AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Takao Kazunari

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )   Dim 9 Oct - 16:08


►Opération Kérosuke, phase 1◄
feat. Shin-chan & Odoayaka



Il parait que plus le temps passe et plus les sentiments s’effacent. Je ne sais plus où j’en entendu ça… Mais dans mon cas, plus le temps passe et rien ne s’efface. C’est même pire… Chaque jour passé en sa compagnie ne fait que renforcer ce que je ressentais pour lui.

De l’amour….

L’envie de me glisser dans ses bras. L’envie de faufiler ma main dans la sienne et d’entrelacer nos doigts. Elles sont grandes, les mains de Midorima…. Elles sont douces aussi. Tout comme son parfum. A la fois épicé, sucré… Je n’arrive même pas à le qualifier ! Si on me demandait de décrire l’odeur de Shin-chan, je dirai qu’il sent le «  propre ». Vous, savez, la même odeur que lorsque vous passez près d’un champ fleuri en été ? Et bien voilà, l’odeur de Shin-chan ça me fait penser à ça…. N’allez pas me demander pourquoi…

Ce qui me manque le plus depuis que l’on ne sort plus ensemble, c’est le temps que l’on passait à midi tous les deux. On squattait le banc près du saule pleureur dans la cours du lycée. On mangeait nos bentos et après Shin-chan aimait réviser les leçons des cours de l’après-midi. Moi, pendant ce temps, je m’allongeais en posant ma tête sur ses cuisses. Je fermais les yeux et de temps en temps il passa sa main dans mes cheveux. Il parait que le paradis est différent en fonction des personnes. Mon paradis à moi, c’est ce moment-là….

Maintenant que nous sommes plus en couple, nous passons toujours le temps du déjeuner ensemble. Mais le banc près du saule a été réquisitionné par d’autres étudiants et nous mangeons dans notre salle de cours comme beaucoup d’autres élèves de la classe.

Je les vois… Je vois bien leurs regards plein d’interrogations qui glissent sur nous. Je les entends murmurer sur notre passage. Ils se demandent tous pourquoi nous ne sommes plus ensemble. Je leur aurais bien répondu si toutefois j’en savais quelque chose moi-même… Mais les excuses que m’a données Shin-chan ne me conviennent pas… Je sais que ce ne sont que des excuses plates et toutes faites… Le genre d’excuse que l’on donne a quelqu’un quand on ne veut pas le blesser ou lorsque la vérité est beaucoup trop difficile à dire et à entendre….  Shin-chan aura beau dire ce qu’il veut, je reste intimement convaincu que la véritable raison de notre séparation porte un nom…. Celui de Nijimura Shuzo….

Et d’après Shin-chan, Nijimura sera bientôt dans le même lycée que nous. Super ! Joie ! Bonheur et papillons dans mon cœur …. Ne plus pouvoir aimer Shintaro est une chose. Le voir en aimer un autre c’est encore différent… Je ne suis pas certain d’être capable d’endurer ça. Parce Shin-chan, moi, je l’aime plus que tout au monde…. S’il est heureux avec Nijimura je serai à mon tour très heureux pour lui…. Mais au fond je serai aussi profondément triste et inconsolable.

Enfin…. Pour l’heure Nijimura n’est pas encore de retour au Japon ! Ça ne devrait plus tarder cela dit…. Ce qui signifie qu’il me reste encore un peu de temps pour essayer d’inverser la vapeur et faire en sorte que Shin-chan tombe de nouveau amoureux de moi !

Le plan du jour est le suivant : inviter Shin-chan au restaurant et faire en sorte qu’il ait de nouveau envie de sortir avec son petit faucon préféré ! C’est un super plan n’est pas ? Bah… Il n’est pas de moi ce plan, je dois bien l’avouer. A tout seigneur tout honneur, le mérite d’avoir établi un tel champ d’action reviens à Imayoshi Shoichi ! La vie est étrange n’est-ce pas ? Je n’aurai jamais cru trouver en lui quelqu’un à qui me confier. Mieux encore, Imayoshi n’est pas du tout le manipulateur machiavélique que tout le monde se plait à dépeindre. Alors que j’allais mal, il a su m’écouter et m’aider ! Nous en sommes arrivés à la conclusion que rien n’était perdu tant que Nijimura ne serait toujours pas revenu ! Alors il m’a coaché et m’a conseillé pour essayer de récupérer mon bien ! Ouep ! Shin-chan c’est mon bien ! A moi tout seul ! C’est MA lumière !!! Voila !

L'opération Kérosuke pouvait entrer dans sa phase 1 ! Ouais... Avec Ima-chan on a donné un nom à notre plan de reconquête de Midorima ! C'est plus rigolo et surtout plus discret.... Ou pathétique... à vous de choisir

Bon, le restau qu’Imayoshi m’a conseillé devrait être un endroit sympa. Ce n’est d’ailleurs pas très loin du karaoké où il travaille et où je vais assez souvent avec Shizuku. Il m’a dit que l’on trouvait une carte variée et des prix abordables. Non pas que je sois radin mais je ne touche pas d’argent de poche autre que celui que je gagne par différents jobs d’été… Et je vais devoir songer sérieusement à économiser si je veux intégrer STAPS à la prochaine rentrée.

Toujours en suivant les conseils d’Imayoshi, je me suis sapé comme jamais ( Loulou et boutin/pan ). Je n’ai pas cherché à en faire trop non plus histoire que Shin ne sente pas le coup fourré venir à des kilomètres à la ronde ! Disons que pour une fois j’ai troqué mon short par un jeans saillant et que j’ai mis un maillot moins ample que ceux que je porte habituellement.

Nous avons convenu d’un rendez-vous à 11h45 devant le restaurant. Je lui ai envoyé l’adresse par mail et j’espère qu’il n’aura pas trop de difficulté à trouver. En passant devant le karaoké j’ai croisé Imayoshi qui m’a adressé un signe de la main avant de croiser les doigts. Vraiment, il est sympa ce gars.

Le restaurant à l’air agréable. Il est lumineux et les tables donnent l’impression d’être assez espacées les unes des autres. Je trouve que c’est une bonne chose… J’aimerai parler de certains points délicats avec Shintaro et je ne veux pas que les voisins puissent nous entendre… C’est déjà assez embarrassant pour moi alors…

Finalement je ne tiens pas en place. Je fais les cents pas devant le restaurant. Shin-chan est toujours quelqu’un de très ponctuel. Mais pour la première fois de ma vie je suis arrivé bien trop en avance. J’angoisse. Je stresse. Et si Imayoshi s’était planté sur toute la ligne ? Et si c’était moi qui me plantait carrément ? Peut-être que Shintaro ne m’avait pas quitté à cause de Nijimura mais qu’il était simplement plus facile pour moi de chercher un autre coupable plutôt que de me dire que j’étais responsable de la rupture. Si ça se trouve, c’est mon hyperactivité que Shin n’arrivait plus à supporter. Ou bien, le fait que je parle trop ? Suis-je si insupportable ? Qu’est-ce que j’ai fait pour qu’il ne m’aime plus ? Est-ce qu’il m’a réellement aimé ? Comment être sur qu’il ne voyait pas en moi que le coéquipier idéal mais bien plus que ça ? Peut être que…

Toutes mes appréhensions s’évanouissent à l’instant même ou Shintaro arrive. Il me suffit de le voir pour que mes lèvres s’étirent en un sourire radieux. Comme à chaque fois. Mes yeux pétillent d’excitation et je me précipite à sa rencontre avec ma joie de vivre retrouvée.

« Shin-chan ! Ça va ? Tu n’as pas trop galéré à trouver ? Je suis désolé, je n’ai pas pu passer te prendre, le vélo de Shizuku a crevé et comme elle avait rendez-vous avec ta sœur je lui ai prêté le mien…. Enfin ! Ça me fait super plaisir que tu veuilles bien qu’on passe ce samedi ensemble ! Ca faisait longtemps qu’on ne s’était pas passé une journée ensemble en dehors du lycée ! »

Je lui adresse un autre de mes sourires. Je ne veux surtout pas qu’il sache à quel point notre rupture me rend triste. Depuis le début je m’applique à faire comme si j’avais bien accepter la chose. Lui mentir ? Non… Je ne lui mens pas. J’enjolive juste la vérité quand elle est trop moche à regarder….

« Je ne suis jamais allé dans ce restaurant mais ça changera un peu de Maji Burger. Et puis Ima…euh un ami m’a dit qu’il était vraiment bien ! Bon et pas cher ! »

Je pousse la porte de l’établissement et je me dirige vers le comptoir qui, à ma grande surprise, est tenue par une jeune fille d’environ notre âge. Sans doute la fille des propriétaires.

« Bonjour ! J’ai réservé une table au nom de Takao ! Une table pour deux personnes s’il vous plait ! »

Je suit la jeune fille jusqu’à note place et je m’y installe. Je prends la carte et me plonge dedans en silence. En vérité, je me cache juste derrière pour éviter que Shintaro ne remarque mon visage empourpré.  Un restaurant en tête à tête, ça fait rencard amoureux…. J’espère ne pas avoir été trop audacieux dans ma proposition de manger ici…. Mais j’avais besoin de savoir. Besoin de lui parler. Besoin de comprendre aussi…. Mais plus que tout, j’avais besoin de le voir….



Kuroko's Basket RPG


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midorima Shintaro
Arrière
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 07/11/2015

MessageSujet: Re: Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )   Mar 11 Oct - 11:17

Opération Kérosuke
feat. Takao et Odoayaka




Avez-vous déjà fais un choix dont aucune des deux options ne vous convenait ? Et bien c’est mon cas.

C’était un peu comme devoir choisir entre être ébouillanté ou gelé, comme se voir couper la main ou le pied, c’était...C’était bien trop difficile. Et aujourd’hui encore, je ne suis pas sûr, je ne sais pas si j’ai bien choisi. Comme dit le dicton, on sit ce que l’on perd mais on ne sait pas ce que l’on gagne. Et c’était un peu ma situation actuellement.

Quitter Takao, ce fut sûrement l’une des décisions les plus douloureuses de ma vie, je dirais même la pire. Irais-je jusqu’à dire que je regrette ? Oui peut-être. Pour le moment en tout cas. Je ne sais même pas réellement pourquoi je l’ai fait... Pour Nijimura oui... Mais concrètement, rien dans son retour ne me poussait à le faire.

Est-ce que j’aime Nijimura ? Sans doute... Est-ce que j’aime Takao ? Oh oui...

Je ne suis pas le garçon le plus démonstratif de la planète, je pense même être dans les pires quand il s’agit de montrer ses sentiments... Mais cela ne remet pas en cause leur force. Sûrement que Takao a du penser le contraire, le connaissant il a du se dire que je ne l’ai jamais aimé, ou tout autres pensées du genre...

Mais je l’ai aimé, purement, tendrement, passionnément... Et c’est encore le cas aujourd’hui, c’est pour cela que mon choix me fait encore souffrir. Bien que je n’en montre rien, surtout pas.

C’est difficile, de passer toutes une journée avec l’être aimé sans le toucher, sans l’embrasser, sans sa tendresse, juste avec sa tristesse. Et c’est idiot surtout... Je sais qu’il m’aime, je pourrais revenir sur ma décision et fondre dans ses bras. Mais je ne veux pas lui faire ça, je ne veux pas qu’il ait à partager mon cœur.

Le pire, c’est qu’il n’a rien fait pour mériter ça, il ne fait que subir mon atrocité. Il était parfait, dans ses caresses douces dans mes cheveux, sur ma joue... Ses sourires qui vous réchauffent le cœur et ses petits « Je t’aime » murmurés chaque soir. J’avais l’impression parfois d’être au paradis. C’est niais en effet, mais je ne vois pas d’image plus significative.

Et pourtant, je n’aurais pensé qu’il ne me fasse vivre une telle chose...

Takao était totalement le genre de personnes que je fuyais comme la peste, il me faisait parfois penser à Kise, toujours surexcité en train de courir, crier, rigoler, tellement bruyant... Un véritable enfer. En plus, il ne me lâchait pas, il était comme un chewing-gum collé sur votre semelle. Les premiers temps je ne voyait en lui qu’un partenaire bon partenaire de basket.

Et c’est de la que tout est parti, une alchimie, comme jamais je n’en ai connu. Cela me faisait un peu penser à Kuroko et Aomine, en mieux. Je n’avais jamais pris autant de plaisir à jouer au basket, j’avais l’impression de redécouvrir ce sport. Et petit à petit, je l’ai un peu mieux supporté... Certaines de ses blagues n’étaient pas si nulles que ça, et il était de bonne compagnie, au final.

Je ne sais pas vraiment quand j’ai commencé à ressentir autre chose pour lui, je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite en fait, mais j’avais cette légèreté quand j’étais à ses côtés, j’aimais ça, terriblement. Et un  jour, j’ai eu l’impression que mon cœur allait s’envoler, c’était un mardi... On s’est embrassé, comme ça, simplement.

Je n’avais jamais cru ces idioties sur l’amour, mais ce ne fut qu’en connaissant mon premier que j’ai compris à quel point ce sentiment était fantastique. Bien sûr au début je n’étais pas très à l’aise avec ça, c’était tout nouveau pour moi... Mais certains gestes sont venus naturellement et au final, je n’avais pas à me poser de questions. Je l’aimais et c’était tout ce qui importait.

Et si c’était si bien, pourquoi diable ais-je mis fin à ça ? Pourquoi le retour de Nijimura a-t’il changer quelque chose en moi ? Je ne me comprends pas moi-même.

Et aujourd’hui, j’aimerais trouver quelques réponses aux questions qui taraudent mon esprit. Takao m’a invité au restaurant, cela fait depuis notre séparation que nous n’avons pas passé un moment rien que tout les deux, en dehors des trajets jusqu’au lycée. Je suis un peu stressé je dois bien admettre. Je compte cependant en profiter quand même, il me manque.

J’ai pris le temps de me préparer ce matin, je n’ai pas eu à chercher mon lucky item dans toute la ville, ce dernier n’était autre qu’une chemise, alors pour une fois je me suis permis de porter mon objet du jour sur moi. Au moins je suis sûr de ne pas le perdre ou l’oublier quelque part. Et vu que je vais au restaurant, je serais bien habillé. Je la porte avec un jean que j’ai acheté avec Takao, je n’ai pas l’habitude de mettre ce genre de pantalon, même si c’est la mode je préfère ceux qui sont plus habillés. Mais avec la chemise cela ferait sûrement trop.

Je me coiffe avec précision et je mets un peu de parfum, toujours un cadeau de Takao, ce garçon est vraiment partout dans ma vie. Je dois d’ailleurs regarder où se trouve l’adresse qu’il m’a envoyé, il ne manquerait plus que j’arrive en retard. Je préviens donc ma sœur avant de partir, sans m’occuper de la tête qu’elle fait en sachant que je vais voir Takao. Elle paraissait d’ailleurs enchantée lorsque je lui ai dit que c’était fini entre nous... Je comprends qu’elle ne l’aime pas mais j’aurais apprécié un peu de compassion. M’enfin.

J’arrive sans trop de difficultés à l’endroit prévu, et à peine suis-je là que Takao me saute à moitié dessus, plein d’énergie comme à son habitude, je préfère largement le voir comme ça plutôt que déprimé comme c’était le cas au début. Même si je me doute qu’il doit souffrir, au fond. En fait j’en suis même sûr étant donné que j’ai entendu sa sœur en parler à la mienne... Sans que cette pauvre Shizuku ne sache que cela faisait bien plaisir à Aya...

-Shin-chan ! Ça va ? Tu n’as pas trop galéré à trouver ? Je suis désolé, je n’ai pas pu passer te prendre, le vélo de Shizuku a crevé et comme elle avait rendez-vous avec ta sœur je lui ai prêté le mien…. Enfin ! Ça me fait super plaisir que tu veuilles bien qu’on passe ce samedi ensemble ! Ca faisait longtemps qu’on ne s’était pas passé une journée ensemble en dehors du lycée !

-Ca va merci, et toi comment vas-tu ?


Je le détaille du regard un instant en voyant qu’il ne porte pas ses eternels short, il ne les retire qu’en hiver d’habitude. Mais ce pantalon lui va vraiment bien il devrait en mettre plus souvent des comme ça. Il est beau, beaucoup trop beau. Il n’a pas le droit de me sourire comme ça alors que j’essaye de tourner la page... C’est vil.

-Ce fut assez facile à trouver j’avais le GPS sur mon portable. Et ne t’en fais pas, la marche ça fait du bien aussi de temps en temps...

-Je ne suis jamais allé dans ce restaurant mais ça changera un peu de Maji Burger. Et puis Ima…euh un ami m’a dit qu’il était vraiment bien ! Bon et pas cher !


Il n’avait pas tord sur le point de Maji Burger, j’ai parfois l’impression de passer ma vie la-bas, heureusement que nous pratiquons une activité sportive sinon nous serions gras comme des moines. Et même si je prend parfois des salades, on ne va pas me faire croire que leur délicieuse sauce à la crème est diététique.  

Nous entrons dans le restaurant et je salut rapidement la serveuse.

-Bonjour.

-Bonjour ! J’ai réservé une table au nom de Takao ! Une table pour deux personnes s’il vous plait !


L’établissement a l’air plutôt agréable et chaque table jouie d’une discrétion appréciable. Nous prenons donc place en suivant la jeune femme et je m’assois en face de Takao, en prenant la carte. Je ne sais que choisir et je lui lance des petits regards comme si cela allait m’aider.

-Takao, ça te dirais un petit jeu, je sais que tu aimes ça.

Je baisse ma carte pour pouvoir mieux le voir. Je sais qu’il ne sera pas contre un petit amusement alors je continue dans ma lancée, je ne sais même pas d’où me sors cette idée...

-Je te propose que tu choisisses pour moi mon menu, et je choisi le tiens. Ca te va ? Ne t’inquiète pas je connais les aliments que tu n’aime pas.  

Et je lui fais un très léger sourire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orimi Odoayka
Petit Ailier
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 15/09/2016

MessageSujet: Re: Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )   Mar 11 Oct - 23:32


Encore une belle journée qui débute aujourd'hui. Elle se leva sur les coups à 8h00 car ce midi, ses parents l'avaient appelé la veille car il y avait eu pas mal de réservation la veille donc un coup de main de leur fille se serait pas de refus. Rapidement, elle prit son petit déjeuner avant d'aller faire son petit footing quotidien avec un passage obligé par les terrains de baskets qu'elle connaissait défois qu'il y ait déjà des personnes faisant une partie de basket. Tout en faisant sa course matinale de 10Km, elle voyait d'autres personnes qu'elle connaissait, soit des amis, soit des personnes avec qui elle avait joué au basket le temps d'un match lui disant bonjour ou la saluant d'un signe de main car ils savaient tous que, lorsqu'elle courrait le matin, elle ne s'arrêtait pas pour ne pas casser le rythme car dure est la reprise après un arrêt.

10Km après, elle retourna chez elle. Il était temps de se prendre une douche et ensuite de se préparer pour aller aider les parents. Bon, il était encore loin d'être midi mais avant de recevoir les clients, il fallait dans un premier temps passer un coup de balai, dresser les tables et préparer les aliments qui demandent d'être nettoyé par exemple. Mais le premier gros challenge de cette matinée, va se faire après la douche. Lorsque l'on est une fille qui a de longs cheveux, le plus dur et, ce qui fait souvent assez mal, est de se démêler les cheveux en se les brossant avec un peigne. La douche finie, arriva le moment tant attendu du démêlement de cheveux. Nous passerons rapidement sur cela pour éviter d'entendre les plaintes du genre "aie, ça tire" "ça fait mal" "qu'est-ce que j'envie les filles aux cheveux courts"

La torture finie, Orimi se rendit dans sa chambre afin de s'habiller. Vu le temps qu'il fait, la température, un pantalon et un chemisier feront parfaitement l'affaire. Bon, il fallait être présentable pour les clients, c'est sur, mais lorsque l'on manie de la nourriture, on est jamais à l'abri d'une tâche sur les habits.  Et voilà, enfin prête pour aller travailler ce midi. Se parfumant un coup, elle prit ses clés et ferma son appartement avant de prendre le chemin du restaurant. Oh, elle n'avait pas loin à se rendre, il se trouvait à 2 pas d'ici.

Arrivé sur le lieu de travail, Orimi, tout en saluant les autres personnes qui étaient arrivé dans le restaurant, se dirigea tout de suite dans les cuisines pour y retrouver ses parents et leur faire la bise et de se mettre au travail. Mais avant de débuter, sa mère lui demanda d'aller voir le cahier où étaient marqués les noms des personnes qui avaient réservé une table pour ce midi car selon elle, sauf erreur de sa part, la personne qui avait réservé la table numéro 6 , Orimi la connaissait. Se rendant de nouveau à l'entrée, elle prit la cahier dans ses mains et mit son doigt sur la table numéro 6. La table était réservée au nom de "Takao" Orimi eu comme un "freeze" comme on les ordinateurs lorsque, durant un très court laps de temps, ils ne réagissent plus, en voyant le nom. Sa mère arriva quelques instants d'après pour voir si elle ne s'était pas trompé. Et vu la réaction, hum...disons...un chouillat nerveuse de sa fille, il n'y avait pas d'erreur.  Orimi n'en revenait pas, un Takao Kazunari, le meneur de l'équipe de Shutoku avait réservé une table dans CE restaurant. Bon, il est évident que cette table serait pour elle et pour AUCUN AUTRE serveur. D'ailleurs, elle le précisa de suite aux autres histoire d'être tranquille. En attendant, il fallait aider à préparer les tables, ce que s'empressa de faire Orimi en attendant l'arrivée des premiers clients.

Midi avait sonné et les premiers clients arrivaient déjà. Orimi reconnu de suite certains clients, c'étaient des habitués de l'établissement car ils venaient quasiment tous les midis vu que leur travail se trouvait à côté. Orimi les salua et prit rapidement de leur nouvelle avant qu'un serveur ne vienne les prendre en charge. Elle était un peu nerveuse du fait qu'elle attendait avec impatience, les personnes de la table 6 mais, elle s'occupait en préparant les apéritifs si les clients en demandait, ça lui occupait l'esprit.

Jusqu'à ce moment... 


-Bonjour.

Bonjour, bienvenue. Je suis à vous tout de suite. Dit-elle alors qu'elle avait le dos tourné voulant finir le cocktail demandé par un client et de le poser sur un plateau qu'un serveur viendra chercher.

-Bonjour ! J’ai réservé une table au nom de Takao ! Une table pour deux personnes s’il vous plait !


Nouveau blocage d'Orimi. Takao, le joueur de Shutoku venait d'arriver. Et la seconde personne était Midorima Shintaro un membre de la génération miracle ! Autant Takao, ça allait mais voir un membre de la génération miracle aussi prêt d'elle, elle n'était pas préparée du tout. Bon, on reprend son souffle, on respire tranquillement, tout va bien se passer, ce sont des clients comme les autres, il faut en prendre soin pour espérer qu'ils reviennent ensuite voir même, viennent avec d'autres personnes.

Pardonnez ma légère absence, je ne m'attendais pas à rencontrer deux joueurs de Shutoku. dit-elle avoir un sourire..un poil nerveux.

Si vous voulez bien me suivre, je vous amène à votre table.

Orimi ouvrit la marche suivit par Takao et Midorima. Il fallait reprendre son sérieux et arrêter de faire la fille bête. Elle leur montra la table, les laissant s'installer et leur donna la carte.

Je reviendrais d'ici quelques instants le temps que vous fassiez votre choix. Et n'hésitez pas à m'appeler si vous avez une question, je serais au comptoir.

Orimi retourna rapidement au comptoir. Les autres clients voyaient qu'elle était nerveuse mais ils savaient pourquoi. Elle aimait le basketball et ces deux personnes faisaient partis d'une équipe de basket dont le grand avec des lunettes avait fait partis de l'équipe de Teiko.

Sa mère aussi arriva au comptoir pour les voir. Et Orimi lui confirma qu'ils faisaient du basket à haut niveau. Elle lui dit en murmurant qu'elle devrait aller leur demander un autographe, qu'Orimi lui répondit "non". Pas qu'elle ne voulait pas non du tout au contraire mais plutôt car ils étaient venus pour manger et non être ennuyé par des inconnus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takao Kazunari

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )   Mer 12 Oct - 11:13


► Opération Kérosuke, phase 1◄
feat. Shin-chan & Odoayaka



Je le faisais déjà avant que nous sortions ensemble. J’ai continué à le faire pendant et maintenant encore c’est devenu une sorte d’habitude dont je ne me rends même plus compte. Chaque matin, j’écoute l’horoscope de Oha-asa à la radio. Je monte légèrement le volume quand vient le moment des cancers. Je ne vais pas jusqu’à chercher le lucky items correspondant à mon signe mais lorsque celui de Shin-chan correspondant à quelque chose que j’ai chez moi, je prends soin de l’emporter dans mon sac. Je me plais à lui répéter qu’un lucky items appartenant à une personne qui vous aime à plus de pouvoir qu’un vulgaire objet trouvé dans une antiquité.

Mais bizarrement, ce matin je n’ai pas écouté la radio. J’étais nerveux…. Je suis débile de me mettre tout seul une pression d’enfer comme ça. Je n’arrête pas de me dire qu’avec Shin-chan il se passera ce qui doit se passer. Ou qu’il ne se passera rien… Mais je vois dans cette sortie une opportunité pour essayer de lui appartenir de nouveau. Je n’ose même plus compter le nombre de fois où j’ai espéré l’entendre me dire qu’il s’était trompé et que de toute évidence il m’aimait et voulait reprendre notre histoire où nous l’avions laissé.

J’ai espéré…. J’ai scruté mon téléphone des jours et des nuits entières dans l’attente d’un message, d’un appel. J’en ai passé des nuits blanches à pleurer roulé en boule sous ma couette. Le plus difficile à chaque fois c’est de devoir me retrouver face à lui et être capable de lui sourire, de lui parler, de faire comme si tout allait bien alors que je n’ai qu’une envie : le supplier de reconsidérer son choix et de ne pas m’abandonner. C’est d’un pathétique….

Depuis que Shin-chan a rompu, je crois être passé par toutes les phases possibles et inimaginables. J’ai été malheureux… je le suis toujours. J’ai été en colère. J’avais envie de débouler chez lui, de lui crier dessus, de le gifler, de tout casser dans sa chambre proprette et bien rangée. J’ai été jaloux… Si seulement j’avais pu pirater son compte informatique pour aller voir ce qui se racontait de l’autre côté de l’océan…. Ce Nijimura…. Je le déteste déjà. Et pourtant, tout ce mélange de sentiments, ca ne me correspond pas. Takao Kazunari n’est pas un garçon mauvais, violent, déprimé, calculateur…. Shin-chan… Regarde ce que tu as fait de moi…. Tu as pris mon cœur et tu l’as transformé à jamais….

Quand je l’ai vu arriver, mon cœur à bondit dans ma poitrine et mes joues se sont colorées d’une teinte pivoine incroyablement gênante. Il est intelligent, il sait très bien que je suis toujours amoureux de lui et j’espère seulement qu’il ne va pas se braquer si j’essaie de le reconquérir. Je me suis préparé à me prendre un vent… Je sais que c’est une éventualité à ne pas mettre de côté ( Imayoshi bien insisté la dessus …). Et si ça arrive, je suis incapable de dire comment je réagirai. Mal je crois…. Je pense que j’aurai l’impression de voir définitivement avorter toutes les tentatives de séduction que j’aurai pu envisager. Je le perdrai pour toujours…. Et sans possibilité d’y remédier….

Je ne sais pas si c’est fait exprès mais Shin est incroyablement beau aujourd’hui. Plus que d’habitude et pourtant il est déjà beau en permanence. C’est peut-être dû à cette chemise qu’il porte et qui lui donne un air classe. Ou bien à ce jeans cintré. Ça le change de ses pantalons habituels. Je le reconnais ce jeans…. Nous l’avions acheté ensemble un jour où nous avions fait les boutiques. Je ne suis pas un fan de shopping mais j’avoue avoir gardé un très bon souvenir de notre après-midi soldes. Même si Shin n’a pas cessé de se plaindre qu’il y avait trop de monde.

J’ai couru pour aller le rejoindre et j’ai failli lui sauter au cou pour l’embrasser. Vieux réflexe qu’il me faut pourtant abandonner. Au lieu de ça je suis resté à côté de lui. Je lui ai souri. Et je l’ai écouté.

-Ca va merci, et toi comment vas-tu ?

Un rire m’échappe et je lui souris une nouvelle fois en lui tendant mon pouce pointé vers le haut

« Ca roule pour moi ! » menti-je effrontément « Mais j’ai une de ses faims !! »

Et pour le coup ça ce n’était pas un mensonge. J’avais faim. Pour la première fois depuis des semaines. Depuis la fameuse rupture, il n’y a plus rien qui passe. Le simple fait de manger me donne la nausée. Je me force uniquement quand Shin est à mes côtés au lycée. S’il voit que je mange pas il va s’inquiéter… ou au mieux il va me réprimander. Dans les deux cas je préfère éviter.

Du coup, je ne me fais pas prier pour entrer dans le restaurant. Nous sommes accueillis par une serveuse à la fois mignonne et souriante. Elle a l’air toute timide pourtant. Impressionnée je dirai même. Pourtant, elle n’a à faire qu’a deux pauvres lycéens.

- Pardonnez ma légère absence, je ne m'attendais pas à rencontrer deux joueurs de Shutoku.

Ooooooh ! Tout s’explique. Elle semble nous connaitre et c’est pour cela qu’elle est nerveuse ? Mon égo est flatté ! J’ai l’impression d’avoir de l’importance et d’être une star. J’ai presque envie de me redresser pour pavaner comme un paon. Mais je ne le fais pas et me contente de lui sourire pour la mettre en confiance et la rassurer. Elle n’a vraiment pas à stresser, nous ne sommes pas si importants que ça. Que de simples basketteurs lycéens. Enfin…. Moi. Parce que Shin, c’est quand même une classe au-dessus. Il est The shooter of Génération Miracle (admirez mon anglais !!! et dire que c’est la matière dans laquelle je suis le meilleur ! Vous êtes impressionnés hein ? ouais… j’avoue que ça fait peur pour les matières dans lesquelles je suis une caisse…. )

« Oh ! Tu nous connais ? Enchanté ! Je suis Takao Kazunari et voici Shintaro Midorima ! »


Je fais de succinctes présentations parce que c’est la moindre des choses quand on est bien élevé. Et je suis un faucon bien élevé !

Nous suivons ensuite la belle serveuse jusqu’au notre table et je ne peux m’empêcher de rire un peu en constatant son numéro. Je me mets assis et je montre à Shin la table qui sera la note. Je vois ça comme un signe du destin, un encouragement pour cette première phase de mon plan


- Je reviendrais d'ici quelques instants le temps que vous fassiez votre choix. Et n'hésitez pas à m'appeler si vous avez une question, je serais au comptoir.

J’acquiesce d’un signe de tête et je la remercie en lui disant que je n’hésiterai pas à l’appeler dès qu’on aura commandé

« Shin ! Table numéro 6. A ce niveau-là ce n’est même plus du hasard c’est du harcèlement ! »

Je souris avant de prendre ma carte et de me cacher derrière. Shin-chan est bien trop beau aujourd’hui…. C’est même de la torture je dirai. Il l’a fait exprès pour me donner encore plus de regrets. Je sais pertinemment que ce n’est pas le cas mais il a quand même un charme que je n’arrive pas à occulter. Et puis…. Son parfum… Je le reconnais bien. C’est celui que je lui ai offert avec mon tout premier salaire. C’était un cadeau comme ça, sans raison particulière. Shin-chan n’avait pas été spécialement content parce qu’il voulait pas que je dépense mon argent pour lui. Il me disait que si j’avais si durement travaillé s’était pour m’offrir des choses qui me ferait plaisir. Mais justement, ce qui me faisait plaisir c’était de pouvoir le gâter en lui offrant des cadeaux. C’était ça qui me donnait le plus le sourire. Et constater que malgré notre rupture il porte toujours le parfum que je lui est offert me fait encore plus plaisir. J’ai l’impression que même s’il est loin de moi je suis toujours un petit peu avec lui….

-Takao, ça te dirais un petit jeu, je sais que tu aimes ça.

Euh….

Shintaro me propose un jeu ? Ça ne lui ressemble pas vraiment même si effectivement ça me correspond pleinement. Pour le coup je suis méfiant. Je me raidis un peu sur ma chaise tout en le dévisageant. Quel jeu peut-il me proposer ? Un jeu du genre « on arrête de faire semblant et on se dit la vérité » ? Peut-être qu’à force de trop me forcer à vouloir paraitre « normal » ça l’a mis mal à l’aise ?

Je me tiens raide comme un piquet sur ma chaise. Les gens méchants disent souvent que Shin a un balai dans le cul. Mais vu comme je suis tendu c’est plutôt moi qui doit l’avoir ce fameux balai… Pour le coup, sa proposition m’a coupé le sifflet. Takao Kazunari silencieux plus de cinq secondes d’affilés ? Vite appelez le Guiness Book !

-Je te propose que tu choisisses pour moi mon menu, et je choisi le tiens. Ca te va ? Ne t’inquiète pas je connais les aliments que tu n’aimes pas.


Pfiouuuuuuuuuu ! Ce n’est que ça ?

J’ai l’impression de me dégonfler comme un ballon de baudruche. Je respire de nouveau et me tasse un peu sur ma chaise tout en lui souriant. Oui ! Ce genre de jeu là j’aime bien ! Ça me parait sympa et puis ça serait amusant. Je souris donc à Shin-chan

« Ok ! Mais pour que ce soit encore plus drôle on écrit le menu sur un morceau de papier ! Comme ça, on aura pleinement la surprise quand la belle serveuse nous apportera les plats ? »

Et j’ai tout pour se faire ! Je sors de ma petite sacoche contenant mon portefeuille (Maman n’arrête pas de me saouler avec ça… Soit disant que maintenant que je suis « grand » je dois toujours avec la pièce d’identité sur moi… C’est relou je vous dis pas ! ) un stylo bille et un bout de papier que j’arrache négligemment. J’en tends un morceau à Shin

« Je te prête mon stylo dès que j’ai fini ! »

Amusé, je me mets à rire en me plongeant dans la carte. Evidemment je connais par cœur les gouts de Shin-chan. Hey, ça fait deux ans qu’il est entré dans ma vie. Dont un an durant lequel nous avons tout partagé… même le lit ! Alors hein ! Je suis sans doute la seule personne sur terre qui le connaisse aussi bien ( et paf Nijimura prends ça dans les dents ! Tu ne le connais pas toi, Shin-chan ! )

« Alors alors…. Que choisir…. »

Je jette un petit coup d’œil amusé à Shin qui est plongé dans la carte. J’éclate de rire alors que je commence à écrire sur mon bout de papier

« Du natto ? Du poireau ? Un okonomiyaki ? Ou…… Un plat super méga épicé qui déchire le palais ? »

Je ris de nouveau alors que je sais pertinemment que tout ce que j’ai cité fait partie de ce que Shin-chan déteste le plus. Mais sur mon morceau de papier, c’est autre chose que j’ai écrit. En entrée, je lui commande des sashimis de saumon et d’ottoro. Le sais qu’il aime le poisson et il n’y en a pas de meilleurs que ces deux-là. Pour la suite, j’ai longuement hésité. Shin-chan met un point d’honneur à manger équilibré. Aussi, mon choix se porte sur des nouilles sautées aux légumes accompagnes de bœuf caramélisé pour le petit côté sucré. Pour le dessert en revanche, je n’hésite pas une seconde. Je lui commande un cheesecake. C’est frais, léger et pas trop sucré. J’ajoute finalement une canette d’Oshiruko et je retourne mon papier fièrement. Il ne faut pas qu’il triche !

« Voila !!! A toi de jouer ! »

Je lui tends mon stylo et je me dandine sur ma chaise. Cette idée de petit jeu me rend heureux. J’ai soudainement l’impression qu’une partie de ma mélancolie s’est un peu dissipée.

J’attends qu’il ait fini avant de lever la main pour appeler la jolie serveuse. Quand elle arrive je lui adresse un sourire radieux

« Alors… Tu vas trouver ça bizarre mais on a écrit notre commande sur ces bouts de papiers »

Je lui tends le miens et je laisse Shin-chan en faire de même

« On aimerait que ce soit une surprise ! Ça ne te dérange pas ? Tu vas nous prendre pour des fous ! »

Je ris. Je me redresse et me penche pour murmurer à l’oreille de la jeune fille

« Bah tu sais, c’est un secret mais les joueurs de Shutoku sont tous un peu fous… Ne le dis à personne surtout ! »

Je ris de nouveau et me réinstalle sur la chaise tout en regardant Shin-chan. Je suis tellement curieux de savoir ce qu’il a commandé pour moi. Et puis je suis tellement heureux d’être ici, dans ce restaurant en sa compagnie. Je meurs d’envie de lui prendre la main tendrement ou de lui faire du pied sous la table. Avant, quand on était ensemble, ça le mettait extrêmement mal à l’aise et ça le faisait rougir. Qu’est ce qu’il est beau quand il rougit…. C’est pour ça que je faisais exprès de continuer à lui faire du pieds. Et puis il avait son petit air faussement grognon. Ça aussi j’adore. Quand il fronce les sourcils et qu’il pince les lèvres. Prêt à mordre…

Mon regard croise le sien et soudainement toute la mélancolie qui avait disparue fit son retour. Mon sourire s’efface et une vague de tristesse s’installe sur mon visage. Non… je dois me ressaisir. Je prends une inspiration et je pose mes deux coudes sur la table avant de caller ma tête dans mes mains. Je sais qu’il n’aime pas que l’on s’accoude à table, il dit que c’est mal poli. Mais ce n’est pas grave, je cours quand même le risque. Je me force à sourire et à le regarder

« Alors…. Tu n’avais pas de piano aujourd’hui ? Tu as pu t’arranger pour le récital que tu dois donner aux prochaines vacances ? C’est nul, ça tombe pendant le camp d’entrainement de l’équipe… Tu vas devoir choisir de manquer l’un ou l’autre »


Je ris un peu et j’espère que Shin ne se rend pas compte que je force pour que ça paraisse naturel

« Si tu n’es pas là au camp, comment je vais faire ? Je n’aurai personne à embêter. Personne à qui piquer la couette la nuit… Pire ! Si j’ai envie de pipi nocturne, j’aurai personne pour m’accompagner ! Tu ne peux pas me faire ça hein ? Tu ne voudrais pas que je mouille mon lit à cause de toi ? »

Je ris et lui tire un peu la langue pour le taquiner. Mais aux grands maux les grands remèdes. Il me semble inenvisageable de faire le camp d’été sans lui. Je crois que s’il ne vient pas, je me ferai porter pâle moi aussi…



Kuroko's Basket RPG


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midorima Shintaro
Arrière
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 07/11/2015

MessageSujet: Re: Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )   Mar 18 Oct - 12:54

Opération Kérosuke
feat. Takao et Odoayaka




Je le connais trop bien.

Et je pense que Takao a tendance à l’oublier. Ce n’est pas parce que je ne parle pas beaucoup que je ne suis pas attentif à certaines situations, au contraire, je suis quelqu’un de plutôt observateur. Et à force de l’écouter parler, de le regarder, et tout simplement d’être avec lui, je le connais. Comme ma poche.

Qui croit-il duper franchement ? C’est presque insultant envers moi j’ai l’impression qu’il me prend pour un idiot. Après avoir passé environ un an ensemble, je connais ses réactions par cœur, et je sais déceler le vrai du faux. Il m’avait déjà fait le coup une fois, il n’allait pas bien et il faisait mine de rien, mais j’ai tout de suite senti qu’il y avait anguille sous roche.

Avec un sourire si radieux en temps normal, comment pourrais-je me laisser berner par ce sourire de façade alors que c’est principalement grâce à ça que je suis tombé amoureux de lui ?

Et le pire dans tout ça, c’est que c’est de ma faute, je le sais pertinemment. C’est quand même incroyable non ? Je lui fais mal, et il fait semblant d’aller bien pour ne pas que je culpabilise... Comment pouvait-on être comme lui ? Faire preuve d’une telle abnégation de soi était vraiment irréel. J’en serais vraiment incapable personnellement.

Alors bien sûr, moi aussi je cache ma peine, mais c’est parce que je ne pense pas avoir le droit d’être triste alors que toute cette situation résulte de mon propre choix. Si je n’avais pas choisi de mettre fin à notre relation, nous serions peut-être allés dans ce restaurant, mais mains dans la main, comme un couple. Et il aurait vraiment sourit, avec ses joues rouges et les yeux pétillants de bonheur. J’aimais ce visage.

-Ca roule pour moi ! Mais j’ai une de ses faims !!


-Cela tombe bien, un restaurant c’est fait pour manger.


Je le suis dans le restaurant en silence, je le laisse faire de toute façon c’est lui qui a tout prévu pour une fois alors je me contente d’écouter, sans vraiment prêter trop d’attention aux autres non plus, je me concentre seulement sur lui en fait. C’est incroyable de voir à quel point il arrive à capter mon attention.

-Pardonnez ma légère absence, je ne m'attendais pas à rencontrer deux joueurs de Shutoku.

-Oh ! Tu nous connais ? Enchanté ! Je suis Takao Kazunari et voici Shintaro Midorima !


 Je fais un mouvement de tête à la serveuse, alors comme ça elle nous connaissait ? C’était assez rare que ce soit le cas en dehors de la sphère basketballistique. Du coup, elle devait sûrement être fan de basket, sinon je ne vois pas pourquoi elle aurait connaissance de nos noms. Cela ne me gêne pas outre mesure, j’ai l’habitude d’être au centre des attentions bien malgré moi. Entre ma taille, mes cheveux, mes lucky items et notre charrette, j’ai de quoi me faire remarquer en toutes situations...

Nous suivons donc notre fan –quel star je fais- jusqu’à notre table, elle porte le numéro 6, comme mon maillot. C’est presque un signe du destin mais pour que ce soit complet, il aurait fallu qu’elle porte aussi celui de Takao. Ou alors c’est un peu trop romantique ? Ne posez pas de questions s’il vous plait je suis un peu perturbé.

- Je reviendrais d'ici quelques instants le temps que vous fassiez votre choix. Et n'hésitez pas à m'appeler si vous avez une question, je serais au comptoir.

-Merci.

-Shin ! Table numéro 6. A ce niveau-là ce n’est même plus du hasard c’est du harcèlement !

-Tu crois que nous avons à faire à un stalker céleste ?


Je hausse un sourcil avec un léger sourire et je prends place sur mon siège qui est plutôt confortable, du moins plus que les chaises du lycée et c’est déjà pas mal.

Je sens son regard sur moi, et je ne peux m’empêcher de rougir légèrement. Vous savez, ses yeux un peu spéciaux, ils ne servent pas seulement sur le terrain, ils ont aussi une intensité hors du commun, et à chaque fois qu’il me fixe plus de 3 secondes, je sens mon cœur accélérer, je ne saurais expliquer ce phénomène mais mon corps réagis toujours à son regard.

J’ai l’impression qu’il me scrute sans cesse, et même s’il a une vision très étendue, j’ai le sentiment qu’il ne voit que moi dans ces moments là. Au début, ça me mettais un peu mal à l’aise, mais maintenant j’ai l’habitude, et j’avoue que je trouve cela presque rassurant. Et c’est ça le plus gros problème. Son amour me rassure, je me sens bien avec lui, je me sens aimé et désiré. J’ai peur de ne jamais retrouver ça et de perdre ce sentiment à jamais. Et puis j’ai peur de le perdre lui aussi...

Je ne supporterais pas, et c’est bien égoïste, je le force à rester à mes côtés parce que j’ai besoin de lui, mais je ne lui donne pas ce qu’il attend... Ou plutôt, je lui reprends ce qu’il avait voulu, sans le libérer pour autant. Je me déteste.

-Ok ! Mais pour que ce soit encore plus drôle on écrit le menu sur un morceau de papier ! Comme ça, on aura pleinement la surprise quand la belle serveuse nous apportera les plats ?

-D’accord comme tu veux.


Je hoche la tête et je prends le morceau de papier qu’il me tend.

-Je te prête mon stylo dès que j’ai fini !


Je ne réponds pas et je me contente d’hocher la tête pour lui signifier mon accord. Je reprend donc la carte pour y réfléchir même si j’ai déjà une petite idée. Mais bon, ma curiosité est plus forte que tout et j’essaye de voir ce qu’il peut bien noter, sauf qu’il n’a encore rien écrit alors bon je dois attendre, et je fais mine de chercher... Je suis sûr qu’il m’a remarqué mais bon, on sait jamais et des fois j’aime vivre dangereusement.

-Alors alors… Que choisir…


Je ne le regarde pas cette fois, comme ça j’ai l’air vraiment concentré, et je fronce même un peu les sourcils comme pendant les contrôle pour qu’il n’y voit que du feu. Je pense que j’ai de grands talents de comédien comme ça, j’aurais pu en faire une vocation –à défaut de la cuisine.
Je remarque qu’il commence à écrire et ma curiosité est piquée à vif.

-Du natto ? Du poireau ? Un okonomiyaki ? Ou…… Un plat super méga épicé qui déchire le palais ?

-Tout à la fois peut-être ?


Je hausse un sourcil alors qu’il venait d’énoncer tout ce que je détestais le plus. Je sais qu’il fait exprès et que c’est une blague, parce que je sais qu’il me connaît !! (Et qu’il a parfois un sens de l’humour douteux)

J’essaye de deviner ce qu’il écrit à la façon dont il bouge son stylo mais je n’ai pas cette capacité voyez-vous alors je sens une grande frustration me submerger. Enfin cela fait partie du jeu et c’est mon idée alors c’est totalement de ma faute. Et puis je lui fais confiance après tout.

-Voila !!! A toi de jouer !

Je me saisis du stylo et je commence à noter sa commande. En entrée je lui prends un assortiment de tempura, comme ça il pourra varier les plaisirs entre crevette, carotte et aubergine. En plat, lui commander du kimchi serait trop facile vu que c’est son plat préféré, aucun suspens et je veux tout de même lui laisser une surprise alors je décide de prendre du tonkatsu, en sachant qu’il aime beaucoup ce qui est pané en général –même si cela se retrouve être plus gras par conséquent- et accompagné de riz rouge aux graines de sésame. En dessert, un assortiment de makis aux fruits rouges et de mochis à la noix de coco. Et du thé glacé pour faire passer tout ça et que monsieur ait sa dose de sucre.

-C’est bon.

Je relève la tête en attendant qu’il appelle la serveuse et je le regarde, presque tendrement.  

-Alors… Tu vas trouver ça bizarre mais on a écrit notre commande sur ces bouts de papiers. On aimerait que ce soit une surprise ! Ça ne te dérange pas ? Tu vas nous prendre pour des fous !

Je lui tends mon bout de papier en la regardant du coin de l’œil. Toujours en silence.

-Bah tu sais, c’est un secret mais les joueurs de Shutoku sont tous un peu fous… Ne le dis à personne surtout !

-Si tu lui dis ce ne sera plus un secret... Baka.


Je lève les yeux au ciel. En plus c’est faux, le seul qui est fou ici c’est lui, moi je suis complètement saint d’esprit. La serveuse s’en va et je repose mon regard sur Takao, et je peux voir la tristesse sur son visage quand il croise mon regard. Ca me fait mal de le voir comme ça... Mais je ne pouvais que m’y attendre en même temps...

Et il recommence avec ses faux sourires.

-Tes coudes sur la table...


-Alors…. Tu n’avais pas de piano aujourd’hui ? Tu as pu t’arranger pour le récital que tu dois donner aux prochaines vacances ? C’est nul, ça tombe pendant le camp d’entrainement de l’équipe… Tu vas devoir choisir de manquer l’un ou l’autre...


Et il se force à rire...

-Si tu n’es pas là au camp, comment je vais faire ? Je n’aurai personne à embêter. Personne à qui piquer la couette la nuit… Pire ! Si j’ai envie de pipi nocturne, j’aurai personne pour m’accompagner ! Tu ne peux pas me faire ça hein ? Tu ne voudrais pas que je mouille mon lit à cause de toi ?

-Ce serait fâcheux en effet...


En réalité tout était déjà arrangé, je n’ai pas envie de louper le camp d’entrainement même si ce n’est pas mon moment préféré de l’année –de mauvais souvenirs avec Aomine et Murasakibara- mais je n’ai pas envie de laisser Takao tout seul, même si lui imposer ma présence ne s’avère pas être la meilleure des idées.

Je baisse les yeux et je soupire avant de le regarder sérieusement.

-En fait... J’envisage de venir au camp d’entrainement mais seulement si tu arrête de me mentir... Parce que je ne tiens pas à passer un séjour plus désagréable qu’autre chose...

Je tripote un peu ma serviette en tissus et je remonte mes lunettes avant de continuer.

-Je suis loin d’être idiot Takao et je te connais... je me demande qui tu crois duper franchement. Je sais que c’est pour ne pas m’inquiéter, mais je le vois alors c’est inutile de faire semblant. Et c’est blessant même.

Je me demande si j’ai bien fait de lui dire ça maintenant, j’aurais au moins pu attendre la fin du repas parce que là, il ne va rien manger...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orimi Odoayka
Petit Ailier
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 15/09/2016

MessageSujet: Re: Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )   Mer 19 Oct - 19:46


-Oh ! Tu nous connais ? Enchanté ! Je suis Takao Kazunari et voici Shintaro Midorima ![/b]

Oui oui oui, elle les avait parfaitement reconnu. Enchanté, je suis Orimi Odoyaka. Fit-elle avec un grand sourire. S'en suit le fait qu'elle les amène à leur table, la fameuse numéro 6...numéro du maillot que porte Midorima en plus. Ce n'était vraiment pas fait exprès. Et puis de toute manière, ce n'était pas elle qui avait prit la réservation mais sa mère, donc elle pouvait encore moins savoir.

Orimi les laissa tranquille leur laissant de voir ce qu'ils allaient prendre. Elle continua pendant ce temps à préparer d'autres choses au comptoir tel que les apéritifs pour les autres tables qui en avaient demandé avant de commencer à manger ou encore les bouteilles de vins ou autre qui allaient accompagner les repas. D'ailleurs, il ne faudra pas oublier de leur proposer un apéritif s'ils le souhaitent. Entre temps, sa mère vint au comptoir pour voir les fameuses personnes. Orimi lui confirma bien que c'étaient des joueurs de basket. Sa mère lui proposa, dans le cas où ils souhaitaient prendre un apéritif, de leur offrir. D'ailleurs, voilà que Takao lève la main. Ils ont donc fait leur choix et Orimi s'empressa d'aller les voir.


-Alors… Tu vas trouver ça bizarre mais on a écrit notre commande sur ces bouts de papiers. On aimerait que ce soit une surprise ! Ça ne te dérange pas ? Tu vas nous prendre pour des fous !

Orimi prit les deux bouts de papier en les lisant. Donc alors, il ne fallait pas dire ce qui était marqué dessus. Certainement un mini-jeu pour voir s'ils se connaissaient bien tous les deux. C'est assez amusant ma foi.

-Bah tu sais, c’est un secret mais les joueurs de Shutoku sont tous un peu fous… Ne le dis à personne surtout !

Orimi eu un petit rire en entendant cela mais sans vouloir se moquer non non.

-Si tu lui dis ce ne sera plus un secret... Baka.


Ne vous inquiétez pas, je garde ça pour moi, je serais muette comme une carpe promit. Fit-elle en souriant.

Sinon, en attendant que vos commandes soient prêtes, est-ce que vous souhaitez prendre un apéritif? Je vous l'offre avec grand plaisir. Ce n'est pas tous les jours que l'on reçoit deux grands joueurs comme vous dans ce restaurant. Continua-t-elle avec un grand et sincère sourire qui n'est pas du tout fait pour les "forcer" à prendre un verre avant de débuter le repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takao Kazunari

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )   Lun 24 Oct - 13:42


► Opération Kérosuke, phase 1◄
feat. Shin-chan & Odoayaka



Honnêtement, quand j’ai proposé à Shin-chan de venir avec moi au restaurant, je m’attendais à une réponse négative. Je pensais qu’il allait me donner une de ses excuses du genre « j’ai aquaponey » dont il avait le secret. Pourtant, ce genre d’excuse ce n’était jamais avec moi qu’il les employait. Il réservait ça aux personnes dont il n’avait pas réellement envie de partager la compagnie. Du coup, j’étais flatté et ravi de ne jamais avoir eu droit à « l’aquaponey » ! Mais depuis que nous avons rompu, je pensais qu’il allait chercher à m’éviter aussi souvent que possible.

Mais il a dit oui !!! N’est-ce pas la porte ouverte au champ des possibles ? Cela ne me donnait-il pas le droit d’espérer réussir à le reconquérir. Je me disais, peut être stupidement, qu’il aimait encore passer du temps avec moi. Que je ne le rebutais pas tant que ça…. Est-ce qu’il est encore amoureux ? Ça…. Je ne pense pas. On ne quitte pas une personne que l’on aime.

C’est vraiment difficile vous savez. C’est difficile de devoir rester face à lui et de ne rien pouvoir faire. Etre là, à la fois si près et si éloigné. Ma main meurt d’envie de venir se poser sur la sienne. Mes yeux peinent à se défaire de son regard. Son parfum vient narquoisement chatouiller mes narines…. Tout en lui m’attire comme un aimant. J’ai beau essayé de lutter de toute mes forces, je n’y arrive pas.

Des fois, je regarde des mecs dans la rue en me disant que finalement, Shintaro n’était pas parfait que ça. Déjà il était trop grand pour moi. Je devais me hisser sur la pointe des pieds et lui devait se courber à chacun de nos baisers. Et puis il est trop calme, trop sérieux, trop posé. Moi Je suis euphorique, dynamique, bien trop ingérable comparé à lui. Et puis il a les cheveux verts. Et puis il a ses Lucky items. Et puis il se croit toujours supérieur. Et puis y a ses bandages aux doigts aussi …. Mais voilà…. Moi…. C’est tout ça que j’aime chez lui. Toutes ses imperfections. Toute sa personnalité. Toutes qualités, ses petits travers… Je l’aime, je l’aime, je l’aime….

Et je suis qu’un pauvre abrutit de masochiste pour inviter mon ex au restaurant. J’aime me faire du mal faut croire… Et oui…. J’aime ça…. Parce que vraiment, rien ne pourrait me faire plus plaisir que d’être en sa compagnie. Ça me fait mal c’est vrai. Mais je suis heureux aussi. Triste paradoxe.

Je suis content que Shin ait proposé ce petit jeu pour choisir les plats. Ça m’amuse réellement. Maiiiiis…. J’ai quand même la pression. Et si j’avais prévu des choses qu’il n’aime pas ? Je me repasse mentalement la liste de tout ce que je lui ai commandé. De toute façon c’est trop tard, la serveuse est venue chercher la commande….

Je trouve ça étrange qu’elle nous connaisse d’ailleurs, cette serveuse. Je pense surtout qu’elle connait Shin-chan et, comme de nombreuses personnes avant elle, elle a appris à me connaitre par extension. Je reconnais qu’à Shutoku, Shin et moi n’allons jamais l’un sans l’autre. C’est un peu comme Kuroko et Kagami. Mais en mieux ! En plus marrant ! Et en tellement bien plus fusionnel. Quoique…. Quand j’y pense je ne suis pas au courant des dessous de Seirin…. Si ça se trouve l’ombre et la lumière fricottent en douce dans les vestiaires ! oooooooh ! Ca me donne presque envie de mener une enquête !
La serveuse revient nous voir et je tourne la tête vers elle en lui souriant.

« Sinon, en attendant que vos commandes soient prêtes, est-ce que vous souhaitez prendre un apéritif ? Je vous l'offre avec grand plaisir. Ce n'est pas tous les jours que l'on reçoit deux grands joueurs comme vous dans ce restaurant. »

Oh bah ! ça c’est sympa !!! Les privilèges d’être une star hinhin ! J’aimerai bien me la péter en prenant une pause bien classe mais je sais que Shin serait capable de me mettre un coup de pied pour que j’arrête de faire le mariolle. Aussi, je préfère sourire à la jeune fille

« Des grands joueurs… tu exagères un peu voyons. Enfin… Moi je suis un grand joueur c’est vrai. Shin-chan… il est juste médiocre ! »

Je ris et l’incline un peu la tête sur le côté pour la regarder. Une mèche de mes cheveux noirs me tombe devant les yeux et je la remets en place avec la main droite. J’aurai dû mettre un serre tête mais que sais que Shin-chan apprécie moyennement en dehors des terrains de basket. C’est pourtant bien pratique.

« Bah…. Pour moi ça sera un ice tea à la pêche ! On est pas encore majeur, on ne peut pas commander d’alcool. Et toi Shin, qu’est-ce que tu prends ? »

J’attends sagement qu’il réponde et je remercie chaleureusement la serveuse avant qu’elle ne parte chercher nos boissons. Je me demande si Imayoshi savait que la serveuse était « fan » de nous. Est-ce pour cette raison qu’il m’a conseillé ce restaurant ? Ça serait bien son genre tiens…. Toujours est-il que ça ne me dérange pas le moins du monde. J’adore partager ma passion pour le basket avec d’autres gens tout aussi passionnés.

Je me suis réinstallé en posant sur coude sur la table et je ne réponds pas quand Shin-chan me fait remarquer mon impolitesse. Je les défais malgré tout et croise les bras simplement. Je ne sais pas pourquoi l’histoire du camp d’été m’est venue en tête. Peut-être parce que je stress à l’idée qu’il ne soit pas là…. Honnêtement, je ne me vois pas y aller sans lui. Sur le plan du basket, cela n’aurait aucun intérêt. Et sur le plan personnel, cela serait bien trop difficile à encaisser.

Assis sur ma chaise, je ne me rends même pas compte que je commence à bouger nerveusement les jambes. C’est un tic que j’ai dès qu’une situation me stress trop. Comme quand on a une interro surprise et que je sais par avance que je vais me vautrer. En classe, Shin est assis à la table juste derrière moi. Quand il me voit gigoter sur comme il a toujours un petit geste doux qui m’apaise et me rassure. Il pose sa main dans mon dos doucement et il la descend en une caresse discrète et extrêmement plaisante. Ça ne changera pas la note pourrie que je me taperai à l’interro mais ça a le don de me calmer et de me rassurer presque instantanément. C’est doux. C’est attentionné…. Malgré notre rupture il continu d’avoir ce genre de petits gestes à mon attention. Ca me fait tellement de bien…. Et tellement mal à la fois….

-En fait... J’envisage de venir au camp d’entrainement mais seulement si tu arrête de me mentir... Parce que je ne tiens pas à passer un séjour plus désagréable qu’autre chose...

J’ai l’impression de recevoir un seau d’eau glacée sur moi. Un frisson me parcourt l’échine alors que je suis incapable de relever mes yeux vers lui. Mon regard reste bloqué sur le numéro 6 en fer doré gravé dans le bois de la table.

-Je suis loin d’être idiot Takao et je te connais... je me demande qui tu crois duper franchement. Je sais que c’est pour ne pas m’inquiéter, mais je le vois alors c’est inutile de faire semblant. Et c’est blessant même.


Mes mains se sont crispées malgré elles. Je me suis raidi sur ma chaise. Mes jambes ne tressautent plus nerveusement. Tout ce que je me suis efforcé de paraitre jusqu’à maintenant s’effrite un peu plus chaque seconde. Pourquoi ça tourne comme ça ? Ça ne devait pas être qu’un restaurant sympa ? Tous mes efforts, mes sourires, mes rires…. Tout ça n’avait qu’un seul et unique but : Le rassurer. Ne pas le faire culpabiliser. Je refuse que Shin-chan se fasse du mal à cause de moi. Et je me trouve encore plus imbécile d’être incapable de lui dissimuler mon mal être. Parce qu’il va se sentir mal à son tour et c’est ce que je tiens à éviter impérativement. Mais visiblement, j’ai échoué…. Lamentablement.

Je ne le regarde pas. J’en suis incapable. Si mes yeux viennent se fixer sur son visage, je sais par avance que je risque de m’effondrer et de pleurer comme une lopette. Ca gâcherait toute notre journée. Et j’ai attendu ce moment avec tellement d’impatience. J’ai compté les jours puis les heures et les minutes. Je voulais tellement qu’on se retrouve…. Comme avant.

Ma voix est un peu serrée dans ma gorge alors que je suis réponds. Dans ma tête, je psalmodie quelques mots un peu comme une prière : ne craque pas Kazu, ne craque pas Kazu, ne craque pas Kazu….

« Que veux-tu que je fasse, Shin-chan ? »

Je ne le laisse pas répondre, j’enchaine de façon un peu désordonnée. Mes paroles et mes mots s’entrechoquent de façon confuse sous le coup de l’impulsivité et de l’émotion du moment. J’espère ne pas regretter ce que je lui aurai dit….

« Ne pas faire semblant…. Ne pas mentir…. Tu préfères me voir tel que je suis en ce moment ? C’est-à-dire complétement détruit ? Je crois pas que ça te plairait davantage….. Et je sais parfaitement que tu n’es pas idiot. Tout ce que je fais, tout ce que je dis…. Tout ca…. C’est pour toi. Pour te protéger. Parce que je te connais trop bien et que je sais que tu vas culpabiliser de m’avoir quitté….. »

Ma main passe nerveusement dans mes cheveux et sur ma nuque. Mes jambes ont repris leur tremblement frénétique que je n’arrive pas à contrôler. Mon regard, quant à lui, reste accroché à ce maudit numéro de table qu’ils ne veulent pas quitter.

« Il me faut du temps…. Beaucoup de temps…. J’étais le plus heureux du monde et tout d’un coup tu m’as tout arraché… Sans que je comprenne pourquoi. Est-ce que jetais un mauvais petit copain ? Est-ce que tu avais honte de moi ? C’est à cause de tes parents peut être ? De ta sœur ? Ou…. Est-ce que tu ne m’aimais pas ? »

Au prix d’une lutte mentale acharnée, j’arrive finalement à relever mes yeux bleus que je pose enfin sur son visage. Il a l’air triste. Et je m’en veux terriblement. Je ne suis qu’un connard franchement…. Et pourtant je continu comme si mes mots ne pouvaient plus s’arrêter de m’échapper. Comme s’il fallait que ça sorte pour me permettre d’aller mieux après

« Je ne veux pas ta pitié. Je ne veux pas que tu fasses style de vouloir me protéger. Tout ce qui m’arrives c’est de ta faute…. Non…. C’est de la mienne en fait… Parce que j’ai été trop con pour tomber amoureux de toi…. Et parce que malgré tout…. Je ne pense qu’a toi…. Jour et nuit…. A chaque instant de ma vie….. Je t’aime Shintaro. Et j’ai mal de savoir que toi, tu ne m’aimes pas…. »


La serveuse arrive avec les boissons et je m’applique à lui offrir un super sourire. Je ne veux pas qu’elle me voit triste. C’est trop nul…. Alors voilà, un grand sourire comme les acteurs de cinéma. Avouez que j’ai loupé ma vocation franchement !

Je la bénirai d’intervenir à ce moment précis. Ca me donne l’occasion d’échapper au regard de Shin-chan. Et à ses mots…. Qui seront certainement aussi durs que ceux que je viens de prononcer. Du coup, la serveuse a soudainement des allures de sauveuse !

« Merci pour les boissons ! Mais au fait ! Je connais même pas ton nom ? Si tu nous connais tu aimes forcément le basket non ? Tu es de quel bahut ? Si ça se trouve on a déjà joué un match dans ton lycée…. Enfin s’ils ont une équipe quoi. »




Kuroko's Basket RPG



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération Kérosuke, Phase 1 ( Shin-chan & Odoayaka )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» trou à l'accelération
» [Tarifs] Gamme C3 Classic (ex C3 Génération)
» Calage sur décélération
» [QST] Comment améliorer l'accération sur une 106 rallye phase 2 ?
» [Laguna 1.8l ess an 97] Trous à l'accélération

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Extérieurs :: Villes :: Centre ville-
Sauter vers: