute seule dans un pays dont je maitrisais peu la langue.
Du coup j'ai réagis comme la pétasse de base. J'ai accouché et j'me suis barrée, rentrant en Allemagne, chez moi quoi. Je pensais que ça me ferait du bien. C'était supposée bien se passer, en prime. Sauf que j'ai pas tenu une semaine et je suis revenue pour prendre mon gosse.
Et au moment ou je me suis dis que j'allais me poser quelques part un moment le temps de reprendre, je suis tombée sur ce gars, là. Mahiro Aoki. Une tête de con frigide pas aimable pour un sou.

Et bah ça va peut-être vous étonner (même si pas autant que moi) mais j'ai fini par l'apprécier.
Pire, j'suis tombée amoureuse maggle. Donc je suis avec lui depuis. Eh ouai, j'me tape un vieux, j'fais dans l'ancienneté. Mais j'vais pas aller lui dire, on a déjà suffisamment de sujets prises de tête comme ça, ahah.



 
"L'humour est la politesse du désespoir."
PSEUDO • Yukioblablabla
SEXE • Viens vérifier.
ÂGE • 23 piles Duracell
DOUBLE-COMPTE • Yep, Yukio est là pour l'ultime passage.
ÊTES VOUS UN PRÉDÉFINI • Nope, YOLO
VOTRE PRÉSENCE SUR LE FORUM • Autant que possible.
COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • Bichon qui m'a fait un enfant *out*
AUTRE • Love on you, bitches ♥
 
©Dita | EPICODE °


Dernière édition par Stain Wolffhart le Ven 30 Jan - 18:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.   Ven 20 Juin - 3:40

Il pleut des DC ! xD
* pompom girl dans l'âme * Let's go, t'as presque terminé !

Bonne valid' !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.   Ven 20 Juin - 9:09


OHGODOHGODOHGODOHGODOHGODOHGODOHGODOHGOD

♥________________________________♥

(tu l'as bien vu là ma tronche d'admiration dégoulinante d'amûûûûûr pour toi ? #MEURT# )

FIGHT FOR LOVE MI AMOR ♥ JE CROIS EN TOI ET EN LA FIN DE TA FICHE ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.   Ven 20 Juin - 9:34

AH!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ENFIN STAIN ** #pressé de la voir en Rp ♥#
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.   Ven 20 Juin - 11:36

DANKE SHÖN ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.   Ven 20 Juin - 20:38

Rapide lecture et rien à dire ♥


Validation



Hiii ! Bienvenue officiellement comme membre validé sur Kuroko No Basuke !

Comme tu peux le remarquer, ceci est un message bateau, mais c'est avant tout pour faire des petits rappels après validation, à savoir :

- Tu peux aller réserver ton avatar dans la partie appropriée (sauf si tu es un personnage du manga)

- Nous t'invitons à créer ta fiche de relation qui te servira aussi de répertoire RP !

- Ne soit pas timide pour les demandes de RP, fais-en une directement ou va chercher le joueur avec qui tu souhaites Rp par MP, personne ne mord ici !

- Passe nous voir dans le flood ou sur la CB si cela te tente, Momoi aime trainer par là-bas régulièrement, y'a des chances que tu l'y chopes !



Et surtout, amuse toi bien !




© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.   Ven 30 Jan - 18:34

MISE A JOUR TERMINEE ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: #ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.   

Revenir en haut Aller en bas
 
#ROCK ROCK, FASHION BABY ▬ END.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rock rock rock - Alan Freed -1956
» JOYEUX ANNIVERSAIRE ROL'N ROCK
» Rock Rock
» Rock Baby Rock It - Murray Douglas Sporup - 1957
» LE BLACK HAWK 1 er bar rock/metal de tours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille :: Administratif-
Sauter vers: