AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Meneuse
Messages : 99
Date d'inscription : 31/01/2016
MessageSujet: Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]   Mar 23 Fév - 15:21


   
1ère partie: Faire un

meurtre par ballons!

   
feat Gaïa (et désolée, crevette ^^")


   
Le ballon orangé volait dans l'atmosphère viciée du magasin de sport. Aoi ne le regardait même pas, se contentant de croiser les doigts pour entendre le claquement du panier qu'on percutait. Elle craqua avant et ouvrit les yeux pile au moment où la balle entrait en switch. « Filet ! » aurait crié son père.
Le cri de joie retentit dans tout le rayon tandis qu'elle levait les bras en signe de victoire avant de les rabaisser en marmonnant :

« Je ne suis donc pas un cas si désespéré... »

A l'origine, elle n'était pas venue pour ça. Jouer au basket... Mon Dieu, qu'elle adorait encore ça ! Elle ne comptait même pas entrer dans cette antre « basketballistique », mais finalement, elle était loin de le regretter. Cela faisait déjà six mois qu'elle évitait les entraînements et les matchs, et, même si le coach la gardait, elle se doutait bien que cela ne durerait pas. Une joueuse qui faisait les bancs, c'était la chose la plus inutile.
A une époque, elle avait ces joueuses en horreur. Et dire qu'à présent, elle en faisait partie... Bonjour la déchéance !
Elle partit récupérer le ballon, au pied du panier en exposition, en petites foulées. Son jean et ses ballerines ne lui permettaient pas une aussi grande liberté de mouvement que un short et des basket, mais elle sentait que la course redevenait une facilité.
En même temps, quand on passait trois mois dans un lit à déprimer sur l'absence de basket dans sa vie, on ne pouvait pas vraiment prendre du poids ! On pouvait même perdre de la masse musculaire, et, ça, c'était horrible !
Encore une raison qui la poussait à éviter les matchs. Pourtant, son petit talent pour l'analyse était toujours présent. Quand elle regardait les rediffusions d'anciens matchs, qu'elle avait fini par connaître par cœur, elle savait exactement ce qu'elle aurait fait, comment, à qui aurait été la passe (qui n'aurait pas atterri dans les pieds de la joueuse, ça, c'était sûr ! ), et la facilité avec laquelle les points auraient pu être marqués !

« Pas besoin d'être un génie pour ça... grognassa la meneuse en dribblant pour retourner à la ligne des lancers francs et reprendre ses shoots. Une bonne vue suffit. »

Elle prit une grande inspiration, prépara ses appuis, se mit à créer un rythme de jeu mental, posa sa main gauche sous la balle, la droite sur le côté, leva son arme de destruction massive, plia les genoux et tira.
Le ballon s'éleva gracieusement en l'air, décrivant une trajectoire en arc de cercle presque parfaite. L'anneau et la planche se rapprochaient dangereusement. La sphère percuta la planche dans le coin droit du carré, rebondit vers le bord avant de l'anneau, entra dans le filet mais n'arrêta pas sa course au pied du panier comme précédemment.
Au contraire, il rebondit une seconde fois sur le pilier qui soutenait le panier et entama une phase de destruction massive du décor.
Tout d'abord, il revint droit vers Aoi qui se jeta au sol pour éviter un bleu. Un ballon dans la figure, elle en avait déjà fait l'expérience, c'était douloureux... Autant éviter de renouveler !
Depuis le sol, la demoiselle perçut le fracas de la catastrophe qu'elle avait engendré... Si sa mémoire était juste, il y avait une grande pyramide de ballons en tous genres. Le bruit précédent n'inaugurait rien de bon pour cette empilage...
Son pressentiment lui fut confirmer par le passage d'un ballon de foot à une trentaine de centimètres de sa tête.

« Oups... »

Elle se releva d'un bond, se tourna vers l'ex-pile de ballons et constata l'étendue des dégâts. La pyramide s'était écroulée... Sur quelqu'un ?!

   

   
Fiche de liens (c) Miss Yellow


Dernière édition par Aoi Mineka le Mer 24 Fév - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]   Mar 23 Fév - 21:40


Bêtises et bouges-toi!
feat. AOI MINEKA


L
e magasin de sport était noir de monde. Rien de surprenant pour un samedi après-midi. Il n’empêche que les cris d’enfants indisciplinées et les flux incessants d’individu pressés aux mines déconfîtes n’offraient pas forcément un cadre propice à une humeur enjouée. Aussi, la jeune Stones regrettait amèrement d’avoir choisi ce jour maudit entre tous pour effectuer les achats nécessaires au club.  Rares étaient les personnes qui travaillaient le week-end et du coup, ils pouvaient se permettre d’user de leur temps libre pour faire quelques petites emplettes et cela Gaïa aurait dû le prévoir. Franchement, ce n’était pas dans les habitudes de la jeune manager de faire ce genre d’erreur de débutante. Elle avait naïvement pensé que les articles de sport auraient été moins prisés. Or, ce ne fut absolument pas le cas. Du coup, la jolie métisse se déplaçait entre les clients, non sans quelques peines. Subissant parfois le contacte involontaire d’inconnus et respirant les effluves désagréables qui persistaient dans l’air étouffant du magasin. Une grimace émergea sur l’adorable visage de la jeune lycéenne alors qu’elle priait intérieurement pour que prenne fin son calvaire.  Finalement, après de nombreux efforts, l’impétueuse Gaïa  fut  exaucée. Elle tomba enfin sur le rayon tant convoité. Son regard s’illumina instantanément alors qu’elle se précipitait vers les articles de basket, à croire qu’elle venait d’acquérir le Saint Graal !

La manager sortit donc de son sac la liste qui se résumait à trois articles pour être certaine de ne rien oublier. Une corde à sauter  -pour remplacer celle sur laquelle l’un de ses joueurs c’était sauvagement acharné durant l’entrainement précédent- cinq poignets éponges ainsi qu’une pompe à main pour regonfler les ballons de basket.  Gaïa mit une bonne dizaine de minutes pour tout trouver. Ravie, la jeune fille s’enthousiasmait déjà de l’utilité de ses acquissions. Les garçons seraient contents et cela valait bien qu’elle sacrifie un peu de son temps libre dans ce marathon infernal. Il y avait maintenant plus de trois mois que la jolie sportive était manager de Shutuku, presque un an qu’elle s’était installée au Japon définitivement. L’américain ne regrettait absolument pas sa décision. Certes, sont père lui manquait atrocement, mais elle se devait d’en faire abstraction.  Après coup, la Stones avait désormais le recul nécessaire pour affirmer qu’elle avait fait le bon choix. Ne voulant pas être une charge pour son paternel alors qu’il entamait une nouvelle vie avec une autre femme. Cependant, au dépit de la grande maturité de la jeune fille, réaliser qu’elle avait perdu la première place dans le cœur de son père lui faisait mal. Elle arrivait tout de même à faire abstraction de ses sentiments personnels pour lui souhaiter le meilleur. Même si pour cela Gaïa ne devait jouer qu’un rôle infime dans sa vie. Après des années de sacrifices au profit de sa mère, Thomas méritait d’être heureux plus que n’importe qui d’autre.

Enfin, Gaïa s'était acclimaté à sa nouvelle situation. Elle aimait le Japon plus qu'elle ne l'aurait cru et puis, sa mère était ravie de l'avoir auprès d'elle. Gaïa savait que l'annonce du mariage de son ex compagnon l'avait davantage atteinte que ce qu'elle voulait bien reconnaitre et la manager fut vraiment désolée pour sa mère. Hinari était peut-être une femme égocentrique, obnubilé par ses propres désirs, elle n'en restait pas moins une femme aimante. Plus proche de la sœur que de la mère aux yeux de Gaïa, mais ce n'était pas grave, la Stones l'acceptait telle qu'elle était. Avec ses défauts prépondérants. Après tout qui pouvait se vanter d'être irréprochable en ce bas monde ?

Un soupir las se faufila entre les lèvres de l'héritière Stones. Clairement, elle ne menait pas l'existence la plus simple. Rapidement Gaïa sortit de la poche de son trench blanc son téléphone portable. Elle envoya un message à son chauffeur pour lui demander de revenir la chercher puisque  ses achats étaient bouclés. Il ne lui restait plus qu'à passer à la caisse.  Les bras chargés d'articles elle s'apprêtait de son pas conquérant à quitter le rayon. Malheureusement, elle fut vite stoppée par un violent ballon qui heurta son crane. La surprise la paralysa et lui fait lâcher ce qui l'encombrait.  Puis vint ensuite une légère douleur étourdissante qui balaya sont effarement.

« Bon sang ! »

Elle fit soudainement volte face pour voir qui l'avait si sournoisement attaquée et remarqua une jeune fille dont la chevelure était semblable à la couleur des fleurs de cerisier. Près d'elle, de nombreux ballons peuplaient le sol et Gaïa comprit rapidement que la rose fut la responsable du désordre. La lycéenne ramassa ses articles avant de s'approcher de celle qui l'avait malmené, boudeuse et rieuse à la fois, l'américaine lui adressa ces mots de son léger accent :

«Dis-moi, t'aurais-je violenté dans une autre vie pour que tu me le rendes alors que je faisais innocemment mes courses ? »

On pouvait aisément déceler la pointe d'humour dans la voix de la Stones. Elle n'en voulait pas du tout à la jeune fille face à elle. Se doutant que ce n'était qu'un malencontreux accident. Gaïa s'apprêtait à ajouter autre chose, quand elle discerna au loin un vigile mécontent qui venait dans leur direction.

« Je pense que tu vas avoir des problèmes ma pauvre… » Ajouta la charmante manager.



Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Meneuse
Messages : 99
Date d'inscription : 31/01/2016
MessageSujet: Re: Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]   Mer 24 Fév - 11:43


 
2ème partie: Eviter les

ennuis!

 
feat Gaïa


 
La pauvre victime de la sphère de caoutchouc s'avéra être une jeune fille, d'à peu près le même âge qu'Aoi. Elle avait de longs cheveux châtains clairs, lisses et brillants ; et des yeux assortis. Elle était plus petite qu'Aoi.

« Dis-moi, t'aurais-je violenté dans une autre vie pour que tu me le rendes alors que je faisais innocemment mes courses ? »

La joueuse perçut la pointe d'humour et le petite accent des occidentaux dans la phrase. Pourtant, elle en restait désolée...

« Désolée...D'ordinaire, je rattrape les ballons, mais cette fois... J'ai un peu paniqué, je crois. »

Dans une autre vie... Vu le bazar qu'elle avait inconsciemment produit, Aoi aurait bien souhaiter y être ! Les balles en tous genres jonchaient le sol de linoléum sur une surface un peu trop grande à son goût...
D'autant plus qu'un vigile à l'air peu commode s'approchait, avec ce genre d'expression qui signifiait clairement que la responsable allait devoir tout ramasser.

« Oh, mince... Dans une autre vie, celui-là, il m'aurait démoli les genoux !
- Je pense que tu vas avoir des problèmes, ma pauvre...
- Oui... Comme si j'en avais pas assez ! Soupira la jeune fille en s'avançant vers l'armoire à glace. »


L'homme faisait une bonne tête de plus qu'elle. Rien d'extraordinaire, si ce n'était qu'elle pouvait se mettre deux fois dans la largeur de ses épaules. Elle ne comptait pas pour autant baisser les bras. S'excuser paraissait la facilitée, l'action logique. Avec un peu de chances, elle écoperait d'une peine réduite et serait libérée pour continuer ses tests sur son corps .
En se disant ça, un petit rire ironique lui échappa. « Des tests sur mon corps... » Cette phrase sonnait comme l'expérience malsaine d'un scientifique fou... Trouverez-vous les limites du corps d'Aoi ?
Le vigile fronça les sourcils, signe que ce rire jaune avait été mal interprété. Adieu, réduction de peine !

« C'est vous qui avez créé tout ce bazar ? Lança l'homme d'une voix forte. »

Aoi fronça les sourcils à son tour. Ce bonhomme puait le machisme et le besoin de dominer à plein nez. Si il voulait jouer au plus idiot avec elle, il ne risquait pas d'être déçu du voyage ! C'est qu'elle était connue pour être une sale gamine qu'en elle s'y mettait, la basketteuse.

« Oui. Et même si j'en suis désolée, je ne vois pas en quoi il est nécessaire de s'énerver. Les incidents sont des choses fréquentes, surtout avec des installations aussi instables que des pyramides d'objets sphériques ! On ne vous a jamais rien appris ? Les sphères sont, certes, des solides « parfaits », mais ils ne sont clairement pas stables. Ils roulent. Ils rebondissent si ils sont en caoutchouc. Ils s'écrasent si ils sont mal gonflé. Vous me suivez toujours ?
- Oui, mademoiselle... »


La demoiselle était bien contente. Machiste, mais sans argument, le vigile ! Elle avait pu obtenir ce qu'elle voulait, elle parviendrait à réguler le reste.

« Bon. Cela dit, je suis en effet en tort. Donc si on voulait bien me ramener des filets pour ramasser toute la pagaille que j'ai mis, soit. Je rangerais. Et si vous pouviez m'aider... »

La dernière locution avait franchi ses lèvres d'une petite voix suppliante. Elle était déjà nettement moins sûre que ça allait fonctionner, mais qui ne tentait rien... L'homme parut hésiter une minute. Son expression sévère se décomposa en une mimique de réflexion. Ah, peut-être que...
Aoi croisait les doigts dans son dos, en manquant de sautiller sur place.

« C'est bon, circulez, finit par déclarer le vigile.
- Pardon ? S'offusqua la basketteuse.
- Vous pouvez y aller. Et pas de question ! »


La demoiselle ne s'attendait pas à tant mais on ne se plaignait pas d'avoir plus que demander ! Elle fit volte-face et repartit vers la pauvre victime de son tir. Elle lui tapota sur l'épaule.

« Excuses-moi ? Je voudrais faire amende honorable pour le ballon... Histoire d'être pardonnée pour cette vie, fit-elle pour montrer qu'elle n'était pas plus dépouillée d'humour que son interlocutrice. »


Aoi renvoya une mèche rebelle derrière son épaule, sourit gentiment et constata les achats de la châtaine. Poignets-éponge, corde à sauter et pompe. Ces articles étaient bien connus de la rose. Ils étaient typiques d'un club de basket.

« Tu joues au basket ?»


La demoiselle s'interrompit en constatant sa propre impolitesse. D'ailleurs, son naturel agité revenait au grand galop ! Aussi, elle se recula d'un pas, histoire d'éviter de donner un autre malencontreux coup à la jeune fille.

« Oups, j'oubliais ! Je m'appelle Aoi. Aoi Mineka. Et toi, tu es liée au basket, d'une manière ou d'une autre ! »

La joueuse sourit. Elle ne risquait rien, tant qu'on ne lui posait pas de questions sur son implication dans son sport favori. Et puis, après tout, c'était elle qui posait les questions, non ?

 

 
Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]   Jeu 25 Fév - 17:28


Bêtises et bouges-toi!
feat. AOI MINEKA


L
e remue-ménage que venait de causer la nouvelle rencontre de Gaïa apportait assurément un peu de piment dans cette journée sans réel éclat pour la jeune Stones. La fille d'un âge surement proche du sien s'était excusée pour sa maladresse et Gaïa ne lui en voulait absolument pas, c'était ce qu'elle s'apprêtait à lui répliquer. Malheureusement elle fut interrompue par la vision d'un vigile hostile qui  s'approchait d'elles, surement pour réprimander l'investigatrice du désordre. La jolie héritière s'écarta d'un pas afin d'éviter d'être associée à cet événement malheureux. Préférant largement rester simple spectatrice. En effet, ce n'était pas dans les habitudes de la manager de se faire disputer, ce ne lui était jamais arrivé en fait. Du coup, ce n'était surement pas maintenant que la fille d'Hinari  Takada accepterait de se soumettre à l'autorité d'une tierce personne. Elle n'avait pas cinq ans. Aussi, la charmante demoiselle fut seul témoin de l'échange entre le vigile et de la pétillante  rose qui avait apparemment le sens de la répartie. La manière subtile que celle-ci avait eue pour retourner la situation à son avantage était hilarante en plus d'être époustouflante et Gaïa ne put contenir un petit rire qui resta toutefois presque imperceptible aux oreilles des deux autres protagonistes. La métisse fut stupéfaite par la conclusion de l'histoire, car  mademoiselle la fauteur  de trouble avait si adroitement renversé la situation qu'elle était parvenue à s'en tirer sans le moindre mal ! Comme quoi, savoir baratiner était une valeur sûre !

Probablement fière d'elle, elle s'approcha de la manager de Shutoku pour lui exprimer sa volonté de se racheter, bien que ce n'était absolument pas nécessaire. L'américaine trouvait la japonaise pure souche intrigante. Cela avait pour conséquence d'accroitre son envie de pousser davantage la discussion avec celle-ci.  Rieuse, l'adorable lycéenne lui répondit :

« Ne n'inquiètes pas, ma grandeur d'âme me pousse à excuser toutes les jeunes filles aux cheveux rose qui pourrait manquer de m'infliger une commotion cérébrale. Après tout,  tu n'as fait que te venger de mon je suppose odieux comportement dans une vie antérieure. Au moins on est quitte pour cette vie, » affirma Gaïa  avec légèreté.

Étonnamment, l'enthousiasme de celle qui lui faisait face fut communicatif. Gaïa appréciait  ce genre de personne spontanée, pleine de vie, qui mettait presque instantanément en confiance. De plus, la jeune fille lui rappelait étrangement sa cousine Momoi, autant physiquement qu'au niveau du caractère. De moins, de ce qu'elle voyait actuellement. Elles avaient toutes les deux ce petit tempérament folklorique qui amusait tant  l'élève de Shutoku. Quand la jeune fille dont Gaïa ne savait toujours pas le nom lui demanda si elle elle pratiquait le basket, celle-ci fut prise au dépourvu par la question, elle avait l'œil !

« Oui, enfin plus vraiment, je suis manager de l'équipe de mon école, je ne sais pas si tu connais le lycée Shutoku ? »

Si cette jeune fille était étrangère au milieu du basket elle ne connaîtrait surement pas Shutoku. Cependant, l'intuition de Gaïa la poussait à croire que ce n'était pas le cas.  Enfin, la jolie rose concéda enfin à se présenter. Elle se prénommait  Aoi Mineka si elle avait bien compris.

-Enchantée Aoi, moi c'est Gaïa Stones, tu peux m'appeler Gaïa.

La manager connaissait parfaitement les usages des Japonais. C'est-à-dire d'appeler par leurs noms de famille les personnes dont ils n'étaient pas proches. Pour autant, la métisse avait beaucoup de mal à l'appliquer à sa propre personne. N'ayant pas grandi au Japon, ce principe lui était moins familier. Alors la Stones avait l'habitude de se faire appeler simplement pas son prénom par les gens qu'elles rencontraient. Rapidement Gaïa se saisit de son téléphone pour envoyer autre message à son chauffeur. Elle lui signifia cette fois de prendre son temps, car maintenant la jeune fille n'était plus aussi impatiente de rentrer.

« Dis-moi, j'aimerais faire plus ample connaissance avec toi. Il y a un café sympa dans le centre commercial, si ça te tente on pourrait y faire un tour. C'est moi qui invite évidemment. »


Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Meneuse
Messages : 99
Date d'inscription : 31/01/2016
MessageSujet: Re: Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]   Jeu 25 Fév - 18:22


 
3ème partie: Abus de

curiosité!

 
feat Gaïa


 
La châtaine se nommait donc Gaïa. Tant son nom que son prénom indiquait une origine occidentale. L'accent qu'Aoi avait cru percevoir n'était pas que le fruit de son imagination. De plus, la joueuse avait donc affaire à une manager.
C'était une fonction qu'elle respectait. Elle ne l'enviait pas, préférant cent fois courir après les ballons et marquer, mais les managers avaient du mérite à supporter des calamités comme les joueurs de basket. Ils étaient connus pour être des grandes goules, des gueuleurs comme peu d'autres.
Aoi admettait elle-même, en son fort intérieur que ce sport lui avait conféré sa gouaille et son tempérament ouvert.
Le nom du lycée où exerçait la demoiselle l'interpella. Shutoku. Le géant de Tokyo. Il aurait été difficile de ne pas reconnaître ce nom. Parmi la quantité infernale de nom d'équipes tant américaines que japonaises, Shutoku avait bien marqué la rose. Elle se rappelait très bien du jeu fort et net que l'équipe masculine avait, à l'époque où elle allait voir l'Inter-High avec son cher papa...
La joueuse supposa qu'il était question de l'équipe masculine.
La rose se stoppa une seconde. Gaïa avait demandé à ce qu'elle l'appelle par son prénom. Ce n'était pas très usuel... Elle avait beau être une grande gueule (Enfin, le mot était pensé...), on l'avait élevé avec la même politesse et les mêmes usages que tous les autres habitants du pays du Soleil levant.

Elle beugua une seconde fois quand la manager lui proposa d'aller dans un café pour faire connaissance. Elle se proposait même de payer ! Aoi pinça les lèvres. Ça la mettait un peu mal à l'aise, tout ça.
Déjà qu'elle l'avait frappé à coup de balles, elle n'allait pas non plus payer à sa place ! Elle se mit à tirer sur ses boucles rebelles d'une main tandis qu'elle se rongeait les ongles de l'autre.  Finalement, un soupir franchit la barrière de ses lèvres. Soit !

« D'accord. Avec plaisir, même. »

Elle pouvait régler la question de l'argent plus tard.
Toute cette excitation donnait chaud. La rose tira un élastique de sa poche et se fit une queue de cheval, un peu défaite et bossue. Sans miroir, de toute manière, on pouvait difficilement faire mieux.
Elle commença donc son chemin pour se sortir de l'imposante foule du samedi.

« Oh... Dire que c'était vide quand je suis arrivée... Les gens sont étranges, non ? Demanda-t-elle en se retournant vers Gaïa. »

Dans son geste, ses yeux bruns tombèrent sur les articles encore impayés de la jeune manager. Elle se tortilla pour voir ce que devenait le vigile. Il était introuvable.
De toute manière, il y avait déjà eu bien assez d'ennuis dans cette journée. Pas la peine d'en rajouter !

« On va devoir faire un détour par la caisse, peut-être... Je peux te poser une question ? »

Comme si elle allait attendre un assentiment ! Au moment où elle posait ce genre de question, elle savait déjà qu'elle obtiendrait son information, coûte que coûte !

« Comment tes joueurs se sont-ils débrouiller pour détruire une corde à sauter ? J'ai toujours pensé que ces choses étaient indestructibles ! En tout cas, à mon actif, je n'en ai jamais abîmé une à ce point ! »

La demoiselle arrêta une énième fois son flot de paroles. « Plus vraiment ». Gaïa avait donc joué antérieurement... La curiosité d'Aoi était de nouveau attisée !

« Gaïa, quand tu dis « plus vraiment », ça signifie bien que tu as joué. Quel poste avais-tu ? Tu étais douée ? Pourquoi as-tu arrêté, si tu aimais ça ? Ah, au fait, dis-moi si toutes mes questions t'embêtent ! Je sais que j'ai tendance à être intarissable quand il est question de basket... D'ailleurs, j'en suis désolée, mais il faut croire que les choses ne changeront jamais à ce niveau ! Alors ? »

 

 
Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]   Sam 27 Fév - 1:27


Bêtises et bouges-toi!
feat. AOI MINEKA


A
oi venait d'accepter la proposition de Gaïa de converser avec elle autour d'une boisson chaude, ce fit qui réellement plaisir à la jeune américaine.  Intimement, l'héritière Stones était  persuadée que de cette entrevue résulterait une discussion enrichissante. D'ailleurs, les flots ininterrompus de paroles que lui adressait la rose ne faisait que l'aiguiller davantage vers cette hypothèse. Aoi fit un petit commentaire sur la foule puis lui signifia qu'il serait peut-être sage de passer par l'étape incontournable du règlement de ses achats. Effectivement, Gaïa avait complètement occulté les articles de sport qu'elle tenait dans ses bras. Elle  adressa un mince sourire de remerciement à sa nouvelle rencontre alors qu'elles se dirigeaient toutes les deux vers une caisse libre. Ce sourire eut aussi pour visée de l'encourager à lui poser cette question qui semblait tant l'intriguer. En l'entendant la manager laissa échapper un petit soupir avant de lui répondre et de récupérer la  monnaie que lui tendait la vendeuse par la même occasion.

« Tu sais les garçons sont des êtres parfois très stupides. Deux de mes joueurs se sont amusés à tirer dessus pour mesurer leur force respective au niveau des bras. Tu vois le niveau de maturité d'une équipe considérée comme étant  l'un des trois rois de Tokyo ? Je te jure,  ils me désespèrent parfois. »  

Pourtant, à voir le large sourire qui s'épanouissait sur le visage de Gaïa, on aurait pu croire tout l'inverse. En songeant à ceux dont elle avait la charge, elle ne pouvait ressentir qu'une certaine euphorie entremêlée à une fierté pénétrante. Ils avaient beaux la mettre dans tous ses états parfois, Gaïa ne les appréciait pas moins pour autant. La colère qu'ils parvenaient à déclencher en elle de temps à autre s'estompait aussi rapidement que la vision d'un arc-en- ciel dissipé par la nuit noire. Etre au service de Shutoku , en les aidant du mieux qu'elle le pouvait, en assumant leurs victoires comme leurs défaites, leurs erreurs comme leurs prises de consciences était pour la manager un véritable accomplissement personnel.
Gaïa remercia l'aimable vendeuse avant de recentrer son attention sur une Aoi qui l'assaillait de questions pendant qu'elles sortaient du magasin de sport.

« Non ça ne me dérange pas du tout de te répondre. Par contre, laisses-nous juste le temps d'être bien installées, on sera plus à notre aise pour parler. »

La métisse la gratifia d'un clin d'œil. Rapidement, elles gagnèrent  le petit café qui se trouvait juste  à la sortie du centre commerciale. Quand elles pénétrèrent dans le café au style occidentale Gaïa fut enchanté de constater qu'il n'y avait pas grand monde. C'est vrai quoi, elle avait suffisamment dû subir la présence d'inconnus pour la journée ! L'ambiance était plutôt cosy et les deux lycéennes furent accueillit par un serveur brun très charmant qui leurs indiquèrent une table libre. Il y déposa ensuite deux menus afin qu’elles puissent faire leurs choix. La manager retira son trench qui dévoila un pull over d'un blanc immaculé ainsi qu'un jean noir sans prétention.  Bien installée, Gaïa était désormais incline à répondre à ses questions. Toujours aussi souriante l’élève de Shutaku s'adressa à Aoi de sa voix animée.

« Donc, pour te répondre, oui j'ai jouée au basket par le passé. J'ai vécue longtemps aux Etats-Unis.  Là-bas je faisais partie de l'équipe de mon collège ainsi que d’un club très côté à l'échelle régionale. J'occupai le poste de meneuse et sans me vanter, je ne manquais pas de talent. »

Les iris de la princesse Stones s'illuminèrent à l'évocation de cette douce période qui n'était plus que trop lointaine. Certes, jouer ne lui manquait pas tant que cela, car elle avait encore l'occasion de le faire quand le manque se trouvait trop violent. Cependant, ne plus côtoyer ses amies et coéquipières avec qui elle avait partagé tant de rires et de challenges à une époque remuait en Gaïa une émotion singulièrement perturbante. Afin de ne pas se laisser submerger par elle Gaïa poursuivit :

« Et toi ? Tu sembles connaître beaucoup de choses sur le basket. Tu es grande et élancée. Une vraie carrure de sportive. En plus, tu m'as dis tout à l'heure quand on parlait de la corde à sauter qu'il ne t'étais jamais arrivé d'en casser une. J'en déduis donc que tu fais toi aussi partie du milieu. A quel poste joues-tu ? »

Le regard de la manager glissa finalement sur le menu constitué de pâtisseries toutes aussi appétissantes les unes que les autres.  Gaïa ne savait plus du tout où donner de la tête, car elle était confrontée à l'un de ses péchés mignons. En somme, sa gourmandise.

« Je crois que je vais prendre un chocolat chaud et une tarte au citron, j'en raffole. Surtout  avec un petit peu de cannelle dessus, et toi tu as une idée de ce que tu vas choisir? »




Codage par Jibunnie surNEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Meneuse
Messages : 99
Date d'inscription : 31/01/2016
MessageSujet: Re: Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]   Sam 27 Fév - 14:07


 
4ème partie: Confidences

 
feat Gaïa


 
Aoi écouta la réponse de la manager concernant la corde à sauter en affichant un petit sourire amusé. C'était plus fort qu'elle. Certes, les paroles de Gaïa semblaient amères, mais ses yeux qui pétillaient ne laissaient pas la place au doute : elle adorait ce qu'elle faisait.
La demoiselle se laissa guider jusqu'à l'établissement assez atypique pour Tokyo. En effet, on était loin des codes à la japonaise ! Cela ne fut pas pour déplaire à la rose, au contraire. Elle adorait les lieux nouveaux, satisfaisant un peu plus sa curiosité.
Finalement, une fois que le serveur les aient installés et que les deux filles se furent débarrassées de leurs manteaux respectifs, Gaïa répondit à la flopée de questions précédente.
L'occidentale était donc originaire des Etats-Unis. Encore un pays qui sonnait exotique aux oreilles d'Aoi. Elle n'avait jamais réellement quitté sa terre natale et  les Etats-Unis étaient connus pour leur jeu. Plus jeune, elle s'était dit qu'elle irait peut-être en vacances, là-bas, pour voir un match de NBA.

« Un rêve...pensa-t-elle. »


De plus, elle avait occupé le poste de meneuse, celui qui était aussi celui d'Aoi si jamais elle trouvait la volonté d'outrepasser sa peur... Ce qu'elle pouvait haïr cette faiblesse ! La confiance en ses capacités était une base dans sa vie de tous les jours. Elle devait vraiment passer au-dessus...

« Et toi ? Reprit Gaïa. Tu sembles connaître beaucoup de choses sur le basket. Tu es grande et élancée. Une vraie carrure de sportive. En plus, tu m'as dis tout à l'heure quand on parlait de la corde à sauter qu'il ne t'était jamais arrivé d'en casser une. J'en déduis donc que tu fais toi aussi partie du milieu. A quel poste joues-tu ? »

La remarque sur sa carrure manqua de faire exploser de rire la basketteuse. Certes, elle était grande pour une japonaise. Un mètre soixante-sept, ça ne pardonnait pas ! Mais de là à dire que le sport lui collait à la peau... Elle avait perdu beaucoup de muscles qui avaient été remplacés par un peu de graisse depuis sa maladie.
Un petit sourire amusé se forma sur ses lèvres tandis qu'elle lissait les manches de son gilet. « Le milieu ». A la manière dont elle en parlait, on aurait pu croire à une mafia, une bande de yakuzas qui défiaient les lois du sport. Attention à la méchante mafia du basket !
La châtaine continua en parlant de ses consommations. Aoi se pencha sur le menu. Il y avait là une myriade de plats dont les noms ne lui disaient rien. Sa curiosité l'aurait poussé à prendre un peu de chaque mais son cerveau la rappelait à l'ordre. Si elle souhaitait un minimum s'y remettre, il ne fallait mieux pas abuser !  

« Hum... Je me laisserais bien tenter par un thé vert et une tarte aux pommes. Quant à mon poste, ajouta-t-elle alors que le serveur quittait le bord de leur table, je joue meneuse.»

Une grimace lui échappa. Un demi-entraînement, pas de matchs... Pouvait-elle réellement dire qu'elle jouait meneuse ?

« Enfin, je joue.. C'est un bien grand mot. Disons qu'il y a deux ans, j'étais assez douée pour être affectée à tous les matchs et le poste que j'occupais alors était meneuse. Depuis, tout ça s'est un peu compliqué... »

Oui, compliqué était le mot ! Son père était mort, la mononucléose l'avait mise K.O pendant trois mois et la dispense pendant deux. Et à présent, c'était son propre manque de confiance en elle qui la mettait sur la touche. Quelle plaie ! Un soupir lui échappa.

« En bref, maintenant, j'essaye de revenir à mon niveau réel. Mais je ne suis même pas sûre d'avoir récupéré ne serait-ce que la moitié de l'habilité que j'avais... »

 

 
Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bêtises et "BOUGES-TOI!" ou comment convaincre une entêtée de première! [P.V: Gaïa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment fixer un appareil photo sur le Brompton ?
» Comment virer les bandes et logos cooper?
» Comment baisser son index ?
» comment acquérir un "bon" swing
» Comment faire une vache?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille :: RP-
Sauter vers: