AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi   Ven 28 Fév - 18:43

▬ MA PRESENTATION
Mesdemoiselles, retenez vos orgasmes, merci.
PRÉNOM • Yugi
NOM • Wakaïdo
SEXE • Quand vous voulez, ladies.
ÂGE • 21 ans
GROUPE • Civils
PROFESSION • Chanteur vedette des Third Theory, son groupe.
 
DESCRIPTION PHYSIQUE



Je vais peut-être – voir surement- paraître prétentieux, mais je n’en ai rien à foutre. Je sais que je suis beau et bien foutu – sinon je n’apparaitrais pas sur les couvertures de magazines en tout genre, il faut être sérieux. Je culmine à un mètre quatre-vingt-quinze, déjà. Grand, je le suis, bien entendu. Je tiens ça de mon père, parait-il. Dans mes souvenirs, il n’était pas si grand que ça, mais ça fait un moment que je ne l’ai pas vu alors je mets cette question en suspens pour le moment. Surtout que je n’en ai un peu rien à foutre. Passons. De lui aussi, j’ai hérité ma chevelure blanche comme neige. Je dois avouer que ça donne un style, donc je ne m’en plains pas. Surtout que ça s’accorde bien avec mon teint blafard permanent – oui j’ai des difficultés à prendre le soleil, je… crame quand j’essaie.

Sur le haut de ma pommette gauche, vous pourrez trouver une marque de naissance de forme assez originale. Je l’ai depuis ma venue au monde – logique. Normalement, elle est juste un peu plus foncée que mon derme mais je me plais à la colorisée un peu avec du maquillage. C’est presque devenu une manie, en fait. J’aime assez.

Autrement, rien à signaler, je suis comme tous les jeunes hommes de mon âge. Un beau sourire, des yeux envoutants, bref, un beau-gosse. Je ne vais pas partir sur une description approfondie de mes bras, mes jambes et mes mains, ça ne vous servirait à rien. Cela dit, je porte souvent une écharpe autour de mon cou pour préserver ma gorge. En effet, avec mon talent vocal – je peux imiter n’importe quelle voix que j’ai déjà entendu au moins une fois et utiliser toutes les gammes de chants existantes avec un peu d’entrainement – je ne peux pas trop me permettre d’attraper un rhume ou une saloperie du même genre.
Vous voulez en savoir plus sur moi ? Venez donc me parler, alors. ♥




DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE



Je sais, je suis le genre de mec un peu paradoxal. Je suis fade mais en couleur, inoubliable mais effaçable dans le même temps. Je vais tâcher de me décrire le mieux possible pour que vous vous fassiez une idée globale de ma personne – ah oui non je ne pars pas dans la psychanalyse très poussée, comprenez que j’ai un emploi du temps chargé et vous caser entre deux interview n’a déjà pas été très simple.

J’entame par les rares qualités que je sais avoir, le reste c’est un peu flou, même pour moi.

Donc oui, je suis quelqu’un de bûcheur. Lorsque je veux atteindre un objectif, je m’y mets à fond. Le talent que je possède, c’est pas mal, mais pas suffisant, à mes yeux. Il faut faire toujours plus pour se donner au maximum. Dès lors que l’on se dit « C’est bon, j’ai bien bossé », c’est qu’on a perdu le sens de l’acharnement et là, c’est mort. Je refuse d’en arriver là. C’est pourquoi je passe souvent de longues heures en studios ou en répétition solo, même quand ce n’est pas la peine et eu je suis seul à le faire. Mais c’est ainsi. Je ne me verrais pas agir autrement, de toute façon, maintenant. De même, je refuse le « piston » Si je dois obtenir quelque chose, c’est par moi-même et non par une amitié factice ou une partie de jambes en l’air avec la fille de tel producteur. J’ai quand même ma fierté, il faudrait voir à ne pas trop déconner non plus hein.

Cela dit, ma mère me donne raison, quand bien même je sais qu’elle aimerait bien que j’en fasse un peu moins de temps en temps. Je ne lui dis rien parce que précisément, c’est ma mère et que je partage un lien très fort avec elle. Enfin, pas seulement avec elle, mais avec tous les membres de ma famille en général – mon paternel faisant exception… quoi que. J’ai été élevé de la sorte. On ne touche pas à ma famille sinon j’explose dans tous les sens du terme. Surtout les femmes et les enfants. En tant qu’hommes, nous autres, on peut se défendre, mais les femmes et les enfants, bien souvent ils n’ont pas de quoi se protéger suffisamment. C’est donc à nous de prendre la relève. Attention cependant, ce n’est pas parce que j’interviens une fois pour une inconnue que je vais estimer cette dernière pour autant. Oh là, à part les femmes de ma famille – qui sont les meilleures, forcément – j’ai un peu de mal à être « correct » avec la gente féminine, si vous voyez ou je veux en venir.

Passons maintenant au passage que vous attendiez avec tant d’impatience j’en suis sûr ; mes défauts ! Bon, je ne vais pas en faire une liste complète ici, ça prendrait trop de temps, mais je vais au moins m’arrêter sur les principaux.

D’office, je sais que je suis un connard. Mais genre, un vrai. Je peux très bien sourire aux gens et ne pas les porter dans mon cœur plus que ça. C’est marrant, un rictus et ils croient tous être devenus mon pote. C’te blague. Mais ce trait de caractère s’exalte bien plus envers les demoiselles. Enfin, les parfaites inconnues, bien sûr. Coucher avec elles –quoi que maintenant que j’y pense, j’ai déjà couché avec des gars, aussi… -  juste un soir ou un peu plus si elles ont été très talentueuses ? Aucun problème. Les larguer comme ça, sans état d’âme ? Je peux. Par sms ? Tout autant. Et ensuite je bloque leurs numéros histoire d’avoir la paix. Je sais que j’ai dû briser plusieurs cœurs mais vous savez quoi ? J’m’en fous totalement. Ma vie est ainsi faite et je ne changerais pas de sitôt, vous pouvez me croire. Okay, je le reconnais, être séducteur et leur promettre mont et merveilles n’est peut-être pas un truc très sympa à faire mais bon, ça m’éclate quand même d’être volage malgré tout. Ça rend les expériences plus poignantes, je trouve. Pour elles, bien sûr, car moi, les sentiments… J’ai pas vraiment envie de connaître, je crois. Mais ceci est encore une autre histoire.

Pour conclure, je me définirais comme étant un cartésien désabusé. Dans les grandes lignes on pourrait résumer la chose ainsi ;


« Je pense, donc je suis… mais j’m’en fous. »

 
VOTRE HISTOIRE



Quoi encore ? Mon histoire ? Ben voyons, avec un thé à la menthe et des macarons aussi, tant qu’on y est ? Vous m’soulez bien, là. J’vous ai pas déjà donné suffisamment d’infos me concernant, non ? Eh merde. Vous êtes pires que mes groupies, vous le savez, ça ? A voir vos gueules, j’imagine que oui.
Soit, je vais donc vous raconter une partie de ma vie, mais après vous dégagez le plancher, compris ? J’ai des enregistrements à faire, moi.

Mes parents, ces deux idiots, ce sont rencontrés au collège. Malgré leurs visions très différentes de leurs avenirs respectifs, ils se sont rapprochés de plus en plus en étant dans la même classe lors de leur deuxième année. D’abords ils devinrent amis et puis les choses allant… Je ne vais pas vous faire les détails de tout ça ou je vais m’endormir, sinon. C’est chiant la vie de mes vieux, donc autant passé à la partie la plus intéressante, moi.

Je viens au monde un vingt et un décembre. Un bébé en pleine santé avec une marque de naissance sur le haut de la pommette gauche. Ma mère est ravie, mon père sans plus. A vrai dire, il aurait largement préféré une fille. Mais bon, c’est moi qui suis arrivé à la place donc il n’a pas eu trop le choix de s’y faire.

En soit, les premières années de ma vie ne sont pas si horribles que ça. Je dirais même qu’elles sont d’une banalité affligeante. Je veux dire, jusqu’à mes six ans, mes parents s’occupaient très bien de moi, à tour de rôle. Même mon père, oui oui, malgré ses missions régulières. Ah, oui, forcément, si j’oublie ce genre de détails, aussi. Mon père était un militaire –rassurez-vous je parle au passé mais il est toujours vivant-, engagé dans les unités submersibles de notre belle patrie nippone. Il adorait son métier. Mais ça, je ne l’ai découvert que des années plus tard, en prenant conscience de bien des choses, par la même occasion.

Ma mère, quant à elle, était secrétaire médicale. Appréciée par ses collègues et sa hiérarchie, rien n’aurait pu laisser penser qu’une dérive allait bientôt s’installer dans notre foyer. Mais la vie est une biatch. Parfaitement. Plus je grandissais et plus je remarquais que « papa » était de moins en moins à la maison. Maman ne me disait rien, mais je sentais que quelque chose clochait. Le fait est qu’il commençait à aimer davantage son métier que sa famille. C’est comme ça, ma mère et moi étions devenus un « second plan », qu’il passait voir une fois tous les trente-six du mois, sans jamais s’éterniser. En tout, lorsque j’ai eu douze ans, il passait onze mois sur douze en mer, ne revenant que peu car parfois, les casernes militaires pouvaient l’accueillir à notre place.

Et fatalement, ce qui devait finir par arriver arriva. Ma mère finit par se trouver un amant – ou plusieurs, je n’ai jamais cherché à savoir – lorsque j’eus quinze ans et que je devais alors être capable de me gérer tout seul à la maison. A ce moment-là, j’allais entrer au lycée Yosen l’année suivante, car il était le plus proche de la maison à ce moment-là. Cela dit, quand bien même j’étais de plus en plus seul à la maison, ma mère ne m’a pas abandonné pour autant. Je passais largement avant ses amants et dès que j’avais besoin de quelque chose ou que je l’appelais, elle revenait aussi vite que possible à la maison, supportant pas mal de mes caprices. C’est lorsque j’ai réalisé ça que, de concert, j’ai capté que j’aimais cette femme plus que tout – pas de complexe d’Œdipe attention à vos esprits mal placé, rien de tout ça, juste un amour très filial.

Quant à mon père ? Je le bannissais de mes pensées. Pour moi il n’était plus que celui qui m’avait filé un peu de son sang et c’était tout.

Je continuais donc ma vie, normalement. Au lycée, je fais plusieurs sports, histoire de m’occuper l’esprit. Basket, natation, relai… Un peu tout y passe. Je rencontre des gens, je les prends pour mes amis. Et puis le temps passe encore et je me rends compte qu’ils ne font que se foutre de ma gueule. A cause de ma marque de naissance, notamment. Je décide de me venger. C’était puéril mais bon sur le moment, ça me paraissait logique. J’ai couché avec les deux copines des gars qui jouaient aux faux-culs avec moi et avec le petit-ami de la seule nana à qui je pensais pouvoir faire confiance. Je vous dis pas la crise quand ils l’ont tous appris en même temps. Étrangement, ils m’ont foutus la paix, trop occupés à s’incendier les uns les autres. C’était drôle. Je n’ai plus jamais trainé avec eux, après. Et je crois que c’est aussi à cette période que mon côté salaud c’est ramené parmi mes traits de caractère.

Je me suis découvert une particularité vocale fascinante, lors de ma troisième année. Le prof de musique m’encouragea à passer des auditions avec d’autres types eux aussi doués dans la musique. Ensemble, on formait un groupe style boyz band qui se connaissait à peine. Perso’, je m’en fichais pas mal. Je voulais juste arriver à percer dans ce milieu qui me plaisait plus que les autres. Chanter, c’était devenu mon dada, en fait.

Après mes examens – et grâce à la pseudo-relation que j’ai eue avec la prof d’anglais qui m’a maudit par la suite de l’avoir largué – j’obtiens une mention d’excellence en anglais, me permettant d’aller étudier à l’étranger. Je suis allé en France et aux États-Unis pendant neuf mois à chaque fois avant de revenir au Japon, trilingue, cette fois. Bon, j’ai aussi quelques notions d’allemand mais… pas suffisamment pour tenir une conversation entière.

De retour chez « moi », je commence à faire des petites représentions dans des bars avec des gens que j’ai rencontré, comme ça, au détour de rues et d’avenues. Ils n’étaient pas mauvais dans leurs disciplines respectives, je dois dire. Rien à voir avec mon « ancien » groupe. Avec eux, je sentais que je pouvais utiliser ma voix pleinement. Cela dit il m’a fallu un long moment pour les considérer comme des « amis ». Aujourd’hui je leur fais confiance mais ils savent bien qu’il ne vaut mieux pas me trahir.
Nous avons été repérés par des agences et bien vite, un premier album sortit, affichant une rupture de stock le lendemain de sa mise en vente. Les fans sont bien vite devenus de plus en plus nombreux.

Ça nous a ouvert les portes non seulement de la musique, mais aussi de la production d’OST de films, animés ou jeux vidéo. J’ai moi-même pu prêter ma voix – ainsi que d’autres membres du groupe – à des personnages d’animés et de jeux – comme les final fantasy, par exemple.

Voici comment j’en suis arrivé là. Fin. Aller, on me fout la paix maintenant, merci.




 
PHRASE PERSONNALISÉE
PSEUDO • J’AI PAS ENVIE DE LE DIIIIIIRE *out*
SEXE • Nan, ce soir c’est béquille.
ÂGE • 22 berges
DOUBLE-COMPTE • Si siiiii ma gueuuuuuule. (Yukio²indaplaaace)
ÊTES VOUS UN PRÉDÉFINI • Lol nope
VOTRE PRÉSENCE SUR LE FORUM • Autant que possible
COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • TOBEORNOTTOBE
AUTRE • YEVOUZAIME
 
©Dita | EPICODE °


Dernière édition par Wakaïdo Yugi le Jeu 6 Mar - 12:32, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personne Mystère
Messages : 656
Date d'inscription : 05/02/2014
MessageSujet: Re: I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi   Ven 28 Fév - 19:02

Citation :
PROFESSION • Chanteur vedette des Third Theory, son groupe.

J'AI LE DROIT DE DIRE LOL ? xDDD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi   Ven 28 Fév - 20:04

Si tu veux.
J'ai pas compris pourquoi mais vas-y fais toi plaiz! *out*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personne Mystère
Messages : 656
Date d'inscription : 05/02/2014
MessageSujet: Re: I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi   Ven 28 Fév - 20:28

Non mais imaginer Byakuran en Chanteur vedette...pardon xDDD *meurt*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi   Ven 28 Fév - 21:39

OUAIBAHOUAINORAJ.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi   Sam 1 Mar - 0:30

WELCOMEEEEEE ~
Amuse-toi bien et bon courage pour la fefiche :3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi   Jeu 6 Mar - 12:32

J'AI FINI MA FIIIICHE
(vive les profs absents *out*)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi   Jeu 6 Mar - 14:00

Finalementl'autovalidationc'estlebien.


Validation



Hiii ! Bienvenue officiellement comme membre validé sur Kuroko No Basuke !

Comme tu peux le remarquer, ceci est un message bateau, mais c'est avant tout pour faire des petits rappels après validation, à savoir :

- Tu peux aller réserver ton avatar dans la partie appropriée (sauf si tu es un personnage du manga)

- Nous t'invitons à créer ta fiche de relation qui te servira aussi de répertoire RP !

- Ne soit pas timide pour les demandes de RP, fais-en une directement ou va chercher le joueur avec qui tu souhaites Rp par MP, personne ne mord ici !

- Passe nous voir dans le flood ou sur la CB si cela te tente, Kise aime trainer par là-bas régulièrement, y'a des chances que tu l'y chopes !



Et surtout, amuse toi bien !




© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi   

Revenir en haut Aller en bas
 
I F E E L I T I N M Y B O N E S - Yugi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille :: Administratif-
Sauter vers: