AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nijimura Shuzo
Ailier Fort
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 21/07/2016

MessageSujet: Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]   Jeu 18 Aoû - 17:05

...
Un petit travail….
avec Imayoshi Shoichi



Nijimura Shuzo avait retrouvé le Japon depuis deux semaines environ. Il avait emménagé dans un petit studio meublé lui offrant un confort appréciable mais une solitude relativement pesante quelque fois. C’était un peu triste, il devait bien l’avouer, de rentrer chez soi et de n’avoir personne à qui parler de ce que l’on a fait dans la journée. Une solitude que le jeune homme tuait en se connectant sur internet pour discuter via Skype avec son frère et sa sœur restés à Los Angeles.

C’est d’ailleurs en surfant sur internet que Shuzo s’était rendu compte de l’urgence de la situation pour lui de trouver un baito. Un petit job étudiant allait l’aider à financer ses besoins quotidiens et à lui donner un peu d’argent de poche pour se faire plaisir. C’était ça aussi, l’indépendance, ne pas avoir Papa ou Maman pour payer les factures… Mais il ne se plaignait nullement ! L’ancien capitaine de la Génération Miracle aimait cette sorte de vie.

Il avait donc épluché les annonces publiées sur le web jusqu’à tomber sur l’une d’entre elles qui lui paraissait intéressante : employé dans un karaoké. Les horaires étaient compatibles avec sa scolarité et le salaire était majoré en tarif de nuit après 21h ! Une aubaine ! Quant aux taches à réaliser, rien d’insurmontable non plus : accueil des clients, service des boissons et consommations en salles, entretien des salles et encaissement. Facile !

Il fallait dire qu’à Los Angeles, Shuzo s’était essayé à plusieurs jobs durant les vacances afin qu’il puisse s’octroyer de l’argent de poche. Il avait donc été livreur de pizza en scooter, barman dans une pagode de plage privée où il avait appris à faire des cocktail ; serveur dans un restaurant de sushi ( soit disant que sa tête d’asiatique serait vendeur… ) ; animateur dans un centre de loisirs ( avec des mioches aussi braillards que turbulents ) et magasinier dans une supérette de quartier. Avec tout ça, il était plutôt polyvalent et avait bon espoir de se faire embaucher au karaoké

L’entretien d’embauche avec le patron du karaoké, Monsieur Tanaka, avait eu lieu dès le lendemain. Un homme d’une cinquantaine d’années bien tassées, mit sur son trente et un et avec l’air commercial du boss maitrisant parfaitement sa petite affaire. Il avait questionné Shuzo sur son passé, son expérience, son ambition. Il lui avait demandé de faire des calculs de rendu-monnaie de tête et Nijimura s’était plié à l’exercice avec brio avant de se voir offrir le poste à pouvoir dès la semaine suivante. L’ancien capitaine était ravi ! Avoir trouvé un travail si rapidement lui retirait une bonne épine du pied ! Il avait annoncé la nouvelle à Midorima dès qu’il avait quitté l’établissement qui serait son futur travail.


~~~~~~~~~~~~~~


Ce jour-là, Tokyo était couvert pas un ciel orageux et menaçant. Des épais nuages gris et noirs n’en finissaient plus d’assombrir la ville tandis que le grondement du tonnerre s’approchait dans un roulement sourd et singulier. Shuzo leva les yeux au ciel avant de soupirer. Il n’avait rien prévu pour se couvrir et il redoutait d’arriver trempé pour son premier jour de boulot. Ça ne le ferait franchement pas ….

Comme s’il venait de lire dans ses pensées, un nuage narquois se mit à faire tomber sur Tokyo les premières gouttes de pluie. Shuzo en reçu une sur le nez, sur le bras, sur la main…. Il eut à peine le temps de laisser échapper un juron que la pluie s’intensifia subitement pour se mettre à tomber sans discontinuer. Et dire qu’il était presque arrivé…. Il voyait au loin l’enseigne clignotante du karaoké…

Un second juron et Shuzo se mit à courir aussi vite que lui permettait ses jambes. Cela ne lui permit pas de passer entre les gouttes mais ça amenuisé le temps à subir cette drache acharnée qui s’abattait contre lui.

C’est dans la précipitation que Nijimura franchit le seuil de la porte du karaoké. Ses cheveux d’un noir de jais partiellement collé sur son visage humide, tout comme son maillot blanc rendu légèrement transparent à force de recevoir toute cette pluie. Décidément, cette première journée commençait bien…. Notez l’ironie

Shuzo prit le temps de refermer correctement la porte derrière lui alors qu’un éclair aveuglant déchira le ciel noir. Il était arrivé juste à temps ! Sur le trottoir, les passants courraient sous leurs parapluies de fortune pour chercher un endroit plus sécurisant où s’abriter. Une minute de plus sous cette pluie affreuse et Shuzo aurait été trempé jusqu’aux os. Dans son malheur il avait de la chance.

Il essaya de se ressuya le visage d’un revers de bras afin de se rendre un peu plus présentable puis il se dirigea vers le comptoir d’accueil où un garçon d’environ son âge attendait sa venue. Son futur collègue cachait son regard derrière une paire de lunettes noires et Shuzo s’appliqua à lui sourire pour se donner une bonne image.

« Bonjour…. Je suis Nijimura Shuzo, le nouvel employé…. C’est mon premier jour aujourd’hui… Monsieur Tanaka m’a dit de demander un certain Monsieur… »

Shuzo sortit un papier plié en quatre qu’il avait rangé dans la poche de son jeans. Il le déplia et en lu l’inscription avant de le tendre au jeune homme

« Imayoshi Shoichi…. Il a dit que c’est lui qui serait mon formateur… »

Un peu penaud de se retrouver tout mouillé et si peu présentable, Shuzo se passa la main dans ses cheveux humides avec un sourire gêné

« Je me suis désolé…. Je me suis fait surprendre pas l’orage…. »



Kuroko's Basket
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imayoshi Shoichi
Capitaine & Meneur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 16/08/2015

MessageSujet: Re: Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]   Dim 21 Aoû - 18:49

Un petit travail...


with Nijimura-kun

Cela faisait deux ans maintenant.

Deux ans que Shoichi travaillait dans ce petit karaoké de la capitale. A la base ce boulot lui servait pour avoir de l’argent de poche, étant donné que la somme que son père lui donnait n’était pas suffisante à ses yeux. Pas que le père Imayoshi était radin, mais il n’était pas des plus généreux non plus... Du coup, Il avait cherché un petit travail afin d’arrondir ses fins de mois et de mettre un peu de côté au cas où, le brun était prévenant.

S’il avait commencé au lycée, le brun à lunettes avait jugé judicieux de continuer même à la fac. Il n’avait pas plus besoin d’argent car ses frais de scolarité étaient payés par son père, mais il était assez grand maintenant pour payer lui-même ses vêtements... Donc il devait bien travailler pour ça. Et puis il était bien où il était...

Un karaoké somme toute banale dans l’immensité de ces établissements présents à Tokyo, mais il marchait plutôt pas mal. L’ambiance entre les employés était bonne, et le salaire correcte. Les horaires coïncidaient parfaitement avec celle de ses cours, il ne pouvait pas rêver mieux. En plus ce job lui avait permis de faire bon nombre de connaissances intéressantes depuis qu’il avait commencé... Et il savait qu’il en ferait encore d’autres.

Aujourd’hui par exemple ! Le boss l’avait prévenu qu’un nouvel employé allait arriver et serait à sa charge le temps de sa formation. Formation qui ne serait pas compliquée, ce n’était pas sorcier de faire des menthes à l’eau et de passer un coup de balai... Quoique le capitaine connaissait des personnes incapables de faire ça... Non, nous ne citerons pas Aomine Daiki.... Non non...

D’ailleurs il serait amusant de voir le garçon engoncé dans l’uniforme de l’établissement en train de se forcer à sourire aux clientes pour leur apporter un sirop...

Et c’est en se perdant dans ce genre de pensées réjouissantes qu’il sursauta un peu lorsque la porte s’ouvrit un peu violemment pour laisser entrer un garçon mouillé jusqu’au slip, sans doute –il n’avait pas encore vérifié. C’est vrai qu’il pleuvait beaucoup dehors, il n’aurait pas aimé avoir à sortir tiens...

Shoichi leva la tête vers le jeune homme une fois que celui-ci s’approcha. Que Dieu bénisse les tshirt blancs qui devenaient transparents une fois mouillé... C’était tout discrètement que le brun fit glisser son regard sur le torse du nouvel arrivant, c’est qu’il était gravement sexy le bougre...

-Bonjour…. Je suis Nijimura Shuzo, le nouvel employé…. C’est mon premier jour aujourd’hui… Monsieur Tanaka m’a dit de demander un certain Monsieur…

Nijimura Shuzo... Ce nom sonnait familier aux oreilles de l’ancien capitaine... Et une fois qu’il avait la tête qui allait avec, cela ne faisait plus de doute sur l’identité de ce charmant monsieur... Quelle coïncidence quand même...

-Imayoshi Shoichi…. Il a dit que c’est lui qui serait mon formateur…


Un petit sourire étira les lèvres du brun lorsqu’il se saisit du papier avant de le poser sur le comptoir qu’il détourna pour se présenter devant le nouveau venu.

-Je me suis désolé… Je me suis fait surprendre pas l’orage…

-En effet, tu es un peu mouillé...


Il dégoulinait tellement il l’était, on l’aurait mis dans la machine que le résultat aurait été le même. Shoichi tendit sa main au garçon qu’il gratifia de l’un de ses sourires emblématique.

-Je suis Imayoshi Shoichi, enchanté de faite ta connaissance Nijimura-kun... Après tout on ne rencontre pas l’ancien capitaine de la Génération des miracles tout les jours~

Il pencha la tête sur le côté avec un petit sourire innocent avant de s’essuyer la main dans son pantalon maintenant qu’elle était trempée. Maintenant qu’il l’avait devant lui il était bien curieux de savoir qu’elle personne il était, c’est qu’il faut avoir de solides épaules pour supporter tout ces emmerdeurs de génies... Lui avait eu du mal avec rien qu’un, alors quatre de plus c’était tout bonnement inenvisageable...

-Bon, nous allons déjà te sécher, sinon tu vas être malade... Et tu me donneras ta taille pour l’uniforme.

Imayoshi fit un signe de tête pour intimer à Nijimura de le suivre jusqu’à l’arrière du bâtiment où se trouvait quelques bureaux administratifs, et un vestiaire assez spacieux. Il prit une serviette dans son casier pour la tendre au brun avec un petit sourire et tapote du pouce la porte métallique à côté.

-Ce sera le tien, je te ferais une étiquette à coller dessus. Tu penseras à prendre un cadenas si tu y laisse des affaires car on ne sait jamais....

Shoichi se dirigea vers une grosse armoire au fond de la pièce qui contenait des uniformes de différentes tailles pour hommes et pour femmes. Il y avait des chemises blanches avec le logo de l’entreprise brodée sur la poitrine, un pantalon noir avec deux bandes fines rouges sur les côtés ainsi qu’un gilet de serveur rouge et noir. Pour les femmes le haut était le même mais le bas était constitué d’une jupe crayon avec les bandes rouges également. C’était plutôt chic pour ce genre d’établissements et cela plaisait beaucoup à Imayoshi de ne pas avoir à se fringuer de toutes les couleurs...

Il attendit que son nouveau collègue lui donne les bonnes tailles pour lui donner les vêtements correspondants et il lui sourit.

-Voilà, je te laisse donc t’habiller, je serais à l’accueil tu viendras quand tu seras prêt pour te faire visiter.



(c)codée par hanameow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nijimura Shuzo
Ailier Fort
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 21/07/2016

MessageSujet: Re: Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]   Lun 22 Aoû - 10:01

...
Un petit travail….
avec Imayoshi Shoichi



Shuzo n’avait pas peur du travail. Il n’était pas du genre à rechigner devant la tâche ou à bâcler son boulot lorsque ça ne lui convenait pas. Si un job ne lui plaisait pas, il démissionnait direct sans se poser plus de question. Mais s’il s’engageait à faire quelque chose, il voulait que ce soit bien fait ! C’était au moins l’une des choses qu’il avait appris de son amie d’autrefois Akina… Elle lui avait souvent mit une pichenette sur le front lorsque Shuzo bâclait sa petite interrogation qu’elle concoquetait avec soin pour achever leurs séances de révisions.

Na-chan… Alias Akina Hideaki…. Elle était l’amie d’enfance de Shuzo. Elle avait été un pilier pour lui. A la fois une amie, une confidente, un soutiens…. Elle était toujours là quand il en avait besoin. Elle avait été celle à qui il avait confié la découverte de son attirance pour les autres garçons. Elle avait su l’épauler dans les périodes les plus sombres de sa vie…. Elle l’avait aidé à remonter la pente un nombre incalculable de fois…. Et lui, qu’avait-il fait pour elle ? Il l’avait abandonné… Il était parlé en Amérique sans même prendre la peine de la prévenir et tout ça sous prétexte qu’il avait peur. Peur de la perdre. Peur de voir ses larmes et la souffrance dans son regard… La même peur et la même détresse qu’il ressentait sur le tarmac de l’aéroport ce jour-là…

Mains maintenant qu’il était de retour à Tokyo, il allait enfin pouvoir la retrouver. Shuzo n’était pas assez stupide ou crédule pour penser qu’elle l’accueillerait à bras ouverts. Elle allait peut être le rejeter …. Et il l’aurait bien mérité !

Shuzo se passa la main dans ses cheveux gorgés d’eau, dégageant légèrement son front ruisselant. Ce n’était vraiment pas une tenue convenable pour un premier jour de travail… Il était un peu gêné de se présenter ainsi devant son nouveau collègue et il espérait que ça n’allait pas lui couter sa place toute fraichement acquise. Se faire virer après seulement deux minutes, ça aurait été un record absolu digne du Guinness Book

-Je suis Imayoshi Shoichi, enchanté de faite ta connaissance Nijimura-kun... Après tout on ne rencontre pas l’ancien capitaine de la Génération des miracles tous les jours~

Shuzo fronça légèrement les sourcils en regardant le prénommé Imayoshi. Si son nom ne parlait pas à Shuzo, l’inverse n’était visiblement pas réciproque. Pour qu’il fasse ainsi référence à la Génération Miracle, cela ne signifiait qu’une seule et unique chose : Imayoshi n’était pas indifférent au monde du basket. Alors, est ce que Shuzo aurait dû connaitre son nom ? Il avait quitté le Japon depuis longtemps et s’il aurait dû se souvenir des noms de chaque joueur de chaque équipe…. Mission impossible

Shuzo dirigea ses pupilles grises vers celles à demi closes de son vis-à-vis.

« Rectification : Je ne suis pas et n’ai jamais été le capitaine de la Génération Miracle »

Et c’était réellement ainsi que Nijimura voyait les choses. Il avait été le capitaine d’une bande de garçons qui adoraient le basket plus que tout. Une équipe de passionnés qui n’avait qu’un seul objectif : gagner des matchs en prenant un max de plaisir. La Génération Miracle ? C’était après…. Il était déjà à LA en ce temps-là. Le seul et unique capitaine que la Génération Miracle avait eu c’était Akashi. Shuzo lui, il n’était qu’une pâle copie. Un usurpateur, tout au plus.

«  Mais… on se connait ? Désolé… Je me suis absenté pendant un moment loin de Tokyo et j’ai peut être oublié que nous nous étions déjà croisé. Tu m’en veux pas trop ? »

Le regard d’Imayoshi était dissimulé derrière une paire de lunettes qui accentuait le coté espiègle que Shuzo lui prêtait volontiers. C’est peut être son sourire un peu mystérieux qui contribuait à lui donner l’air malin… Toujours est-il que Shuzo se fit la remarque de devoir se méfier de ce garçon. Il n’avait pas l’air bien méchant mais on n’est jamais trop prudent

-Bon, nous allons déjà te sécher, sinon tu vas être malade... Et tu me donneras ta taille pour l’uniforme.


Shuzo haussa un sourcil tout en regarda son collègue. Comment ça «  nous allons te sécher ? » Croyait-il vraiment que le regard qu’il avait laissé glisser sur ton torse dévoilé par son maillot transparent lui avait échappé ? Nijimura avait une certaine expérience en la matière et pour le coup, même caché derrière ses lunettes, le matage en douceur d’Imayoshi n’était pas passé inaperçu….

Devait-il en conclure que Monsieur le formateur était du genre à aimer les hommes ? Ho ! voilà qui pouvait être intéressant…. Mais le cœur de Shuzo n’était pas à prendre et il se permit de mettre gentiment les choses au clair pour ne pas que son homologue ne voit de porte entrouverte à sa tenue rendue sexy par l’orage

« C’est gentil, mais je pense réussir à me sécher tout seul comme un grand…. Sinon, ma taille c’est du M »

Il lui adressa un petit sourire avant de le suivre dans l’arrière-boutique où se trouvait vraisemblablement les vestiaires. La pièce n’était pas grande sans être minuscule non plus. Des placards métalliques étaient collés les uns aux autres, tous d’une couleur jaune pisse particulièrement hideuse.

Shuzo était en train de laisser son regard parcourir la pièce quand une serviette se posa sur son épaule. Imayoshi capta de nouveau l’attention du brun qui tourna la tête vers lui pour le regarder juste après s’être passé la serviette sur le visage et dans les cheveux

-Ce sera le tien, je te ferais une étiquette à coller dessus. Tu penseras à prendre un cadenas si tu y laisse des affaires car on ne sait jamais....

Shuzo fit un petit signe de tête pour dire qu’il avait compris. Il leva la tête vers son nouveau casier flambant neuf qui portait le numéro 4. Tiens… Un chiffre qui semblait lui coller à la peau. Un petit sourire s’afficha sur son visage.

« Merci… »

Shuzo posa la serviette dans son casier avant de commencer à retirer son maillot blanc. Torse nu, il se dirigea vers le petit lavabo des vestiaires au-dessus duquel il essora son maillot avant de le secouer un peu et de le poser correctement sur l’un des cintres situés dans son casier. Peut être qu’il aurait le temps de sécher un peu avant la fin de son service

Il finissait de se ressuyer le haut du corps quand Imayoshi lui apporta sa nouvelle tenue de travail. Porter un uniforme n’était pas quelque chose qu’il aimait particulièrement mais il savait que ça faisait partie des obligations dans quasiment tous les emplois

-Voilà, je te laisse donc t’habiller, je serais à l’accueil tu viendras quand tu seras prêt pour te faire visiter.


Shuzo le remercia une nouvelle fois puis il attendit qu’Imayoshi soit parti pour retirer son pantalon et enfiler sa nouvelle tenue. Lorsque ce fut fait, il s’observa dans le glace placée juste au-dessus du lavabo. Ça va… ce n’était pas trop mal…. Au moins le polo blanc était sobre et le pantalon n’avait pas une coupe trop difforme. Il se pencha en avant pour arranger un peu ses cheveux encore humides. Un minimum présentable, ne serait-ce que pour l’image du karaoké qui l’employait.

Une fois qu’il fut satisfait de son apparence, Nijimura emprunta la porte par laquelle il été entré et il rejoignit son camarade qui l’attendait au comptoir.

«  Je suis prêt…. »

Shuzo posa ses mains sur ses hanches attendant qu’Imayoshi débute la visite. Il n’avait jamais été un adepte des karaoke et il avait dut y mettre les pieds une seule et unique fois, contraint et forcé, pour l’anniversaire d’un de ses amis. Il se laissa donc guider par Shoichi auquel il emboitait le pas. Il avait ainsi pu voir l’une des salles dans laquelle les clients se réunissaient pour chanter ; le comptoir de bar qui ne résumait à des boissons non alcoolisées pour la plus part et des snacks rapides ne nécessitant pas de préparation compliquée et la réserve.

«  Je pense que ça devrait aller » affirma Shuzo à son collègue.

C’est vrai qu’il n’y avait rien de bien compliqué pour le moment et Nijimura était d’une débrouillardise légendaire.

« Qu’est ce que tu veux que je fasse pour commencer ? »

Même s’il était plutôt autonome et polyvalent, il avait besoin d’être guidé dans un premier temps histoire de prendre ses marques. Et il comptait sur Imayoshi pour l’aider à trouver sa place dans ce nouveau job qui l’accueillait.

Une petite partie de lui priait pour qu’Imayoshi ne lui demande pas de préparer quelque chose à manger pour les clients. Même s’il s’agissait juste de réchauffer les plats, Shuzo était tellement pas doué en cuisine qu’il aurait été capable de tout bruler…. C’était au moins un point commun supplémentaire qu’il partageait avec Midorima. S’il venait à sortir ensemble plus part, l’un deux allait sérieusement devoir apprendre à cuisiner. Il en allait de leur survie ! Et franchement, c’était pas gagné !



Kuroko's Basket
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imayoshi Shoichi
Capitaine & Meneur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 16/08/2015

MessageSujet: Re: Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]   Mer 24 Aoû - 14:01

Un petit travail...


with Nijimura-kun

Imayoshi aimait tout le monde.

Enfin, disons qu’il avait un amour inconditionnel pour la race humaine qui ne faisait que l’amuser de plus en plus chaque jour. Il arrivait à trouver un intérêt à chaque personne qu’il avait rencontré, et même minime, cet intérêt l’empêchait de détester qui que ce soit jusqu’à présent.

Par contre, le pauvre brun ne recevait pas autant d’amour qu’il n’en donnait. A vrai dire, il n’y avait pas grand monde pour l’apprécier réellement. Il y avait ceux qui faisaient semblant, parce qu’ils avaient peur, ceux qui ne l’aimait pas, parce qu’ils ont peur, et ceux qui le déteste purement et simplement, comme Makoto Hanamiya –même si Shoichi est persuadé que son kohai est juste fou amoureux de lui au fond.

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, Imayoshi s’en fiche, parce que l’un ou l’autre ne le gêne pour obtenir ce qu’il veut, une occupation. Rien n’est plus drôle que d’énerver quelqu’un qui ne vous aime pas ou de faire tourner en bourrique une jeune fille admirative... Tellement de possibilités... Han...

Et donc ce cher Nijimura, à quelle sauce va-t’il être cuisiné ?

-Rectification : Je ne suis pas et n’ai jamais été le capitaine de la Génération Miracle


Oh ? Monsieur avait donc mal pris cette petite remarque ?

Hm intéressant, les rumeurs étaient visiblement fondées concernant sa susceptibilité. Et puis il y avait peut-être quelque chose à creuser de ce côté, car il n’avait pas l’air si fier de cette place alors que n’importe quel basketteur aurait été ravi de se présenter comme l’illustre personne ayant chevronné les miracles. Lui-même était déjà bien fier d’être le capitaine d’Aomine Daiki...

Ceci dit, il fallait y aller doucement avec Nijimura, il avait eu des échos de quelques...débordements physique, surtout sur la personne d’Haizaki Shougo... Shoichi ne tenait pas à se faire refaire le portrait.

-Oh excuse-moi, c’est pourtant ce que j’avais entendu dire...

Il gratifia son nouveau collègue d’un petit sourire avant que celui-ci ne tienne à éclaircir quelques détails...

-Mais… on se connait ? Désolé… Je me suis absenté pendant un moment loin de Tokyo et j’ai peut être oublié que nous nous étions déjà croisé. Tu m’en veux pas trop ?

-Non on ne se connait pas, alors je ne peux pas t’en vouloir... Quoique c’est un peu vexant je pensais avoir une réputation qui n’était plus à faire... Enfin si tu viens de rentrer c’est normal....

Imayoshi laissa échapper un soupir à fendre l’âme avant de reprendre.

-J’étais le capitaine de l’équipe de basket du lycée Too jusqu’à l’année dernière. J’ai donc entendu parler de toi par Aomine-kun et Momoi-san. Pardonne moi d’avoir été trop curieux~

Quoique dans le cas d’Imayoshi, curieux n’était qu’un euphémisme....

Sinon pour en revenir à notre ancien capitaine des miracles –qu’il le veuille ou non- Shoichi avait entendu pas mal de choses à son sujet, de la part de Momoi et Aomine, mais aussi du temps du collège lorsqu’il jouait aussi au basket. Il n’avait jamais eu la chance de se mesurer à l’équipe de Teiko, et il en était bien content, mais les rumeurs allaient bon train sur le rainbow captain.

Et jamais il n’aurait pensé que certaines étaient aussi vraies...

-C’est gentil, mais je pense réussir à me sécher tout seul comme un grand…. Sinon, ma taille c’est du M.

Etait-ce là une preuve de son mauvais caractère ? Imayoshi ne voulait pas aller trop vite en besogne, mais il était clair que le brun n’allait pas être des plus faciles à amadouer... Et hors de question que ce dernier ne le déteste, il était trop sexy pour ça... Et puis ils allaient travailler ensemble, c’est plus facile dans la bonne humeur non ?

Le brun à lunettes ne releva pas la remarque et se contenta d’hocher la tête avec son eternel sourire collé aux lèvres. Sourire qui ne le quitta pas, même dans les vestiaires, au contraire...

Peut-être que Nijimura avait remarqué son regard sur son tshirt mouillé un peu plus tôt, mais là il devait clairement faire exprès de le tenter en se mettant torse nu devant lui, dans une pièce où ils se sont que tout les deux...  Ah... Heureusement que le jeune homme avait un self-control hors pair après toutes ces années de dépravation....

Enfin, Shoichi ne se priva pas de donner un petit coup d’œil avant de partir et de le laisser seul face à lui-même. Il avait encore quelques bricoles à préparer comme des réservations à faire et des tickets à trier... Ce qu’il fit jusqu’au retour de Monsieur Sexy Rainbow.

-Je suis prêt….

-Bien, suis moi alors~


Et la visite débuta, Imayoshi expliqua les formalités à son nouveau collègue ainsi que les us et coutumes de la maison. Ce n’était rien de très compliqué et vu le CV du jeune homme, il allait rapidement se débrouiller comme un chef. Heureusement, car le brun se souvenait encore d’une petite nouvelle qui était arrivée en cours d’année dernière, elle n’en loupait pas une c’était une vraie calamité... Elle avait démissionnée d’elle-même le mois suivant en trouvant que ce n’était pas fait pour elle... Et elle n’avait pas tord la pauvre fille...

-Je pense que ça devrait aller... Qu’est ce que tu veux que je fasse pour commencer ?

-Un groupe de lycéennes a réservé une salle pour l’après-midi... Je te propose de venir avec moi pour la préparer, et on les accueillera tout les deux pour que tu vois comment faire... Ca te va ?


De toute façon il n’avait pas spécialement le choix, il était là pour ça... mais lui poser cette question rhétorique était une façon de se faire passer pour plus sympa qu’il n’était.

Shoichi amena Nijimura devant l’ordinateur de la réception pour lui montrer un peu le logiciel. Ce dernier permettait de voir les salles disponibles et d’en réserver une si besoin. Il y avait plusieurs tailles, pour les petits et grands groupes, et chaque employé pouvait s’inscrire sur une salle pour s’en occuper. Le brun montra donc à l’autre comment faire pour se servir du logiciel avant de lui servir un sourire désolé.

-Ce n’est pas grave si tu ne retiens pas tout immédiatement, je pourrais te montrer plusieurs fois si besoin. D’ailleurs si tu as une question n’hésite pas...

Même si c’est personnel... mais il se garda de lui dire, quand même.

L’ancien capitaine termina les manœuvres informatiques avant de prendre une clef pour ouvrir la salle réservée. Il y allait avoir personnes et ils devaient donc en faire un endroit un peu plus accueillant.

-Le ménage a été fait hier mais je préfère donner un coup de balai avant, ainsi que mettre du désodorisant, les filles aiment bien quand ça sent la fleur... C’est bien aussi de laisser une petite musique d’ambiance... Je te laisse la choisir, la télécommande est sur la table. Prend quelque chose de calme mais...joyeux... Ça devrait le faire~

Et Imayoshi s’en alla quelques instants pour aller chercher le balai.



(c)codée par hanameow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nijimura Shuzo
Ailier Fort
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 21/07/2016

MessageSujet: Re: Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]   Jeu 25 Aoû - 14:29

...
Un petit travail….
avec Imayoshi Shoichi



Shuzo n’avait pas une mémoire défaillante. En règle générale, il prenait soin de ne pas oublier le nom et le visage des personnes qu’il rencontrait et qui le marquait d’une quelconque manière. Il était donc surprenant que le nom d’Imayoshi ne lui ait rien évoqué de particulier lorsque son boss lui en avait parlé. Même là, se retrouvant devant lui, le visage sournois du garçon ne lui avait rien évoqué de particulier. Ce ne pouvait, selon lui, signifier qu’une seule et unique chose : Il n’avait jamais physiquement rencontré son nouveau collègue

-Non on ne se connait pas, alors je ne peux pas t’en vouloir... Quoique c’est un peu vexant je pensais avoir une réputation qui n’était plus à faire... Enfin si tu viens de rentrer c’est normal....

Voilà au moins de quoi rassurer Nijimura. C’était particulièrement désagréable d’être oublié d’une personne qui aurait dû garder un souvenir de soi. Ça pouvait aussi être vexant. Mais pour cette fois, il n’y aurait aucun problème. Seulement, Shuzo se demandait quand même qui pouvait être le mystérieux jeune homme à lunettes qui semblait en savoir autant sur lui. La réponse ne tarda pas à arriver.

-J’étais le capitaine de l’équipe de basket du lycée Too jusqu’à l’année dernière. J’ai donc entendu parler de toi par Aomine-kun et Momoi-san. Pardonne moi d’avoir été trop curieux~

«  Oh »

Ce fut la seule chose que les lèvres de l’ancien capitaine arc en ciel fut capable de répondre. L’ancien capitaine de Tôô Gakuen… Tiens donc ! Celui dont la réputation de manipulateur hors pair n’était plus à faire. Shuzo accueilli donc l’information avec un petit sourire en coin et il se fit la promesse de rester sur ses gardes lorsqu’il s’adresserait à lui.

Ha ha ! C’était donc cette petite pipelette de Momoi et son grand dadet d’acolyte qui avaient jasé sur son dos ? Avec l’ancienne manager de Teiko et la mine d’information dont elle était la garante, Shuzo était en droit de s’inquiéter sur ses informations personnelles maintenant en possession d’Imayoshi…. Momoi était du genre à connaitre le moindre de ses défauts et de ses petits secrets…. Elle était redoutable, y a pas à dire.

«  T’es tout pardonné…. Même si je me demande si je dois m’inquiéter ou non de ce que Momoi a bien pu te raconter…. »

Shuzo fit un pas en avant et posa sa main sur l’épaule d’Imayoshi qu’il tapota affectueusement.

« Capitaine de Aomine et Momoi…. Tu as mon respect éternel »


Parce qu’entre nous, Aomine ce n’était pas un cadeau ! Si Nijimura n’avait jamais vraiment eut de problème avec lui du temps de Teiko, il ne devait pas en être autant pour Shoichi qui avait du encadrer le garçon dans une période sombre de sa carrière de basketteur. Ajouté au tempérament impétueux dont Aomine était déjà pourvu au collège…  Non, vraiment, Tôô aurait dû ériger une statue en l’honneur de son capitaine de basket !

Du temps de Teiko, c’est davantage Haizaki, Murasakibara et Kuroko qui avaient donné du fils à retordre à Nijimura. Le premier pour sa fainéantise et son caractère insupportable que Shuzo avait souvent du mater à cousp de poings dans la tronche ou coups de pied au cul. Le second pour ses lubies de friandises sans lesquelles il refusait de mettre un pied sur le parquet. Sa nonchalance irritante avant donné envie plus d’une fois à Nijimura de le prendre par le colbac et de le balancer sur le parquet en lui hurlant de se sortir des doigts une bonne fois pour toute ! Kuroko enfin…. Lui… il était un peu à part. Motivé, travailleur, extrêmement volontaire. Nijimura avait un grand respect pour ce jeune garçon dépourvu de talent mais qui se donnait à fond pour réaliser son rêve. Shuzo avait essayé de l’aider du mieux qu’il pouvait même si, plus d’une fois, il avait songé lui conseiller d’arrêter tout simplement le basket…. Les quelques tensions que Nijimura avait connu avec Aomine avaient d’ailleurs comme motif le fameux joueur fantôme peu efficace…. Et dès qu’il s’agissait de Kuroko, les disputes entre Aomine et Nijimura étaient assez…. Explosives.

Finalement c’est avec Akashi et Midorima qu’il avait été le plus tranquille. Le premier était autonome et responsable. Il n’avait pas besoin d’attendre qu’on lui dise ce qu’il devait faire pour agir. Il était proactif. Midorima, lui, était de nature discrète et travailleur. Il obéissait aux ordres sans émettre la moindre retenue. Même si Shuzo avait toujours regretté qu’il ne se mêle pas assez au groupe.

Shuzo sourit et un petit rire amer lui échappa alors qu’il retira sa main de l’épaule de son collègue

« Ca n’a pas dû être une partie de plaisir tous les jours. De mon temps, il n’était pas aussi «  j’en ai rien à foutre » et ça nous a pas empêché de nous prendre la tête…. Alors toi… Vraiment je t’admire »

Ce qui voulait aussi dire qu’Imayoshi, capable de diriger Aomine Daiki, devait avoir une force de caractère impressionnante. Shuzo se promit de ne pas l’oublier trop rapidement.

Shuzo avait donc été dans les vestiaires du karaoké pour se sécher et enfiler sa nouvelle tenue. C’est sans aucune méfiance qu’il s’était changé devant son collègue. Après tout, il ne devait pas être du genre pudique non ? Pour un ancien basketteur, voir des mecs se mettre torse nu ( voir même bien plus…. ) faisait partie des scènes du quotidien. Loin de Shuzo l’envie de s’exhiber. Il n’y avait pas de mal à se sécher et à se changer dans un vestiaire n’est-ce pas ? Qu’on ne vienne pas l’accuser d’une quelconque tentation charnelle sur la personne d’Imayoshi. Ce n’était pas, mais alors pas du tout, le genre du Rainbow Captain…..

Une fois séché, vêtu et grossièrement recoiffé, il sortit du vestiaire pour aller rejoindre Imayoshi. Il n’était pas payé pour se tourner les pouces, il y avait un karaoké à faire tourner. Alors après avoir suivi scrupuleusement la visite guidée menée par son senpai ( pour une fois que ce n’était pas lui …), il l’écouta attentivement expliquer le déroulé de la suite des évènements

-Un groupe de lycéennes a réservé une salle pour l’après-midi... Je te propose de venir avec moi pour la préparer, et on les accueillera tout les deux pour que tu vois comment faire... Ca te va ?


Shuzo acquiesca d’un signe de tête. De toute façon, si ça ne lui allait pas on lui proposait un plan B ? Non. Dans ce cas….

« Okay, pas de soucis »

Préparer une salle pour un groupe de lycéennes hystériques qui allaient chanter des chansons niaiseuses d’idole…. Le programme était réjouissant. Mais avant d’aller dans la fameuse salle à préparer, un détour était obligé vers le comptoir et la caisse sur laquelle Imayoshi lui montra les différentes fonctions. Shuzo fronça les sourcils et se concentra sur l’écran d’ordinateur et sur les multiples touches qui lui faisaient face. Ca n’avait pas l’air trop compliqué mais il y avait tout un tas de formules et de promotions périodiques qu’il allait devoir apprendre par cœur s’il voulait être capable d’être efficace.

Pour le coup, Shuzo regrettait de ne pas avoir prévu un bloc note afin de noter les informations qui lui paraissaient les plus importantes. Comme s’il semblait lire en lui, Imayoshi tenta de le rassurer

-Ce n’est pas grave si tu ne retiens pas tout immédiatement, je pourrais te montrer plusieurs fois si besoin. D’ailleurs si tu as une question n’hésite pas...

Shuzo releva la tête et lui fit un petit sourire. Finalement, sa réputation de manipulateur fini était peut être erronée. Il avait l’air super sympa ce garçon ! Mais soyons prudent malgré tout

« C’est gentil. Merci…. Je pense que ca va pour le moment. »


Shuzo suivit Imayoshi jusqu’à la salle en question. Elle était assez spacieuse et accueillante pour qui aime s’égosiller dans un micro. Ce qui n’était pas du tout le cas de Nijimura. Cela signifiait pas pour autant qu’il n’aimait pas la musique. Bien au contraire. Son Mp3 et son casque constituaient un trésor auquel il tenait particulièrement.

-Le ménage a été fait hier mais je préfère donner un coup de balai avant, ainsi que mettre du désodorisant, les filles aiment bien quand ça sent la fleur... C’est bien aussi de laisser une petite musique d’ambiance... Je te laisse la choisir, la télécommande est sur la table. Prend quelque chose de calme mais...joyeux... Ça devrait le faire~

Shuzo l’écouta et tourna la tête en direction de la télécommande qui dormait paresseusement sur la table basse au centre de la pièce. Il regarda Shoichi s’éclipser avant de prendre en main la fameuse télécommande. Il n’y avait pas de mode d’emploi mais ça ne pouvait pas être bien compliqué. Il appuya sur la touche « Power » et immédiatement, un brouhaha assourdissant retenti dans les écouteurs. Visiblement, les derniers utilisateurs de la pièce s’était fait plaisir sur le volume ! Nijimura sursauta vivement tout en lâchant la télécommande qui tomba sur le sol. Le couvercle se décrocha et les piles roulèrent dans différentes directions.

« Put…rée fait chier »

Toujours avec la musique à fond, Shuzo se pencha pour ramasser la télécommande, le couvercle et trois des piles. La dernière avait roulé sous le canapé et Shuzo dut se mettre à quatre pattes et tendre le bras sous le canapé pour attraper la maudite pile. Malheureusement, son bras était trop court.

Il se releva et, en désespoir de cause, il dut pousser la table, puis le canapé. C’est dans le capharnaüm pas possible qu’Imayoshi fit son entrée muni d’un balai

«  Désolé…. J’ai fait tomber la télécommande »

D’un signe de tête il lui indiqua la manette éventrée  qu’il avait posé sur la canapé. Il ramassa ensuite la pile et dut tirer le canapé lourd pour le remettre en place. Il put enfin ranger les piles dans leur compartiment et couper ce son affreusement irritant

« et bien…… »


Il soupira et sélectionna une musique d’ambiance douce comme le lui avait signifié Imayoshi

« Ca va ca ? »


Il attendit l’approbation de son collègue avant de lui prendre le balai des mains pour se mettre à la tâche. Il connaissait la musique pour avoir été l’ending d’un animé dont il avait vu quelques épisodes. Avoir un père éditeur dans le manga ça aide à garder un œil sur la culture animé/manga même si Shuzo n’était pas particulièrement fan de tout ça.

Sans même s’en rendre compte et tout en balayant, l’ancien capitaine de Teiko se mit a fredonner, oubliant complétement que son collègue n’avait sans doute pas quitter la pièce



Kuroko's Basket
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imayoshi Shoichi
Capitaine & Meneur
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 16/08/2015

MessageSujet: Re: Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]   Jeu 3 Nov - 15:59

Un petit travail...


with Nijimura-kun

Shoichi était extrêmement curieux.

S’en était presque une maladie quand on arrivait à ce stade, il ne pouvait s’empêcher de se mêler des conversations qui ne le concernait pas, et il voulait savoir les petits secrets de tout le monde, même les gens dont il ne connaissait pas l’existence, on sait jamais cela pouvait toujours servir. Il était aussi curieux du monde qui l’entourait, des arts et de la nature, curieux de la vie et de ses apprentissages. Il voulait tout savoir même s’il n’avait pas la prétention que ce soit possible.

C’était donc avec une grande joie qu’il avait accueillis Momoi dans les rangs de l’équipe l’année dernière. La manager était très connu dans le milieu pour être très efficace, une véritable mine d’informations vivante concernant les joueurs et leurs capacités...ainsi que leur vie privée. Shoichi, friand de ragots en tous genre, pouvait discuter des heures avec la demoiselle en lui tirant les vers du nez concernant telle ou telle personne qui attisait sa curiosité maladive.

Et la rose avait eu le malheur une fois de citer le nom de Nijimura pendant un entrainement... Imayoshi connaissait donc son poids et sa taille de l’époque, ses préférences culinaires, ses meilleurs mouvements au basket ainsi que la marque de ses baskets. C’était inutile mais il était content.

Et maintenant qu’il avait le garçon devant les yeux, tout prenait un sens pour lui. Et Imayoshi comprenait un peu mieux le point de vue d’Aomine envers son ancien capitaine. Autant, le bleuté semblait détester le brun à lunettes et un peu toutes les formes d’autorité, autant il avait l’air de vraiment respecté Nijimura et tout qu’il avait pu lui apporter par le passé. Il avait la trempe d’un homme intéressant.

-T’es tout pardonné…. Même si je me demande si je dois m’inquiéter ou non de ce que Momoi a bien pu te raconter….

-Rien dont tu pourrais avoir honte ne t’inquiète pas~ Elle m’a surtout parlé de tes capacités au basket et en temps que capitaine... Et de ton amour inconditionnel pour le chocolat, je trouve ça adorable~


Et non, ce n’était absolument pas de la moquerie même si son ton pouvait le laisser à penser. Lui-même était très friand de sucreries et pâtisseries en tout genre même si ses préférences tendaient plutôt vers le caramel que le chocolat. Cela ne l’empêchait pas de profiter de temps en temps de bons gâteaux au cacao. Et puis franchement les deux saveurs s’alliaient à merveille alors il ne pouvait absolument pas dénigrer quelqu’un qui en aimait un des deux.

Un brownie chocolat et caramel au beurre salé... Pouvait-on vraiment faire quelque chose de meilleur au monde... ?

Enfin là n’était pas la question, laissons de côté cette gourmandise pour se concentrer sur Nijimura, qui semblait un peu comme un éclair au caramel pour Shoichi, très affriolant m’voyez.

-Capitaine de Aomine et Momoi…. Tu as mon respect éternel... Ca n’a pas dû être une partie de plaisir tous les jours. De mon temps, il n’était pas aussi «  j’en ai rien à foutre » et ça nous a pas empêché de nous prendre la tête…. Alors toi… Vraiment je t’admire.

-Oh tu sais je n’ai rien fait d’extraordinaire...


En fait c’est plutôt à Wakamatsu qu’il allait falloir donner une médaille, car cela allait être beaucoup plus difficile pour lui de gérer Aomine étant donner qu’il se trouvait être bien moins conciliant que le brun à lunettes.

Si Aomine ne voulait pas venir aux entrainements, Shoichi ne l’y obligeait pas du moment qu’ils avaient les résultats escompter, à savoir la victoire, et cela ne faisait aucun doute pour le brun. Alors oui, bon, ils avaient perdu, mais cela relevait plus de la malchance qu’autre chose à son humble avis. C’est pas comme s’ils avaient été laminés non plus, un point c’est rien du tout sauf un gros coup de bol pour les autres c’est tout point.

Imayoshi avait tout de même évité le plus possible le conflit avec son cher kohai même s’il ne se privait pas de l’embêter lorsque le cœur lui en disait. Il aimait tester un peu les limites des nerfs du bleu, et c’était vraiment amusant de le voir s’énerver et déverser toute sa colère sur Wakamatsu, haha. C’était un peu cruel aussi, mais on n’a rien sans rien bon sang de bois.

De son point de vue, Shoichi n’avait rien accompli de merveilleux en temps que capitaine d’Aomine, il ne l’avait pas remis sur le droit chemin –il n’avait même pas essayé en fait- et il n’avait réussi qu’à se faire obéir quelques fois, avec toujours l’aide de Mai-chan... Et des fois de son regard effrayant mais c’était en tout dernier recours.

-A vrai dire cela doit être le capitaine actuel qui doit en baver... les deux garçons ne s’entendaient pas très bien... Et il n’est pas très doué avec les filles donc Momoi risque de lui en faire voir

Mais ce n’était plus vraiment son problème maintenant. Wakamatsu allait devoir apprendre à mettre de l’eau dans son vin, et Aomine était motivé à battre Kagami, donc il devait se sortir les doigts et s’entrainer correctement. Dans un sens peut-être que le blond avait plus de chance que lui en récupérant un Daiki tout motivé à prendre sa revanche.

Enfin, assez de ressasser le passé, il fallait bosser maintenant, ça n’allait pas se faire tout seul et c’était bien dommage.

Après une visite rapide mais complète des lieux, le travail à proprement dit commença. Le pauvre Nijimura avait l’air de crouler sous les informations, et Shoichi le regarda avec un petit sourire amusé. Il allait peut-être lui donner son petit pense-bête qu’il avait fait en arrivant au karaoké. Ce dernier lui avait bien servit pour retenir tout le protocole afin de faire une réservation, surtout que certaines étaient bien spéciales et difficiles à retenir. On verra s’il le mérite.

Shoichi donna quelques simples instructions à son nouveau collègue avant de le laisser seul afin d’aller chercher le balai, en souriant.

Il était content, jamais il n’aurait espérer avoir un tel collègue un jour et cela le mettait en joie. Déjà le brun était beau, on ne pouvait pas dire le contraire. Il avait l’air assez intelligent, du moins assez pour tenir une conversation construite, et malheureusement ce genre de personnes devenaient de plus en plus rares dans son entourage... Il avait cotoyé la génération des miracles et il pourrait ainsi devenir une mine d’informations croustillantes a leur sujet et rien que cette idée excitait beaucoup Shoichi dont la curiosité était à nouveau piquée à vif...

Et aussi, il n’avait pas l’air de se laisser faire, et les challenges, Imayoshi adorait cela plus que tout. Cela n’avait rien d’intéressant de se mettre dans la poche une petit idiote buvant ses paroles, il voulait des gens résistant, qu’il devrait séduire de plusieurs manières afin de gagner leur confiance. Et de ce côté il voyait sa réputation comme un chance, si la personne n’était pas idiote elle allait se méfier de lui et cela devenait d’autant plus difficile et passionnant de s’en rapprocher.

Il avait hâte.

C’est donc les pensées en ébullition qu’il se saisit d’un balai au hasard avant de revenir vers la salle et d’ouvrir la porte, avec la violente envie de la refermer d’un coup pour ne plus voir et entendre ce qu’il y avait à l’intérieur. Tout était en désordre, et une musique horrible résonnait partout à tue-tête.

-Désolé…. J’ai fait tomber la télécommande

Shoichi ne répondit pas et suivait seulement le regard de son collègue qui commençait manifestement très mal tout compte fait... Mais bon, il en avait vu des pires et il le remercia dans sa tête lorsque la musique se stoppa, pour laisser place à quelque chose de plus doux et reposant en comparaison. Un peu comme dans les salon d’esthétisme... Et ne demandez pas ce que Shoichi y fait, cela relève de la vie privée.

-Ca va ca ?

-Oui c’est très bien.


Il hocha la tête pour appuyer ses dires et il se vit prendre le balai des mains. Bon, ben cela l’arrangeait bien, il n’aimait pas spécialement passer le balai donc cela l’arrangeait un peu.

Shoichi s’occupa donc de remettre le canapé en place avant de regarder les CD qui étaient à disposition afin de trier pour leur laisser ceux susceptibles de les intéresser. Il préférait en laisser un ou deux pour avoir plus de choix. Il rangea donc les autres dans un placard fermé à clé avant de tourner la tête vers Nijimura qui avait visiblement oublié sa présence, mais pas pour longtemps...

-Je ne te savais pas fan de Shojo... Chacun ses goûts~


Imayoshi laissa échapper un petit rire amusé mais pas moqueur, après tout lui-même appréciait parfois des œuvres à la limite de la décence pour un grand garçon de son âge...

Il fignola quelques détails de la décoration avant de hocher la tête.

-Je pense que c’est bon. Elles ne devraient pas tarder alors on peut retourner à l’accueil pour que je te montre d’autres choses en attendant...

Il sortit de la pièce et alla remettre le balai à sa place avant de se remettre devant le bureau pour expliquer le fonctionnement de la carte de fidélité et des abonnements, c’était tout simple et il lui montra un petit prospectus où tout était expliqué au cas où il aurait un trou de mémoire, ce qui pouvait arriver au début.

-Oh et tu sais répondre au téléphone ?

La question pouvait paraître idiote au premier abord mais c’était l’expérience qui parlait, il avait déjà vu beaucoup de stagiaires et apprentis le faire de façon catastrophique car ces dernières ne savaient pas quoi dire ni quoi faire, de quoi entacher la réputation de l’établissement au premier contact. Enfin, pas que cela l’empêche vraiment de dormir, mais s’il voulait garder son boulot, il ne pouvait que compter sur la réputation du karaoké.

Un petit sourire à Nijimura plus tard et un groupe de lycéennes fit son entrée dans l’établissement, c’était sans doute celui de la réservation. Shoichi s’avança vers les demoiselles et leur servit une petite courbette et un sourire charmeur comme il en avait le secret. Un peu de plus et on se serait cru dans un club d’hôtes....

-Bonjour mesdemoiselles et bienvenu~


(c)codée par hanameow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nijimura Shuzo
Ailier Fort
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 21/07/2016

MessageSujet: Re: Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]   Ven 9 Déc - 23:44

...
Un petit travail….
avec Imayoshi Shoichi



Etre le capitaine de Aomine Daiki, Nijimura savait ce que c’était. Et pourtant, il gardait un très bon souvenir du joueur qui était un véritable passionné. En plus d’être un petit génie. Son potentiel n’avait d’égale que sa soif de se perfectionner. Ce n’était pas évident de pouvoir épauler et aider un tel joueur lorsque l’on a conscience d’être incapable de réaliser le tiers de ce dont il sera capable au summum de son art. Shuzo ne l’avait jamais bridé. Il ne l’avait jamais laissé faire toute ce qu’il voulait non plus. Quand Aomine essayait de montrer sa supériorité, il suffisait d’un coup bien placé pour lui faire de nouveau toucher terre. Il avait beau avoir un caractère bien trempé, face à son capitaine, il pouvait aussi bien aller se rhabiller !

Depuis qu’il était de retour au Japon il n’avait pas encore eut la possibilité de le revoir et il avait l’intention d’aller faire un crochet par Tôô histoire de voir un peu comment ça se passait la bas. Et surtout pour l’informer de son retour dans l’hypothétique idée où il aurait envie de le retrouver. Sinon, ce n’était pas grave, Shuzo n’allait pas se mettre à chialer. Il avait déjà réussi à renouer quelques liens avec Kise et Midorima, sur l’ancienne équipe de Teiko ce n’était déjà pas si mal.

Quand il y repensait vraiment, Nijimura ne pouvait s’empêcher d’être nostalgique. Qu’est ce qu’il aurait aimé pouvoir, ne serait-ce qu’une seule fois, refouler le parquet avec eux. Rejouer comme avant. Revoir les Shoots de Shintaro, les passes fantôme de Kuroko, les dunks d’Aomine, les drives de Kise et les rebonds de Murasakibara. Même jouer avec Akashi lui manquait. Non réellement. La carrière de basket de Nijimura s’était arrêtée le jour où il avait abandonné Teiko. Non… C’était le jour où Akashi avait eu ces paroles destructrices que Shuzo s’était juré de ne plus jamais refaire partie d’une équipe…. Mais il avait beau continuer à se mentir s’il le voulait, la vérité était la suivante : le basket c’est toute sa vie.

-A vrai dire cela doit être le capitaine actuel qui doit en baver... les deux garçons ne s’entendaient pas très bien... Et il n’est pas très doué avec les filles donc Momoi risque de lui en faire voir


Shuzo pinça les lèvres et soupira. Il ignorait qui était ce pauvre garçon ayant hérité de la lourde tâche d’être capitaine de Tôô Gakuen, mais une chose était certaine pour lui : il allait en chier ! Et pas qu’un peu !

«  RIP à toi, Capitaine d’Aomine » ne put s’empêcha d’ajouter Shuzo sur un ton faussement mélodramatique.

Mais Nijimura lui-même n’était pas bien rassuré. Plus qu’Aomine, c’était Momoi qui l’inquiétait. Il savait parfaitement de quoi elle était capable pour avoir lui-même usé et abusé de ses talents d’informatrice lorsqu’il était encore à Teiko. Son surnom de mine d’information vivante n’était pas usurpé, la jeune fille était réellement capable d’apprendre une quantité de chose impressionnante sur les personnes qu’elle rencontrait. Et ces infos pouvaient dépasser de loin les seules frontières du basket. Satsuki Momoi était une manager redoutable. Et, à cet instant présent, elle était surtout redoutée…. Qui sait ce qu’elle avait pu aller balancer sur son compte à l’ex-capitaine de Tôô ? Quoiqu’il en soit, Shuzo n’avait pas honte de ce qu’il était et de ce qu’il avait vécu. Il n’avait pas de secret non plus. Le plus gros secret de sa vie était celui de son orientation sexuelle qu’il ne voulait pas voir s’ébruiter maintenant auprès de ses parents mais même si Imayoshi était au courant, il n’allait certainement pas tout balancer si facilement.

L’incident de la musique trop forte passa comme une lettre à la poste auprès de son collègue. Shuzo ne s’était pas attendu à se faire engueuler mais il aurait pu se prendre une remontrance pour avoir fait tomber la télécommande. Autant Shuzo pouvait être très habile avec un ballon entre les mains, autant au quotidien, il pouvait se montrer d’une maladresse affligeante. Saeko lui disait souvent qu’il était né avec des moufles à la place des mains…. Heureusement que ce n’était pas le cas, pour jouer au basket ça serait carrément l’angoisse !

Shuzo avait pris soin de mettre une musique d’ambiance relativement sympa avant d’aller prendre le balai des mains d’Imayoshi. Hors de question de le regarder faire en restant les bras croisés. Nijumura était quelqu’un de travailleur et il tenait à faire bonne impression pour sa première journée. Alors il commença à passer le balai dans les moindres recoins de la pièce sans omettre de déplacer le mobilier quand c’était nécessaire.

La seule chose qu’il oublia était la présence de son collègue qu’il pensait être retourné à l’accueil. Ce n’est qu’a sa petite remarque, un peu moqueuse, qu’il réalisa la situation ridicule dans laquelle il se trouvait.

-Je ne te savais pas fan de Shojo... Chacun ses goûts~

Shuzo haussa un sourcil et ses lèvres se fendirent en un sourire malicieux. Si Imayoshi pensait le taquiner ou le mettre en pétard en se moquant de lui parce qu’il chantait un générique d’animé pour fille, il se mettait le doigt dans l’œil. Shuzo était plutôt du genre à se prêter au jeu plutôt que de s’énerver pour si peu

« Il y a tellement de choses sur moi que tu ne sais pas…. »


Il lui fait un clin d’œil entendu avant de rajouter

« Les Shojos c’est pas mal… mais tu sais ce qui est vraiment bien ? Le yaoi !! Je t’en passerai à l’occasion si t’es intéressé ! »

Mensonge éhonté bien évidemment ! Si Saeko pratiquait ce genre de lecture sans vraiment s’en cacher, ce n’était pas du tout la tasse de thé de Shuzo malgré ses préférences clairement gay. Il n’allait évidemment pas pouvoir en prêter à Imayoshi dans la mesure où il n’en possédait aucun chez lui. Maaaaah…. Rien que pour le fun et pour voir la tronche qu’il allait faire, il était prêt à s’en procurer au premier libraire qui passait. Un bien trash ! avec les détails et tout !

Finalement ils finirent de préparer la salle et Imayoshi lui demanda de le suivre jusqu’à l’accueil où il lui expliqua les différentes fonctions de l’ordinateur. La masse d’informations à ingérer d’un seul coup était colossale. Entre les réservations, la gamme de prix, les consommations, les différentes formules proposées en location et en restauration…. Shuzo avait l’impression d’être noyé sous la masse mais il n’en  laissa rien paraitre. Il n’y avait pas de panique à avoir, il suffisait de traiter les données au fur et à mesure. Les prix, il les apprendrait par cœur au fur et a mesure. Et pour le reste, C’est en pratiquant il arriverait à assimiler le plus de chose possible. Et puis on lui avait toujours dit qu’il n’existait pas de sautes questions alors s’il avoir un doute il lui suffisait de demander à Imayoshi le temps qu’il arrive à prendre pleinement ses repères et à être parfaitement autonome.

-Oh et tu sais répondre au téléphone ?

Shuzo fut un peu surpris par la question mais finalement elle se justifiait amplement. Si pour lui ce job était loin d’être le premier, ça ne devait pas être le cas de tous les employés du karaoké. Imayoshi n’avait aucun souci à se faire. Nijimura savait répondre au téléphone et un savait s’exprimer clairement sans bafouiller. Toutefois une petite idée venait de lui traverser l’esprit et Shuzo leva les yeux vers le brun à lunettes en lui souriant mystérieusement

« Je sais répondre au téléphone oui »

Son sourire l’élargit un peu avant qu’il ne continu tout en scrutant les réactions de son collègue

« Mais si c’était une façon détournée de récupérer mon numéro de téléphone, tu aurais pu simplement me le demander. Pas dis que j’aurai accepté de te le filer mais au moins tu aurais essayé ~ »

Shuzo ne savait pas pourquoi il avait sorti ça. Tout comme il ne savait pas pourquoi l’envie d’asticoter son collègue submergeait à ce point. Peut être parce que c’était amusant, tout simplement. Et aussi parce qu’il avait l’impression qu’Imayoshi n’allait certainement pas se priver pour l’embêter lui aussi. Alors lui n’aurait pas le droit d’en faire de même. Et puis, Shoichi – dont la réputation de manipulateur l’avait précédé – savait se sortir de n’importe quelle situation et c’était amusant de voir quelles pouvaient être ses réactions.

La petite clochette de la porte principale du karaoke tintinnabula et un groupe de jeunes filles entra. Shoichi contourna le comptoir pour se présenter. Il s’inclina dans une respectueuse courbette tout en se présentant de façon charmeuse. Shuzo avait remarqué que la totalité des filles du groupe s’était mises à rougit. L’une d’entre elle – une rousse avec une longue tresse sur le coté – c’était même caché le visage derrière son foulard. Quel charmeur ce Shoichi. Quel tombeur. On allait pas se mentir, il était plutôt beau mec. Ajouté à son coté mystérieux et à son sourire indéchiffrable, il devait avoir une cote d’enfer auprès des filles…. Et des garçons.

Nijimura le laissa aller installer les filles dans leur salle et il s’adossa nonchalamment au comptoir quand Shoichi revient auprès de lui.

« Host club Imayoshi ! »

Nijimura faisait référence à un des mangas préférés de sa sœur. Il ne savait pas si Shoichi comprendrait la référence mais lui, ça le fit bien rire. Après tout, Imayoshi le pensait fan de shojo manga alors autant jouer la comédie à fond et le laisser croire ce dont il avait envie. Shuzo croisa ses bras sur le comptoir et se pencha vers lui en souriant

« Ce qui est rassurant c’est de savoir que si tu te fais virer d’ici, tu pourras toujours te reconvertir dans un bar à hôtes ! Ou dans le cinéma. Quel comédien tu fais. Tu sais j’ai de très bon contact dans les studios de L.A »

Et ce n’était pas un mensonge. Shuzo connaissait bien des personnes travaillant dans les studios de cinéma de Los Angeles. Les parents de Mike par exemple. La sœur de Franck, le pivot du club de basket. Los Angeles était réellement la cité du cinéma. Les studios servant à la production de film et de séries étaient monumentaux ! Par conséquent, beaucoup de gens officiaient dans ce domaine. Que ce soit en tant qu’acteurs, figurant, maquilleur, preneur de son, régit etc…. Les corps de métier en relation avec le septième art étaient démultipliés dans cette ville californienne. Et vu ses talents d’acteur et son charme ravageur, Shoichi aurait pu trouver un rôle sans peine. Pour un film X…..

Nijimura ne put s’empêcher de rire à cette idée puis il se redressa pour reprendre son sérieux. Il était quand même là pour bosser. La petite clochette se mit de nouveau à résonner et Shuzo n’attendit pas qu’on lui demande pour aller accueillir les clients. Dans une imitation parfaite de son camarade, il se pencha poliment tout en saluant les deux clientes

« Bonjours, Bienvenue Mesdemoiselles »

Il se redressa et se tourna vers Imayoshi à qui il fit un clin d’œil avant de se mettre derrière le comptoir pour utiliser l’ordinateur

« Aviez vous réservé ? »


« Euh…. Non… Il fallait ? » dit la plus âgée des deux

Shuzo garda son sourire le plus commercial possible

« Absolument pas. Ce n’est pas une obligatoire. C’est juste préférable les week end ou l’affluence est plus importante. Est-ce que vous resterez toutes les deux où attendez vous d’autres personnes ? »

La seconde jeune fille répondit

« On attends trois garçons…. »

Sous le regard d’Imayoshi, Shuzo prenait seul les choses en main, mettant en application tout ce qu’il venait d’apprendre

« Parfait. Je peux vous installer dans une salle convenue pour six personne » Il pianota sur le clavier de l’ordinateur avant de sourire de nouveaux aux jeunes filles «  Je vous prie de bien vouloir me suivre s’il vous plait »

Shuzo entraina les filles jusqu’à leur salle qui se trouvait au fond du couloir à droite. Il les laissa entrer et il leur expliqua que la carte des consommations se trouvait sur la table, tout comme le choix des musique et le mode d’emploi de l’appareil à karaoke.

«  En cas de besoin n’hésitez pas à me contacter avec le téléphone qui est relié à la réception. Je vous souhaite un très bon moment dans notre établissement Mesdemoiselles »

Il rejoignit Imayoshi en enfourna ses mains dans les poches arrières de son pantalon noir. Il lui sourit

« Alors ? C’était bien ? J’ai rien oublié ? Je ne me suis pas trompé avec le pc ? »




Kuroko's Basket
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit travail.... [ PV Imayoshi ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petit boulot sympa pour le week-end...(jantes alfa inside)
» Pension Eté St Laurent du Pont
» mettre un pneu de 150 sur une R100(petit travail de l hiver)
» petit travail de carrosserie
» Petit travail sur ma W203

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Extérieurs :: Villes :: Centre ville-
Sauter vers: