AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Anime] Retrouvailles inopportunes (PV Aomine Daiki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Anime] Retrouvailles inopportunes (PV Aomine Daiki)   Mer 2 Mar - 1:01


Retrouvailles inopportunes
feat. Aomine Daiki



Le sais-tu Aomine ?  Les larmes du diable ont le goût âpre de la rancune.

Il faisait beau ce jour-là. Très beau pour une journée d'hiver. Dans sa grande mansuétude les nuages avaient déserté le ciel, permettant ainsi à l'astre solaire de resplendir de tout son éclat. Semblant par sa magnificence dissiper tous les tourments éphémères et insuffler un peu de chaleur en cette période si propice aux maux causé par l'austérité hivernale. Aussi, les rayons pénétraient avec une langueur suave dans la salle d'art plastique du lycée de Too. De la pièce exaltait les senteurs étourdissantes et piquantes de la peinture à l'huile et de feutres à alcool. Néanmoins, cela ne semblait pas incommoder les élèves présents dans la salle. Ils étaient beaucoup trop absorbés par leurs œuvres pour se soucier de ces odeurs qui leur étaient si familières et presque indissociable à leur identité propre. Ce fut d'ailleurs le cas de la jeune Gaïa qui ne détachait pas son regard clair de la peinture sur toile qu'elle s'appliquait à réaliser avec une concentration écrasante.  La jeune manager de Shutoku était à cette heure entièrement dévouée à sa création, c'était indéniable.  De chacun de ses gestes émanait une certaine assurance. Ses traits de crayons étaient précis, de même que ses coups de pinceaux qui se heurtaient aux fibres de lin que constituait son support. L'esprit de l'adolescente était en pleine effervescence, bouillonnant d'idées multiples et fantasmagoriques qu'elle cherchait à faire rejaillir. Une lueur passionnée s'était ancré dans son regard marin et fut à son plus grand mécontentement dissipé par le son de la sonnerie qui signifiait la fin du cours.  

Un bref coup d'œil sur son travail vint à lui arracher un sourire. Gaïa était plutôt fière d'elle, car elle avait presque réussi à achever sa création. La chute de Lucifer, c'était ce qu'elle s'était employée avec tant de ferveur à réaliser, mais d'une manière plus contemporaine, en essayant de sortir des sentiers battus et de faire ressentir surtout la désespérance et brisement de l'ange d'échu plutôt que la violence de sa condamnation. D'après la critique constructive que venait de lui faire son professeur d'art, ce fut un succès. Il lui restait encore des choses à améliorer c'était une certitude, néanmoins le talent était bien présent et il ne lui restait plus qu'à continuer de le cultiver. Gaïa le remercia avant de déposer sa toile au fond de la salle avec les autres, lui permettant ainsi de sécher. Les élèves de Too quittaient déjà la pièce alors qu'elle n'avait même pas fini de ranger ses affaires. Tranquillement, la fille Stones retira l'élastique qui retenait sa chevelure rose et elle s'empressa de rassembler ce qui lui appartenait dans son sac à main. Rapidement, elle enfila ensuite son trench noir par-dessus sa robe en laine et noua la ceinture adroitement. La charmante américaine enroula négligemment  son écharpe autour de sa nuque dénudée avant de saluer son professeur et de quitter la pièce.

Cela faisait presque un mois que Gaïa se rendait hebdomadairement au lycée de Too afin de suivre leur cours d'art plastique qui était tout bonnement d'un niveau exceptionnel. Un très récent partenariat avec le sien avait rendu cela possible  et Gaïa avait été très fortement recommandée par ses professeurs qui connaissaient son intérêt et son talent pour la matière. Bien sûr,  la jeune fille s'était empressée d'accepter. Surtout que cela n'empiétait en rien sur ses autres activités extra-scolaires. Telle que le management de l'équipe de Shutoku par exemple. Oui, envers et contre tout, s'occuper de cette équipe restait sa priorité.  En effet, Gaïa voulait faire au mieux pour eux, ce fut d'ailleurs ce sentiment qui l'anima tandis qu'elle se frayait un chemin entre les lycéens de Too et qu'elle prenait la direction du gymnase du lycée, ayant une idée bien précise en tête. Observer leur si imposante équipe de basket de sorte à trouver des faiblesses qui lui seraient exploitables dans un avenir plus ou moins proche.

La manager trouva le gymnase plutôt simplement. Elle se trouvait désormais devant la porte d'entrée et ce fut presque clandestinement qu'elle y pénétra. Le son des ballons s'écrasant contre le parquet venait  titiller les oreilles de l'espiègle adolescente et la vision de joueurs en plein entrainement s'imposa à elle . Ils ne furent même pas troublés par cette nouvelle arrivée. Fort heureusement pour la métisse, sa petite taille lui permit de se cacher derrière les gradins sans que personne ne la remarque, du moins ce fut ce qu'elle pensa. Elle observa à loisir les joueurs de Too et fut extrêmement impressionnée par leur niveau. On ne lui avait pas menti, ils étaient vraiment incroyables. Pourtant, leur As ne semblait pas présent. Aomine Daiki, le meilleur ami de sa cousine Satsuki était qualifié par tous comme l'un des prodiges de leur génération et l'une des cartes maîtresse de son équipe. Brusquement, une amertume véritable se propagea dans tout son être à la pensée du japonais. Ce garçon… Il avait tant représenté pour la Stones à une époque qu'elle redoutait énormément de devoir le recroiser un jour. Jusqu'à présent elle était parvenue à ne pas le côtoyer, ce qui était difficile étant donné qu'il passait les trois quarts de son temps en compagnie de sa chère cousine. D'ailleurs étrangement Satsuki semblait elle aussi absente. Elle était pourtant Manager. Enfin, pour l'heure, Gaïa devait faire abstraction de  ses états d'âmes pour se concentrer sur sa mission actuelle et elle y parvint à force de volonté. Cependant, l'impétueuse jeune fille se trouvait être trop absorbé par le spectacle qui s'offrait à elle pour rester suffisamment sur ses gardes. Du coup, fatalement, l'héritière Stones ne remarqua pas la personne qui l'espionnait à son tour…




Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA



Dernière édition par Gaïa Stones le Lun 13 Juin - 21:14, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ailier Fort
Messages : 496
Date d'inscription : 30/04/2015
MessageSujet: Re: [Anime] Retrouvailles inopportunes (PV Aomine Daiki)   Ven 11 Mar - 3:31

Retrouvailles inopportunes  

Gaïa & Aomine

La journée avait plutôt bien commencé. Il faisait beau même si les températures n'étaient pas très chaudes. Mais bon pour l'hiver on ne peut pas dire qu'il faisait si froid que ça, ou alors c'est juste ta nature peu frileuse qui te permet de voir les choses ainsi. Enfin, cela t'avait permis de faire un petit somme sur le toit, même si vous étiez déjà bien engagé dans l'hiver. Satsuki était de superbe humeur, ce qui bien sûr n'avait aucun rapport avec le texto qu'elle avait reçu de la part d'un certain joueur fantôme de l'équipe de Seirin. Mais en tout cas, elle volait sur un petit nuage et n'avait donc pas passer la journée sur ton dos. Et même Sakurai ne t'avait pas adressé la parole de la journée, trop plongé dans ses propres affaires pour se mêler des tiennes. En somme, une journée parfaite. Si parfaite, qu'au lieu de sécher l'entrainement tu as même décidé de les honorer de ta présence. Et puis il faut bien que tu vérifies qu'ils ne se ramollissent pas. La compétition a beau être terminée, vous avez d'autres matchs amicaux de prévus et hors de question de les perdre à cause de joueurs incompétents.

Alors tout seul, comme un grand -Satsuki serait fière de toi !- tu t'es rendu au gymnase. Si certains joueurs se sont contenté d'un regard perplexe dans ta direction, il y en a d'autres, enfin un seul surtout, qui n'a pas pu s'empêcher d'ouvrir sa grande bouche sur ta présence et surtout sur le fait que tu sois en retard. Wakamatsu a de la chance que tu sois de bonne humeur sinon tu lui aurait bien collé ton poing dans la figure. Tu ne sais pas pourquoi, c'est plus fort que toi, mais dès que tu vois sa tête d'abruti tu n'as qu'une envie c'est de lui en coller une. Il faut dire que cet imbécile ne fait rien pour aider en étant toujours sur ton dos dès qu'il te voit. À force on pourrait croire qu'il aurait compris mais non, apparemment il est aussi stupide qu'il en l'air.

Après avoir royalement ignoré l'autre crétin tu vas dans les vestiaires pour te changer et pouvoir enfin rejoindre l'entrainement qui a déjà commencé. Mais alors que tu sors des vestiaires tu remarques une fille qui se glisse derrière les gradins. Elle ne porte pas l'uniforme de l'école, alors tu doutes fort que ce soit un groupie de l'équipe de basket. De toute façon, si c'était le cas elle n'aurait aucune raison de se cacher. C'est certainement encore un de ces idiots qui pensent pouvoir venir espionner vos entrainements en toute impunité. En fait il n'y a rien de spécial à voir, vous ne faites que des exercices basiques, mais c'est le principe de la chose qui te dérange. Si elle le demandait personne ne s'opposerait à ce qu'elle regarde, il n'y a rien de secret. C'est une sorte de code entres équipes, comme le fait de ne prendre de vidéos que ds matchs officiels. Filmer -ou espionner- l'entrainement d'une équipe adverse sans son autorisation est plutôt mal vu. On dirait qu'il est l'heure d'apprendre la politesse à la jeune demoiselle. Silencieusement tu te glisses derrière l'espionne amateur.


« On t'a jamais dit que c'était pas poli d'écouter aux portes ? Enfin pour le coup c'est plutôt de regarder derrière des gradins. Si t'as rien à faire ici tu ferais mieux de partir avant que j'appelle quelqu'un. On aime pas trop les espions dans le coin. »

DEV NERD GIRL



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.instagram.com/cloudygirl.p/
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Anime] Retrouvailles inopportunes (PV Aomine Daiki)   Lun 13 Juin - 0:30


Retrouvailles inopportunes
feat. Aomine Daiki


La force d'une voix pleine d'orgueil parvint aux oreilles de la belle princesse Stones. Si violemment que sa vibration virulente l'effleura et ne manqua point de la faire tressaillir, car sans nul doute, elle reconnaissait ce timbre qui lui fut si familier à une période cruellement  vaporeuse de son existence. Ses relents se faisaient pressants et intraitables sur leur volonté d'émerger à nouveau. Se personnifiant en l'individu  qui se trouvait dans son dos et c'était cette intuition pleine de malice, qui comme une amie de longue date, accompagna la jeune Gaïa alors qu'elle se retournait sur l'objet de son anxiété.  Aomine Daiki… C'était bien lui, elle avait touchée juste. Il se tenait en face d'elle, avec une arrogance fidèle à celle de ses souvenirs aussi nébuleux qu'un ciel orageux.  Gaïa fut frappée par le peu de changements qui s'étaient opérés sur sa physionomie depuis leur dernière entrevue. Ses cheveux étaient toujours aussi bleus, son regard toujours aussi abyssal, au point d'en devenir déstabilisant. Seule sa taille faisait honneur aux rouages du mécanisme du temps, car il avait indéniablement grandi, pris en carrure.

Un battement, deux battements, trois battements manqués furent nécessaire avant que Gaïa prenne conscience qu'elle venait d'arrêter de respirer. Puis l'air revint nourrir ses poumons. Son esprit n'admettait que difficilement ce qui était en train de se produire, trop accablé par cette rencontre, à laquelle elle s'était si hardiment soustraire depuis qu'elle avait regagné le pays du soleil levant. Cependant, aujourd'hui aucune perceptive d'une échappatoire ne se présentait à elle. L'infortune se jouait d'elle  avec une dextérité malfaisante et blessante.

« Aomine… »

Un nom prononcé avec dureté, avec un calme glaçant qui couvait un ressentiment palpable, une douleur brutale et un désenchantement cuisant.  C'était lui qui l'avait détruite, lui qui avait piétiné son amour propre et bafoué la tendresse qu'elle lui portait jadis. Je t''aime… C'était ces paroles lourdes de sens et d'espoirs qui avaient définitivement rompu le lien qui s'était instauré entre eux. Naïve avait été la jeune manager de Shutoku. Oui, il l'avait rejeté comme un vulgaire déchet, ignoré et avait détourné le regard de sa peine. Comme si elle n'était rien qu'une pathétique petite chose dont la souffrance était incommodante.

« Je cherchais Satsu et aussi… Je dois reconnaître que je n'avais pas envie de te voir, mais la réciproque doit être vraie. N'est-ce pas  Aomine ? »

Cynique, elle savait l'être. Les flammes incandescentes de la fureur tournaillaient dans ses pupilles ambre. Elle n'avait aucun scrupules à se comporter ainsi avec lui, comme il n'en avait eu aucun en se comportant comme un lâche avec elle. N'allez pas vous imaginer des choses, Gaïa n'aimait plus le basketteur. Elle le haïssait plus que quiconque sur cette terre, car il était l'unique personne à qui elle avait donné les armes qui parvinrent à la briser, la lacérer de toutes parts. Seulement, pour pouvoir nourrir un tel ressentiment envers une personne, il fallait probablement par le passé lui avoir porté des sentiments d'une autre teneur et ce fut le cas de Gaïa. L'amplitude de sa colère était proportionnelle à l'amour qu'elle lui avait voué, car il avait été le premier et le seul qui avait su asservir sa raison.

Gaïa passa une main dans sa chevelure, ne quittant pas du regard Aomine. Elle se demandait bien à quoi il pouvait songer. Fut une époque elle aurait tué pour le savoir. Pour percer le mystère que constituait ce jeune homme. Ce n'était plus le cas à présent, elle aussi avait changé, autant physiquement que mentalement. L'ascendance du temps avait permis de faire éclore le bourgeon fragile et délicat qu'elle fut en une rose de caractère, envoûtant ceux enclin à se laisser séduire par son arôme. Elle était indépendante et fière, et d'une certaine manière c'était un peu grâce à celui qui lui faisait face. Gaïa  pouvait au moins lui reconnaître cet impact bénéfique sur sa vie. Alors, elle laissa un sourire se dessiner sur ses lèvres avant de lui poser une question qui pourrait déclencher bien des réactions chez le lycéen :

« Mince, à croire que je manque de savoir vivre. Dans ce genre de situations gênantes je crois que pour détendre l'atmosphère on demande des nouvelles de son interlocuteur. Donc, comment vas-tu ?  Du changement dans ta vie ?  Toujours aussi con ou il y a eu du progrès ?»

Cette fois, elle ne cherchait même pas à le provoquer. Qu'il le prenne bien au mal, elle n'en avait cure.



Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ailier Fort
Messages : 496
Date d'inscription : 30/04/2015
MessageSujet: Re: [Anime] Retrouvailles inopportunes (PV Aomine Daiki)   Lun 27 Juin - 1:03

Retrouvailles inopportunes  

Gaïa & Aomine

Si tu avais reconnu cette silhouette et cette chevelure plus tôt, tu n'aurais certainement pas été lui parler. Mais ça n'a pas été le cas, alors te voilà face à l'une des personne qui doit certainement te détester le plus au monde. Tu sais bien qu'il y a pas mal de personnes qui ont une dent contre toi, mais Gaïa tiens très certainement le haut du panier. Pas que tu aies volontairement pris de ses nouvelles depuis votre malheureuse histoire ensemble, mais son amitié avec Satsuki a fait ressentir à la rose l'obligation de t'informer de certaines choses au sujet de Gaïa. Choses dont tu te serais bien passé. Il faut dire que tu n'as pas été tendre avec la jeune fille. Malgré votre relation on ne peut pas dire que tu étais entièrement impliqué, le basket prenant une place prépondérante dans ta vie. Et alors que tout se dégradait avec ta passion, il en étais de même pour ton moral, et Gaïa en a fait les frais. Au moment le plus important à elle, alors qu'elle s'ouvrait vraiment à toi tu l'as rejetée, comme tu sais si bien le faire. Tu as fait la même chose avec Tetsu, et comme avec le joueur fantôme tu as su trouver les mots les plus blessant. Tu as su frapper avec un aisance déconcertante là où cela faisait le plus mal. Inconsciemment tu cherchais à faire souffrir les autres autant que tu souffrais.

    Même si cela n'excuse en rien ton comportement, même si cela n'atténuera certainement pas leur douleur, tu aurais pu expliquer tout ça aux autres. Mais tu as choisi de ne pas le faire. Tu préfères garder pour toi cette douleur qui te lancine, et au final tu t'es aliéné certaines des personnes qui comptaient le plus pour toi. Même si tu sais que Gaïa n'aurait jamais été le grand amour de ta vie, tu aurais pu la traiter mieux que tu ne l'as fait. Mais même sachant cela, ton égo n'est pas du genre à se laisser oublier, et tu te contentes de toiser de haut ton ex petite amie, ce qui au vu de vos tailles respectives est assez facile à faire.


« La prochaine fois essaye son téléphone, elle se ballade jamais sans. Et si tu ne veux pas me voir, évite de te pointer dans mon lycée et surtout pas dans mon gymnase. Ça pourrait aider.  »

    Tu préfères ne pas répondre à sa question sur le fait de la revoir. Satsuki t'a déjà fait comprendre que "ton comportement exécrable n'est pas mignon du tout !". Pas que tu cherches à être mignon, mais bon autant ne pas énerver la jeune fille encore plus qu'elle ne l'est. Apparemment rien que de te voir à suffit à la mettre en rogne. Pas que tu la blâmes spécialement mais bon, elle devait bien se douter qu'elle avait de grandes chances de te croiser dans un tel endroit.

    Si tu espérais que ton manque de réaction belliqueuse face à la jeune fille la ferait se calmer, il n'en est rien du tout. Au contraire elle semble prendre ça pour une invitation à lancer les hostilités. Avec un soupire tu lèves les yeux au ciel avant de les reporter sur la jeune fille.  


« Ça allait super bien avant qu'une certaine personne pointe le bout de son nez. Oublie les mondanités on est pas dans une de tes soirées select Gaïa. Satsu est pas là pour aujourd'hui, pas la peine de rester à l'attendre. »

     Sur ces jolies paroles tu tournes le dos à la jeune fille, dans l'idée de commencer enfin l'entrainement. Un coup d'œil en arrière à la manager de Shutoku t'empêches de faire plus de 3 pas. Élan de remords ? Qui sait. Toujours est-il que tu te tournes de nouveau vers elle et lui pose une question qu'elle n'attendait certainement pas de ta part.

« Tout se passe bien à Shutoku ? Personne ne te cherches d'emmerdes ?   »

     Parce que tu sais bien que parfois, les manager ne sont pas aussi bien vu que peut l'être Satsuki. Et connaissant le tempérament de la jeune fille et ayant entendu des histoires de la part de Satsuki, tu ne doutes pas qu'elle doit surement en énerver quelques uns là bas.  

DEV NERD GIRL



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.instagram.com/cloudygirl.p/
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Anime] Retrouvailles inopportunes (PV Aomine Daiki)   Jeu 30 Juin - 18:47


Retrouvailles inopportunes
feat. Aomine Daiki


Elle s'était rendue compte que la surprise de cette rencontre avait été partagée des deux côtés. Gaïa pensait  à raison que le basketteur ne se serait sûrement pas approché d'elle si  avait su à qui il allait devoir faire face. Mieux que quiconque, Gaïa savait à quel point Aomine savait se dédouaner  de ses responsabilités, elle le connaissait par cœur. Mais bon, c'était trop tard, ils s'étaient tous deux reconnus et désormais ce n'était plus qu'un moment pénible à passer. Ce fut avec une animosité certaine que Gaïa avait justifié sa présence en ce lieu. Evidemment elle avait un peu arrangé la vérité et c'était là un pieu mensonge, car il avait tout de même une petite part de vraie. La jeune manager aurait bien aimé croiser sa cousine. Or, elle était tombée sur son ex petit ami, quoi de mieux pour ternir son humeur pour les jours à venir?

Parfois, il était préférable de savoir faire profil bas, de ne pas trop fanfaronner alors qu’on était dans la position de celui qui devait encaisser des reproches. C’était une règle universelle et tellement simple... Pourtant, le jeune homme qu’elle confrontait ne semblait pas l’avoir assimilé. Il la toisait d’un air supérieur et lui avait bien fait comprendre qu’elle se trouvait sur son territoire, évidemment la Stones n’avait pu que lui répondre en lui rendant son regard dédaigneux.   «  C’est pas vrai, tu crois vraiment que le monde tourne autour de ta petite personne Aomine ! Pour ta gouverne et même si je sais que tu t’en contrefiches, je suis en cours d’art à Toô. On risque probablement de se croiser à nouveau, ici ou à des matchs donc sache que je n’ai nullement l’intention de raser les murs  juste pour t’éviter. Je suis droite dans mes bottes moi. »  Gaïa avait un peu élevé la voix et elle savait qu'elle n'aurait pas dû. S'énerver contre Aomine ne faisait que lui prouver qu'il avait encore de l'importance pour elle, et justement, ce fut bien parce qu'il n'avait pas été n'importe qui pour la jeune Stones qu'elle avait eu si mal. Et puis d'une certaine manière ce n'était pas comme si le basketteur était définitivement sorti de sa vie. Il restait le meilleur ami de sa cousine, à plusieurs reprises la manager de Toô avait parlé de lui sans le faire exprès. Ils restaient aussi des photos de ce passé qu'il avait en commun, parce que même si la princesse Stones avait tout fait pour le diaboliser, elle ne pouvait nier qu'elle avait passé des bons moments avec Aomine Daiki. Enfin… Jusqu'à ce qu'il se métamorphose en imbécile insensible et cruel.

À sa manière l'As de Toô lui avait quand même fait comprendre que sa cousine ne se trouvait pas au lycée. Voir le visage réconfortant de Satsuki lui aurait été bien utile sur le coup, car même si elle ne voulait pas le montrer,  constater qu'Aomine se comporter avec elle comme si elle n'était qu'une harpie qu'il voulait fuir la blessait. Alors il la détestait à ce point ? Cela ne devait pas la surprendre, mais elle avait quand même conservé l'idée au plus profond d'elle qu'il l'estimait davantage. Peut-être était-ce pour cela au final qu'elle s'était rendue au gymnase. Inconsciemment, revoir celui qu'elle prénommait jadis Daiki était l'ultime étape pour se prouver qu'elle était définitivement passer à autre chose. Au fond d'elle Gaïa aurait certainement voulu essayer de redevenir les amis qu'ils avaient été au début. Oui peut-être… Cependant, il la rendait beaucoup trop furibarde pour que la situation entre eux retrouve un semblant de cordialité. Et après le pique qu'il venait de lui lancer , Gaïa le fusilla du regard. Elle le laissa ensuite  disparaître de son champ de vision.  Qu'il disparaisse, c'était peut-être la meilleure chose à faire tout compte fait. Aomine restait Aomine, égoïste et offensant, la jeune manager se sentait stupide d'avoir pu envisager ne serait-ce qu'un instant qu'il ait pu changer.

Pourtant, alors qu'il reprenait le chemin qui  le menait à son équipe, son ex petit ami se retourna pour lui adresser des paroles qu'elle qualifierait de surprenante. Attendez… Il s'inquiétait pour elle ? Ou se trouvait le piège ? Septique, elle fut tentée de l'envoyer balader mais elle retint ses paroles. La métisse ancrant son regard céleste dans celui du jeune homme pour y déceler de la sincérité. Gaïa avait beaucoup de mal à croire qu'il lui restait une once d'humanité. Elle prit tout de même sur elle pour lui répondre, en restant bien évidemment sur ses gardes.  « Je ne vois pas pourquoi il en serait autrement. Du moment qu'il y a du respect des deux côtés, une relation ne peut qu'allait bien, mais si l'un des partis se permet de traiter l'autre avec un mépris injustifié, la relation ne peut qu'être vouée à l'échec.  Tu me connais, je ne suis pas naturellement peste.» Oups, elle s'égarait. Elle venait de faire référence à leur propre relation et quand elle s'en rendit compte, Gaïa tenta de se radoucir un peu avant de reprendre. « Mais ça va très bien. Merci de ta sollicitude. »

Un petit silence s’installa. Étrangement la jolie rose ne le trouvait pas gênant. Il lui permettait de réfléchir, de se souvenir de ce qu’ils avaient vécus ensemble, du jeune garçon souriant et plein de rêves et d’espoirs concernant le basket. C’était de cet Aomine là qu’elle était tombée amoureuse. À une époque, le simple fait de voir son visage s’illuminer d’un sourire lui réchauffait le cœur, mais il avait progressivement changé. Il s’était durcit, dans son basket et ensuite avec elle. L’As de Toô n’avait pas changé depuis leur séparation. Gaïa  avait pu le constater grâce aux enregistrements  des matchs officiels qu’elle avait pu visionner en tant que manager de Shutoku. C’était dommage il avait un beau sourire.

« Tu ne souris plus, du moins pas comme avant. Es-tu heureux au moins ? Parfois elle se le demandait vraiment. Non pas que cela là regardait encore mais c’était une question récurrente qui la travaillait alors autant s’en libérer non ?



Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ailier Fort
Messages : 496
Date d'inscription : 30/04/2015
MessageSujet: Re: [Anime] Retrouvailles inopportunes (PV Aomine Daiki)   Sam 30 Juil - 16:53

Retrouvailles inopportunes  

Gaïa & Aomine

Une fois la surprise de cette rencontre passée, la conversation n'en devient pas moins douloureuse. Si chacun d'entre vous avait pu être ailleurs en ce moment même il en aurait très certainement saisi l'opportunité. Même si Gaïa est de ton avis en tord pour s'être aventurée dans ton antre, cela ne l'empêche pas de retourner tes remarques contre toi. Non tu ne penses pas que le monde tourne autour de toi, loin de là, mais tu doutes fortement que les cours d'art se passent dans le gymnase. Tout cela ne serait pas arrivé si la jeune fille s'était contentée d'envoyer un texto à sa cousine au lieu de débarquer en plein entraînement. Et contrairement à ce qu'elle pense, tu regrettes ce qu'il s'est passé entre vous auparavant. Enfin, tu regrettes surtout la façon dont tout c'est terminé et qui est entièrement de ta faute, même si tu ne lui feras pas le plaisir de l'avouer tout haut. De toute façon cela ne changerait rien au passé. Tu as appris à vivre avec tes erreurs, elle ferait bien de faire la même chose. Tu vois bien à sa façon de te répondre, de s'énerver que cette histoire n'est pas totalement terminée pour elle. Tu ne sais pas ce qu'elle attend de toi, mais tu ne penses pas que tu sois capable de le lui donner. Même Tetsu n'attend plus rien de toi maintenant...
Mais si la rose continue sur cette lancée, elle risque de finir par t'énerver pour de bon. Tu peux laisser passer certaines choses, mais tu ne vas rester là à la laisser passer ses nerfs sur toi sans réagir.


« Je ne te dis pas de m'éviter, mais si tu viens chez quelqu'un ne te plains pas de les croiser par la suite. Et ne t'en fais pas, je n'ai pas l'intention de raser les murs non plus. »

Alors que tu aurais pu en rester là et en finir avec cette conversation, alors que tu t'apprêtes à partir, tu ne sais vraiment pas ce qui te pousse à demander des nouvelles de la rose, à ta façon. Tu sais bien que s'il y avait eu des problèmes entre les joueurs et Gaïa tu en aurais entendu parler, que se soit par Satsuki ou Midorima. Sous ses airs pincés, le vert n'est pas le genre de garçon qui laisserait une fille être malmenée sans réagir, surtout s'il s'agit de la cousine de son ex-manager. Ton ancien coéquipier et Satsu ont toujours eu une bonne relation qui s'est encore améliorée lorsque le jeune homme a découvert les capacités de la rose pour prendre des notes de cours efficaces.

Si tu t'attends bien à ce qu'elle te dise que tout se passait bien, tu n'avais pas du tout envisagé qu'elle se mettrai à parler de votre ancienne relation. Parce que oui, on a beau te qualifier de stupide, tu comprends parfaitement qu'elle n'est pas en train de parler des joueurs de Shutoku, pas de cette manière. Tu ne peux empêcher un petit ricanement à la mention de son caractère.


« Pas naturellement peste, mais sacrée casse-bonbon quand même. » Et c'est ce qui t'avais plus à l'époque. Que la jeune fille, si propre sur elle, possédait tout de même son petit caractère et ne se laissait pas marcher sur les pieds. Si quelqu'un avait le malheur de lui chercher des ennuis, elle savait le remettre à sa place rapidement. Enfin, jusqu'à ce que tu joues sur ses plus grosses failles pour lui faire du mal...

Ne sachant pas vraiment quoi dire d'autre, tu la regardes quelques instants, te demandant si tu dois la laisser seule ou la raccompagner jusqu'à la sortie. Mais alors que tu t'apprêtes à lui parler sa prochaine question te laisse perplexe. Tu ne t'attendais pas à ce genre de commentaires de la part de ton ex-petite amie. Tu détournes le regard, laissant un nouveau silence s'installer. Tu pourrais lui mentir, mais à quoi bon ? Elle fait partie de ces personnes qui savent directement lorsque tu racontes n'importe quoi.


« On gagne nos matchs, c'est tout ce qui compte.» Fut un temps où tu aurais préféré perdre et t'amuser, mais ce temps est révolu depuis bien longtemps. Maintenant tu peux juste gagner tes matchs et t'estimer heureux lorsque ton adversaire n'abandonne pas rien qu'en te voyant. « En quoi ça changerait si j'me mettais à sourire de toute façon. Pis tu sais ce qu'on dit sur le bonheur, ça va, ça vient. »

Tu passes une main dans tes cheveux, nerveusement, n'ayant pas vraiment envie de continuer cette conversation plus longtemps. Surtout pas ici, où n'importe lequel de tes coéquipiers pourrait vous entendre. Si cet idiot de Wakamatsu se rend compte que tu ne t'entraine pas pour parler à une fille, il va encore péter une durite.

« Allez viens, j'te raccompagne jusqu'à l'entrée. Ça évitera qu'un crétin du coin se mette des idées en tête.»





DEV NERD GIRL



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.instagram.com/cloudygirl.p/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Anime] Retrouvailles inopportunes (PV Aomine Daiki)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Anime] Retrouvailles inopportunes (PV Aomine Daiki)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2011-04-10 Retrouvailles des beaux jours ! (40 photos)
» À quelle série, anime ou autre êtes-vous accros en ce moment
» Retrouvailles de famille
» Basco Landais 2010 - Retrouvailles les 22 et 23 Mai
» Retrouvailles torrides

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille :: RP-
Sauter vers: